F10- Fintech - Zurich - incubator
ActualitéStart-up suisses

F10 organise son tour du monde Fintech, et s’arrête aussi à Paris

L’importance de la Fintech n’est plus à démontrer désormais. Au delà des technologies, de startup comme Sonect, de la blockchain qui trouve de nombreux partisans, de la valeur de la crypto-monnaie comme le bitcoin (+de 5000 $ en octobre 2017), F10 l’accélérateur de Zurich a décidé d’organiser un tour du monde pour proposer ses programmes P2 (prototype to product) et P3 (product to market) à toutesRead More

MassChallenge-Switzerland-2016
ActualitéBoston

Le Mass Challenge lance sa session de Genève – Suisse

C’est donc le plus friendly des incubateurs qui est venu s’installer à Genève, après Boston (là ou il est né) Londres, Tel Aviv et Mexico. Le Mass Challenge à ouvert sa session Suisse dans le campus Biotech proche du Palais des Nations et du Jardin Botanique.

MassChallenge-Switzerland-2016

Ce coin de la ville lémanique a l’habitude de voir pousser les jeunes pousses sous

MassChallenge-Switzerland-2016

sous des bâtiments en verre. A quelques mètres de la verrière dudit Jardin Botanique, le bâtiment va abriter sous la sienne, entre 50 et 100 startups entre juin et octobre 2016.

MassChallenge-Switzerland-2016

Le Mass Challenge donne une nouvelle dimension à l’incubation des startups suisses

Ce lancement prenait place dans le cadre de Lift Conference 2016, et remplaçait la Venture Night. Les américains avaient fait les choses en grand puisque l’immense salle se voyait totalement remplie, par le ban et l’arrière ban de l’éco-système startup qui avaient trouvé place sous la voûte moderne du centre du chemin des Mines.

MassChallenge-Switzerland-2016

MassChallenge-Switzerland-2016

On se retrouvait devant une scène ou parmi les intervenants, on remarquait le CEO du Mass Challenge en personne, John Harthone venu lancer la cérémonie, en compagnie de nombreuses startups lauréates des précédents opus. L’organisation américaine avait fait venir des Alumnis, en provenance des Etats Unis ou de Londres pour vanter tous les avantages qu’ils avaient trouvé chez l’incubateur du Massachusetts. Une sélection de 7 startups suisses a eu également l’occasion de monter sur scène. Elles avaient été choisies après des entretiens la veille qui avait permis d’effectuer cette sélection parmi les 15 candidats initiaux. Ceux ci avaient été repérés par le magazine Bilan, à l’occasion de son n°, maintenant attendu avec impatience, des 50 startups suisses dans lesquelles investir.

MassChallenge-Switzerland-2016

MassChallenge-Switzerland-2016

MassChallenge-Switzerland-2016

En ce qui concerne les startups suisses, on retrouvait donc sur scène, Advanon (qui a eu le prix du public), Intento, Orbiwise, Twenty Green, Fastree 3D, FemtoPrint et Morphotonix. La distribution des prix a vu chaque lauréat repartir avec une clarine et bien sûr les américains se sont beaucoup amusés à lancer la session Suisse avec la plus grosse cloche ( compte à rebours dans la video ci-dessous).

MassChallenge-Switzerland-2016

L’équipe était présente tout au long de la conférence Lift 16 pour expliquer leur programme. Les inscriptions sont ouvertes depuis le 10 février, et effective jusqu’au 31 mars. Un premier round sélectif aura lieu en avril, puis un second en mai. Les finalistes (le Mass Challenge en espère entre 50 et 100) seront annoncé fin mai, début juin sachant que la session durera de juin à octobre.

MassChallenge-Switzerland-2016

On rappelle que cet incubateur ne prend pas de part aux capital des startups qu’il héberge pendant son programme de performance et d’accélération de 4 mois, qu’il  permet une ouverture sur l’international grâce à son réseau de 600 experts tout autour du monde et permet de toucher de nombreuses récompenses financières pour les vainqueurs. Les bureaux ainsi que le logement sont prix en charge.
Finalement le plus dur est de s’inscrire au Mass Challenge car là vous avez tout à faire 😉

concours Start-up organisé par Publicis
Actualité

Publicis veut fêter ses 90 ans avec des startups !

La France s’intéresse comme de nombreux pays aux startups. Il faut dire que l’on a un ministre de l’économie, Emmanuel Macron, qui sait jouer de toutes les notes de la séduction entre la gauche et le monde des affaires.

Mais les grands groupes on compris qu’incuber des startups pouvait être aussi efficace que de développer un département R&D notamment dans le monde des services. On peut ainsi faire appel à des énergies extérieures, quelquefois plus motivées et agiles pour s’ouvrir tout un pan du marché.

Publicis Groupe, lance Publicis90 pour soutenir des startups

Cette initiative veut encourager l’entreprenariat en soutenant 90 start-ups et projets digitaux
 à fort potentiel commercial pendant un an à l’occasion des 90 ans du groupe. Vous êtes étudiant, une start-up, ou juste un enthousiaste avec une bonne idée ? vous pouvez participer. Pour soumettre un dossier Publicis90, s’est assez simple, car la liste des critères n’est pas Read More

vu dans la presse
ActualitéLift Conférence

Du bon, du beau, du boost, en 2016 pour les startups suisses !

Le programme des événements concernant l’entrepreneuriat sous leurs formes les plus variées sera encore copieux en 2016. L’Europe et au sein  de celle ci la France, ainsi que la Suisse limitrophe, seront parties prenantes de cet écosystème qui permet l’émergence des startups. Il n’est pas question de faire une liste complète, mais en ce début janvier 2 évènements semblent « amazing » comme disent les anglo-saxons 😉Read More

UBS Future Finance Challenge
Actualité

Tu kiffes la Fintech, UBS te finance !

UBS , challenge pour transformer le monde bancaireLes banques regardent avec un peu de circonspection les amis du GAFA se rapprocher de leur sphère. Ces derniers, tout aussi présents dans la vie quotidienne des consommateurs, gérant sans doute mieux les datas que les spécialistes de la titrisation risquent « d’uberiser » soudainement le monde financier.
Pendant ce temps, les organismes financiers qui ont développé des technos super puissantes, mais complètement hermétique au genre humain, comme le THF ( Trading Haute Fréquence), jouent en milliseconde à des succédanés de jeux comme par exemples

Read More

Suissitude

Paris attend 30% de startups étrangères

Courant décembre en parallèle à Le Web, se tenait à Paris sous l’égide du NUMA, l’ EUROPEAN ACCELERATOR SUMMIT,  premier événement entièrement dédié aux managers de programmes d’accélération. Cette réunion de sociétés et partenaires du monde des startups, dont le but est de leur apporter services et conseils afin de les faire progresser devrait donner lieu à l’édition d’un livre blanc. Plus de 70 managers d’accélérateurs, tous pionniers dans leur domaine, venus des quatres coins du globe étaient attendus.

Cet événement faisait donc un petit tour d’Europe, sans passer par la Suisse. Etant en partie financé par la CEE, une des personnes de la communauté européenne m’a expliqué lors de la soirée que suite à la votation des suisses en février, la CEE ne pouvait plus prendre en charge ce type d’opération pour la Confédération Helvétique.

Mais ce qu’il faut retenir, ce ne sont pas les somptueux lustres de la salle Bertrand, même s’ils éclairaient cette très belle salle de réception et nos esprits associés aux propos de Jean Louis Missika (membre du Conseil de Paris et adjoint au maire de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité). Ce dernier  a déclaré dans son discours d’accueil, la volonté de la capitale d’accueillir 30% de startups étrangères. De nombreuses structures ont été créée pour cela, les accélérateurs privés, Paris Boucicaut (ouvert en 2014), un incubateur situé dans un quartier reconfiguré, Boulevard MacDonald à Paris 19 ème qui doit être lancé fin 2015, et le projet de la future Halle Freyssinet (2017).

european-accelrateur-summit-1
Jean Louis Missika , va s’exprimer après le discours de Marie Vorgan Le Bazic du NUMA

Vous pouvez trouver les différents sites proposés par la ville de Paris, ou la CCI Paris-Ile de France, qui peuvent correspondre à vos besoins et à votre spécialité.

european-accelerateur-summit-2

Alors un petit voyage de la Suisse vers la France ? Une implantation à prévoir ? Allez, vous ne croiserez plus de ministre français qui font le voyage dans l’autre sens (je sais, c’était le flux le plus important, mais cela c’étais avant ;).

Une discussion avec les gens de l‘Atelier m’ont appris qu’un appel à projet doit paraître en janvier 2015 permettant d’associer des grandes entreprises et des startups. Plus d’infos dès que celui-ci parviendra à ma connaissance.

Et si vous souhaitez avoir une idée du monde des startups en France, vous pouvez consulter le très complet Guide des startups 2014, publié chaque année par Olivier Ezratty.

ActualitéFrance

A la halle Freyssinet, un incubateur mondial est né

C’est le plus grand incubateur du monde qui a commencé à prendre forme, en ce 22 octobre, avec la visite du Président François Hollande à la Halle Freyssinet. Cet endroit qui couvre 30000 m2 se prépare à accueillir 1000 startups des tous les secteurs, un fablab, un auditorium, des salles de réunion, et bien sur un bar restaurant (on pourra certainement payer son café en bitcoin ;). Notre cher président, après avoir découvert la Silicon-Valley en février 2012, rêve de faire rentrer Palo-Alto et Mountain View sous les structures métalliques de ce monument historique revu par l’architecte Willmote&Associés.

Freyssinet-02_Parvis_Existant
La halle Freyssinet avant

L’endroit vaudra le détour, et tout ceux qui y œuvreront pourront plutôt remercier Xavier Niel, que le président. L’un a mis la main à la poche pour financer ce grand souffle à la création d’entreprises, pendant que l’autre à mis les siennes dans toutes les poches des français pour essayer de réduire ce sacré déficit. Ce projet, créé en partenariat avec la Ville de Paris, est outre Xavier Niel, co-financé par la Caisse des Dépôts et Consignations.

La halle Freyssinet - incubateur de startups
La Halle Freyssinet après

L’ouverture est prévue en 2016 et créera sans doute un fort appel d’air dans ce monde de l’évolution technologique. Les suisses peuvent se préparer à regarder de ce coté pour profiter éventuellement lors du démarrage d’un sérieux coup de booster.

 

Le lounge de la Halle Freyssinet

 

 

Suissitude

A Yverdon il y a un Y-Parc d’attraction pour les startups

Y-start- incubateur du Y-ParkIl y a de longues années, déambulant pendant mes vacances entre l’avenue de La Plaine, la place Pestalozzi et le bord du lac de Neuchatel, entre oncle, tante et grand mère, je n’imaginait pas que mes pensées reviendraient vers cette charmante ville, portées par l’innovation et l’incubation technologique.
Mais Yverdon n’est pas une petite ville de province du canton de Vaud endormie. Le Y-Parc accueille une zone Y-Start qui est un incubateur technologique pour tirer partie aux mieux des compétences d’ingénierie disponibles localement. Un sorte de démarche « locavore » mais centrée sur l’innovation technologique.

La cross fertilisation réside dans la diversité et la complémentarité des compétences

Il y a plus de 130 entreprises et 1200 personnes hébergée dans le Y-Parc (qui accueille les entreprises) ce qui donne un environnement actif et dynamique pour les startups nichées au sein du Y-Start, et qui bénéficient de cet environnement favorable, volontairement ouvert, dans tous les sens du terme. En effet le Y-Park ne souhaite pas se développer sur un axe étroit de spécialisation à outrance (avec les risques cycliques que cela peut impliquer), mais reste ouvert à l’innovation dans son sens large. L’ouverture vient également grâce à la HEIG-VD qui a implanté son centre de transfert de technologie et plusieurs instituts de R&D sur le site même.
La force d’attraction de ce Y-Park, (à prendre dans le sens de l’attractivité et non pas du divertissement bien sûr 😉 se matérialise par une offre complète. Locaux et infrastructure, services personnalisés, coaching et formation et bien sûr le networking, avec un menbership gratuit à l’association Swiss Engineering – Vaud, composent les différentes facettes de cette structure compétitive. L’incubateur ne prend pas de part au capital des startups.

3 ans pour décoller

Les startups sont accueillies dans le Y-Start, partie incubateur du parc, pendant 3 ans. Par la suite elles peuvent trouver leurs places dans les autres batiments pour continuer leurs dévelopements. Parmi les exemples les plus récents de startups ayant déployé leurs ailes et leurs CA, et créé des emplois, on trouve: Objectis (Solutions logicielles pour l’automation industrielle haut de gamme), Sysmosoft (Solutions de télécommunications mobiles hautement sécurisées pour entreprises), et Tabrasco (développement et commercialisation de bases de données et de logiciels stratégiques dans le domaine du sport). Ces endroits permettent une émulation voire même une collaboration entre ces jeunes structures comme le montre l’exemple de Depsys, nouvelle startup de l’Y-Start, qui a justement Sysmosoft parmi ses partenaires.

Suissitude

Parce qu’il le Valais bien !

Theark Ok, c'est un titre que seul les français peuvent comprendre et peut être même parmi eux, ceux qui habitent Neuilly (92) et croisent Mme Bettencourt allant dépenser ses milliards.
Mais bon, c'est que le Valais, situé en Suisse, pour ceux qui ne sont pas sortis de leur cambrousse, apporte en plus du fendant (spécialité de vin du même pays), une forte aide à leur start-up.
Depuis sa création en 2004, la fondation The Ark a reçu 330 dossiers qui ont débouché sur la création de 82 start-up. Les diverses aides s’échelonnent sur environ trois ans. Après quoi, ces firmes sortent du nid et tentent de déployer leurs ailes. L’envol se solde par un joli taux de réussite.
«Après cinq ans, 80% de ces entreprises existent encore», se félicite Cédric Luisier, responsable marketing de Cim-Ark, «le bras armé» de la fondation The Ark dans les questions de coaching et de management. Plus rien ne semble freiner cet élan novateur dans le canton. «Une dizaine de nouvelles start-up entrent chaque année dans l’Incubateur The Ark, établi sur différents sites technologiques valaisans», précise Cédric Luisier. Découvrez dans l'article du Matin sur la Silicon-Valais (mais que vous pouvez lire à tout moment de la journée, c'est aussi cela l'innovation 😉 la sacrée matière grise technologique du Valais.