Start-up suisses

UBSs étend son empire hors de la Suisse

application reconnaissance d'objets en réalité augmentéeVous croyez que je vais vous parler de la Banque UBS (Union de Banque Suisse)… pas du tout, j’évoque cette vision technologique de l’UBSs, l’Union des Belles Startups suisses qui plaisent aux grosses boites internationales (oui, oui, même pour Dailymotion;). Nous avons appris récemment que Jilion allait partager la cantine de Dailymotion, que Bitspin/Timely allait pouvoir goûter à celle entièrement gratuite de Google à Mountain View, et voila que Kooaba, va déguster le plat de l’intégration à la cantine de Qualcomm géant américain des télécommunications basé à San Diégo, Californie. Jamais 2 sans 3, le diction a trouvé encore une fois sa réalité. Il y en a d’autres (Netbreeze par Microsoft) qui complétent ce début de liste, comme il va certainement y en avoir d’autres. Bravo à cette constance helvétique qui incite les créateurs de startups à se concentrer sur un noyau technologique qui à plus ou moins court terme s’intègre dans les stratégies de développement des grandes entreprises fussent elles basées en Californie. On pourra toujours rétorquer que ce serait bien qu’elles restent Suisse (attention la pensée de Montebourg me saisi 😉 et se développent à l’international ( là c’est obligé, de Genève à Zoug franchement c’est court comme territoire, même en faisant un crochet par Lugano ;), mais il faut penser que ces succès sont une preuve de la compétence technologique des EPFZ +L, que c’est aussi une preuve d’intégration (non technologique celle là, mais humaine, car la diversité est un vrai facteur suisse,) et qu’ils représentent un vrai mouvement d’entrainement pour continuer à créer.

Kooaba (déjà présenté dans ce blog en 2010 )a développé une solution de reconnaissance d’images pour les terminaux mobiles. Des solutions employées notamment dans les apps de réalité augmentée qui permet de reconnaître les objets. Bilan en fait une description complète par rapport aux informations que les entreprises ont bien voulu transmettre à la presse. L’application rejoint la plateforme Qualcomm Vuforia website, qui va permettre de transformer son mobile en un centre de ressources quasi illimité permettant de rajouter du contenu, des infos , des promos grâce à des applications qui proposent un enrichissement des données par reconnaissance des objets en réalité augmentée.

Start-up suisses

En suisse, la montagne a accouché d’une appli intelligente

startup suisseLa montagne a son importance sur le territoire helvétique car elle couvre environ 60% de la superficie de la Confédération helvétique. De plus les Alpes suisses rassemblent beaucoup de sommets de plus de 4000 mètres d’altitude (48 sur 82). Ce caractère alpin très prononcé en fait le deuxième en termes de pourcentage après l’Autriche, en Europe.

Les loisirs de montagne

Les activités de loisirs en montagne sont donc nombreuses mais pas dénuées de risques. Chaque année, ne serait-ce qu’en Suisse, près de 9 000 randonneurs sont victimes d’un accident. Uepaa est l’application mobile qui leur vient en aide

Uepaa, une appli qui sauve la vie

Ueppa, application mobile secours en montagneLe principe est simple (sur le papier ;), faire de votre smartphone une aide pour les personnes qui se retrouvent en difficulté en montagne, grâce à l’application Uepaa (application payante,1.62€ sur Google Play) Mais à ce prix là, on n’hésite pas.
La grande force de cette application, et c’est sa spécificité technologique, c’est qu’elle fonctionne même s’il n’ y a pas de couverture réseau grâce au principe du peer to peer. Chaque smartphone équipé de cette application devient un relais et peut aider à transmettre l’information vers la centrale de secours. Comme les marmottes qui signalent le danger en se mettant sur leurs pattes arrières et poussant leur cris aigus qui traversent vallées et vallons.
Swisscom qui est un partenaire important de la jeune startup suisse expliquait en 2012 par l’intermédiaire de Roger Wüthrich-Hasenböhler, membre de Swisscom (Suisse) SA: « La technologie de Uepaa a un grand potentiel pour développer l’infrastructure des communications des limites habituelles. Nous sommes heureux d’appuyer Uepaa et développer conjointement des communications mobiles. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de l’engagement pris par Swisscom pour les startups »

Uepaa, l’esprit bienveillant veille sur vous

Dès que vous avez lancé l’application Uepaa, les possibilités de géolocalisation et de transmission de votre smartphone couplée à l’application vous permettent de vous lancer dans votre loisir de montagne sans crainte.
Signaler l’alerte en cas de besoin, préciser l’endroit ou retrouver une couverture réseau, indiquer votre itinéraire si vous devez rebrousser chemin en cas d’intempérie, et échanger de données avec les autres porteurs de cette application (c’est le système gruezli), permettra aux secours de vous localiser plus rapidement en cas de besoin.
Le tout avec des possibilités décuplées. L’application peut détecter si la personne est inconsciente après une chute par exemple, et sans action du titulaire du smartphone, lancer un message d’alerte aux porteurs de l’application le plus proche. Ces utilisateurs peuvent alors confirmer l’alarme, alertant ainsi les secours.
Cette entraide entre les personnes peut permettre de rendre les services de secours en montagne plus efficaces et donc moins couteux. (Le prix d’une heure d’hélicoptère n’est pas donnée)

Pour que cette nouvelle couverture soit efficace, il faut que le plus possible de personnes achètent et activent cette apps Uepaa. Il faut avoir un appareil compatible (ce n’est pas mon cas ?? Xperia Sony de 2012), donc je n’ai pu l’essayer). D’un autre coté j’ai une vue directe sur le Mont…parnasse, donc l’usage n’en serait pas immédiat 😉 La batterie ne doit pas être vide. Car si on a un moyen de transmettre l’alerte d’un smartphone à un autre facilement, on ne peut pas encore recharger son appareil au pied d’un sapin, ou entre 2 edelweiss (le solaire est une solution, oui c’est vrai;)

Suissitude

Les meilleures applications de Suisse seront primées

best of meilleures applications mobilesVous connaissez le concours «Best of Swiss Web» et bien vous allez apprécier la version mobile « Best of Swiss Apps« . Plus encore si vous êtes  développeurs  d’apps. Vous avez jusqu’au 30 septembre 2013 pour envoyer vos meilleures applications.
Quelles sont les apps les plus influentes en Suisse? Lesquelles sont les plus téléchargées, les plus appréciées, les plus commentées? Dix catégories ont été créées, comptant chacune entre six et huit experts.

Lors de la grande Award Night, le 20 novembre 2013, au Centre des congrès de Zurich, les meilleures seront distinguées de médailles d’or, d’argent et bronze. Un prix «Master» sera en outre attribué au meilleur de tous les projets d’application. Les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes et courent jusqu’au 30 septembre. La manifestation a, comme sponsors, Microsoft, Swissquote et Zühlke.

Informations et inscriptions sur le site BestofswissApps

ICTJournal vous donnent plus d’informations sur ce concours pour les applications mobiles.

Start-up suisses

Mobino, système de paiement universel par mobile

Achetez et vendez simplement et en toute sécurité grâce à une application mobile. C’est le credo de Mobino dans le paiement par mobile. Puisque nous avons dans la main des smartphones dont la puissance de calcul est équivalente au système informatique de l’UBS en 1992, cela ne doit pas poser trop de problèmes.
Une fois encore le phénomène de rupture prend forme. Dans le domaine des transactions financières, la technologie a évolué et  ses coûts ont diminué. Alors de petites sociétés intelligentes, agiles et performantes, s’insèrent sur ce marché. Mobino est un des opérateurs sur ce secteur ouvert et ses 7 collaborateurs basés à Genève et à Zürich pour la partie technique, s’implante sur le marché avec de sérieux atouts:

  • Un boss qui sait bondir sur les nouvelles tendances lorsque la technologie offre une simplification des process créatrice de valeur
  • Un marché ou dissoudre des niveaux d’intermédiaires permet de faire baisser les coûts
  • Une volonté de proposer un système transactionnel inventé pour un monde connecté, et non pas simplement une adaptation des technologies existantes.
  • Un travail en profondeur en UX Design qui a permis de concevoir une application facile à utiliser.

Mobino, paiement par mobile

Mobino a compris que l’argent est en fait largement dématérialisé. Regardez ce que font les traders avec les capitaux des entreprises. Du trading haute fréquence avec des transactions en millisecondes. Mobino propose un système simple et sécurisé qui permet la transaction entre particulier, ou entre particulier et commerçant là aussi en quelques secondes.
Le principe est le suivant. Vous téléchargez une application mobile dans laquelle  vous vous enregistrez ( nom , prénom, N° de téléphone, et un code fournit) et …. c’est tout. Vous pouvez  recevoir de l’argent et le dépenser. Mobino tiens un registre précis des n° de téléphone et de sommes attachées pour gérer les transactions. Il suffit ensuite (c’est plus compliqué que cela, mais cette expression est là pour montrer que si la sécurité est présente, ce n’est pas une usine à gaz) des gérer des + et des – entre personnes et commerçants qui sont Mobino Friendly.

mobino, paiement par mobile
Mobino n’est pas une banque. C’est un prestataire de solution de paiement qui est agréé par les banques centrales des pays ou il opère (la Suisse pour le moment ;). La start-up  a ouvert  un compte dans une banque (PostFinance en l’occurrence) ou sont versés les francs suisses (ou devises) déposés chez eux.
Tant que les valeurs circulent entre 2 mobiles le n° de téléphone suffit comme identifiant pour gérer les transactions. Vous échanger des écritures (ces informations pèsent environs 40 octets) entre mobile et l’argent circule de cette manière de poche électronique en poche électronique. Si vous voulez récupérer l’argent en espèces, pour palper ;), là il faut indiquer à Mobino les informations de votre Rib/Iban afin qu’ils puissent vous faire un virement sur votre compte.

Mobino, paiement par mobile
Ce système léger et malin permet de proposer des frais de transactions aux commerçants de 1 % au lieu des 3 % habituels.
L’application est simple a utiliser
Jean François Groff, le créateur de Mobino, a déjà bien roulé sa bosse dans le monde des nouvelles technologies. Il a travaillé avec Tim Berners Lee aux CERN lors du lancement du protocole HTML et opéré dans le web avant d’investiger les innovations du monde mobile.

Mobino, paiement par mobile

Il connait l’importance de la simplicité dans une démarche utilisateur face à un écran, qu’il soit tactile ou non. Mobino a mis le  focus  sur l’usabilité et la facilité de passer d’un écran à un autre de l’application sans surcharger ceux-ci d’informations confusantes. Du coup adopter Mobino est simple et facile. Le système gère de nombreuses langues et monnaies étrangères et s’adapte à tout les pays quel que soit la maturité de ceux-ci vis à vis de la monnaie dématérialisée. Monter un système comme celui là n’est pas un problème de coût mais de réglementation. Il faut se conforter aux règles des pays, ce que fait Mobino, en étant dans tous les cas agréé par les Banques Centrales. Leur cible potentielle est donc d’au moins 5 billions de personnes. Il faut maintenant que ce système s’étendent auprès des  réseaux de commerçants et d’enseignes pour créer suffisamment d’incitations. Ah  faire les soldes avec un Mobino en poche, redoutable ;).

Start-up suisses

Questli, questions pour des champions

Questli est cette start-up suisse, de Zurich, dotée d’une équipe technique en Russie et qui veut modifier la publicité sur le mobile, en favorisant la montée en gamme et la gamification des pubs. Malgré la similitude phonétique de ces derniers mots, cela n’a rien a voir.
Faire participer le consommateur a toujours été la quête du graal des marques, plutôt que de juste leur faire subir une pub quel que soit son format ou son média. Le mobile se révèle être pour cela un objet fantastique (mais Questli se joue aussi sur le web). Merci à Steve Jobs et à Apple d’avoir créer ce monde des applications.  La start-up suisse Questli, a pour objectif de transformer la publicité en jeu, mais plus précisément en jeux ludiques et malins via des questions qui sont posées par des intervenants (marques, amis ou d’autres personnes) et qui ont comme but d’augmenter le « temps relationnel » entre la marque et son consommateur.

Questli, le jeu dans la pub
Vous même, vous pouvez créer vos questions. C’est très simple. Je l’ai fait sur mon smartphone Android. On peut y ajouter des indices, une géolocalisation et on peut  même gagner des points si d’autres amateurs jouent et repondent aux questions que vous avez créées.
On trouve sur la plateforme des quizz proposés par la ville de Gstaadt, Get Your Guide (une autre startup suisse), Knorr, sachant que le but en cas de sans faute, est de gagner un prix sous forme de bon, de remise, etc.
Questli (dont l’application mobile a déjà été présentée dans ce blog) est allé en ce premier trimestre au Mobile World Congress de Barcelone, la mecque des applications mobiles pour faire connaître les derniers développements de sa plate-forme et trouver de nouveaux investisseurs.

mila plateforme de proximité
Start-up suisses

Mila développe la relation de proximité

service de proximitéMila est une start-up suisse qui propose grâce à la géolocalisation de son smartphone de se créer un réseau local pour trouver dans son proche environnement des services nécessaires et utiles.
J’ai écrit il y a peu un article sur Etsy. Cette plateforme crée en 2005 à comme mission de  » promouvoir un monde où les micro-entreprises jouent un rôle prépondérant dans le développement de l’économie, où les économies locales prospèrent et où les gens accordent autant de valeur à la création et à la provenance qu’au prix et à l’utilité » .
Mila est dans cette même vision et cette même philosophie lorsque vous écoutez les propos du CEO Manuel Grenacher «

mila, service de proximitéNous croyons qu’il devrait y avoir un moyen facile et pratique pour des gens sympathiques  de s’entraider et de réaliser plus de choses au sein de leur voisinage. Avec Mila, vous pouvez maintenant vous connecter avec les gens autour de vous qui offrent des services, ou vous pouvez gagner de l’argent en offrant vos propres services ou votre temps à vos voisins.»

Comment cela marche ?
L’offre de Mila repose sur la géolocalisation qui permet de trouver au sein d’ une plateforme de marché de services, celui dont vous avez besoin. Avec L’application mobile bientôt disponible sur iPhone et Android dès fin mars le smartphone deviendra le « device » le plus utilisé pour consommer des services de proximité. Ceux ci pourront être achetés grâce au système de paiement Paypal, choisi pour régler les paiements entre les prestataires de services et les consommateurs ( mais dites moi, il n’y a pas Mobino en Suisse ?). L’inscription sur la plateforme est gratuite. L’entreprise se rémunère sur les transactions abouties.


L’entreprise a levé de trois millions de francs suisses. Dans le consortium d’investisseurs germano-suisse figure notamment Peter Zencke, longtemps membre de la direction de SAP. Il partage son optimisme pour la nouvelle application « Nous sommes heureux d’avoir dirigé cette levée de fonds pour Mila, qui nous croyons, grâce à l’expérience de son équipe dans la création et la croissance réussies de plateformes mobiles, sont bien placés pour aider à remodeler les échanges de services très locaux menés entre voisins « .
Les utilisateurs de Mila peuvent accéder à la plateforme tout autour du globe. Et cela fonctionne car depuis le Sud Ouest ou j’écris cette note, le site de Mila m’a trouvé des prestataires pour réparer mon ordi ou mon smartphone. Bon certes le plus près était à 525.1 km, mais c’est normal, l’entreprise souhaite se concentrer sur la Suisse, l’Allemagne, l’Indonésie et la Chine.

Mila est en fait une spin off de la société Coresystems, qui maîtrise déjà les applications mobiles et se trouve être un partenaire de SAP. Cette jeune start-up suisse a dont déjà un staff avec une  belle expérience à son actif.

Design and layout
Actualité

French design for your Swiss project

Vous la voyez lointaine…elle est proche de vous,
Vous l’imaginez productive ….elle l’est, mais créative avant tout.
Vous la percevez débordante d’activité…elle vous épatera aussi par ses réflexions,
Vous envisagez un nouveau concept graphique ….elle vous apportera des solutions.

Design and layoutIfcomesee, dévoile une senior Designer, une D.A. comme ont dit en France, qui se tient prête à donner un french design à tout Swiss project.
Ses connaissances en html5, CSS 3, ses compétences en ergonomie,  son expérience en création print, web et dans les applications mobiles, sa maîtrise des projets ambitieux, lui donnent beaucoup de latitude pour répondre à vos besoins.
Pour vos prochains projets créatifs, interrogez Ifcomesee. Elle est juste un peu plus loin que le bout du lac Léman… et prête à s’en rapprocher;)
Utilisez les liens de ce post, ou l’encart Ifcomesee qui est présent sur la colonne de droite du blog. Je la connais bien. Nous avons partagé de nombreux dossiers. Swisslicon-Valley la recommande sans hésiter !

Start-up suisses

Fonself met au point une application iPhone pour personnaliser ses messages

Fontself, votre typoPour envoyer des messages avec des typos originales, il vous suffit de télécharger l’application gratuite de Fontself.
Cette start-up Suisse, basée à Lausanne, déjà présentée dans ce blog « Swisslicon-Valley« , à mis au point la possibilité de créer sa propre typo sur iPhone. Elle a choisi pour avancer de se recentrer sur les activités mobiles, et a conçu cette application téléchargée désormais à plus de 200.000 fois. Lancée depuis le mois de novembre, disponible gratuitement sur iPhone, cette application permet la personnalisation des messages électroniques en leur donnant un aspect manuscrit. Pour ce faire, l’utilisateur dispose d’une trentaine de caractères différents, dessinés à la main par des graphistes, des calligraphes, et illustrateurs. Le message une fois composé peut ensuite être exporté sur e-mail ou sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook. L’application Fontself a d’ailleurs fait son entrée dans le top 100 des applications de social networking les plus téléchargée de l’Appstore.
«Un utilisateur d’iPhone n’a à sa disposition qu’une seule police de caractères lorsqu’il souhaite rédiger un message. Même s’il existe les smileys et les émoticônes, nous avons voulu proposer un moyen d’enrichir encore d’avantage la communication mobile», explique le co-créateur et CEO Franz Hoffman.
La start-up est en phase active et quasiment aboutie de levée de fonds pour accélérer le développement de nouvelles offres. Une application premium existe et verra ses fonctionnalités se développer, pour proposer notamment la transformation de l’écriture manuelle en police.
L’application Fontself est plutôt destinée à un public jeune, essentiellement féminin, toutes tranches d’âge confondues, même si la trentaine représente le coeur de cible. A télécharger facilement sur l’Appstore pour rendre vos messages plus personnels !

Newscron
Start-up suisses

Newscron : un kiosque au coeur de la main

Newscron la presse au coeur de ton mobileComment faire pour lire des nouvelles fraîches,  toutes fraîches,  sur des sujets qui vous intéressent ? Télécharger l’application mobile gratuite Newscron pour Android et iPhone.
Crée en fin 2012 (??), cette jeune start-up suisse est le résultat d’un projet de recherche de sa thèse de doctorat mené à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) par Elia Palme qui lui a permis d’obtenir un capital d’amorçage de Venture Kick.

Ces éléments favorables en place, le jeune créateur a décidé de se lancer dans la réalisation de cet algorythme puissant qui permet de trouver, analyser, comparer et trier les nouvelles suivant différentes thématiques.
Comme nous sommes en Suisse, je vous le rappel, l’exercice doit se faire en 3 langues. L’application mobile Newscron permet  de recevoir des nouvelles parmi de nombreuses sources de journaux suisses en français, italien ou allemand, mais également de la presse allemande (je n’ai pas essayé 😉 et de la presse italienne (pour suivre les facéties de Mario Balotelli dans sa langue natale).

newscron application iPhone et android

Mais que fait Newscron ? il trie automatiquement l’actualité provenant de différents médias sachant que l’on peut personnaliser le filtre des informations selon ses préférences (peu ou beaucoup de sport, de business, d’actu..) On peut donc suivre par exemple la manifestation anti mariage gay en direct qui a lieu à Paris depuis… Paris ;). Newscron va au-delà des autres agrégateurs de nouvelles en s’appuyant sur l’analyse sémantique: «Le système informatique est capable d’analyser le texte et de filtrer les doublons» nous dit son créateur dans l’interview faite au Venture Lab.  Ainsi pour les informations en feuilleton, les plus récentes actualités s’additionnent aux anciennes, de façon à créer une histoire qui évolue dans le temps. Le système, entièrement informatisé, est capable de trier 15’000 articles par jour et réunit un demi million de lecteurs chaque mois.
L’usage montre que comme les nouvelles sont rassemblées par thématique,  on peut avoir des doublons sur certaines d’entres elles, et les voir apparaître en plusieurs langues.
Fun, amusante et pratique, c’est une application utile et efficace d’autant que son système s’est avéré plus rapide que celui de Google. Cela vaut toutes les récompenses et toutes les primes!

Téléchargez là depuis le site Newscron

Start-up suisses

Crée ton apps mobile en 1 journée !

Skeeble3Skeeble a démarré. La start-up suisse d'origine fribourgeoise, managée par Xavier Bertchy, offre  la possibilité de créer sa propre application pour smartphone en une journée seulement. Et cela sans avoir besoin ni de compétences en informatique ni un budget astronomique. Ce générateur d’application unique en Suisse, est disponible depuis fin septembre. Il tourne sur les plateformes Apple et Androïd. Les solutions proposées tournent autour de  200 francs suisse par mois, soit 2400 francs suisse par année. Le paiement ne se faisant qu’une fois l’application en service, le temps de sa conception est donc gratuit.
Pour en savoir plus, lisez l'article sur Le Matin, pour lancer votre application, filez sur Skeeble !