seed-night-2017- EPFL - Rolex learning center
Actualité

En Suisse on imagine des technologies douces pour reconstruire ou soigner le corps humain

La Seed Night 2017 s’est déroulée au Rolex Learning Center, bâtiment aux lignes courbes, posé comme une oeuvre d’art contemporain au bord du lac Léman. 400 personnes avaient répondu favorablement à cette invitation pour découvrir les startups et s’étaient inscrites, créant une forte affluence. Elles ont pu suivre les temps forts successifs de la soirée, qui formaient un programme de haute volée, intéressant les profils d’entrepreneurs, d’investisseurs, de mentors, de leaders de l’industrie, composant cette assemblée réunie. L’ambiance conviviale à l’esprit de découverteRead More

Start-up suisses

Dix nouvelles start-up suisses se rendront en Chine en 2017 grâce au programme Venture Leaders China

Pour la 4ème année consécutive, le jury du programme venture leaders a sélectionné les venture leaders China 2017, ou «Équipe Nationale Suisse des Start-up en Chine». Ces dix jeunes pousses en forte croissance participent à une tournée d’investisseurs et de partenaires commerciaux potentiels. Le programme, co-organisé avec swissnex China, est décrit par l’Ambassadeur suisse en Chine comme «une initiative phare» pour les start-up. Elles partiront en Chine du 25 juin au 4 juillet prochains et s’apprêtent à vivre une édition des plus intenses avec des étapes à Beijing, Read More

Silicon Valley - Venture Lab
ActualitéSwisscom Startup ChallengeVenture Leaders

La Silicon-Valley n’a jamais été aussi proche des start-up suisses

La liaison  entre les start-up suisses et la Silicon-Valley est toujours aussi intense en cette année 2017. D’abord parce que les 10 Venture Leaders Tech s’ y trouvent en cette fin du mois de mars. Ils  se sont livrés à l’exercice du pitch devant de nombreux VC, ont participé à de multiples événements passionnants et visité San Francisco accompagné par @jordi, qui est devenu comme le montre les photos à découvrir ici, le spécialiste technologique de la perche à Selfie ;). Ils ont pu profiter des installations présentes dorénavant sur le Pier 17 qui rassemblent tous les servicesRead More

Startup -Award 2016 - Venture Lab
Start-up suisses

Les 100 startups suisses des Startup Award. L’essence de l’innovation helvétique.

A la mi-septembre le top 100 des startups suisses 2016 a été dévoilé. Ce classement lancé en 2011 permet d’avoir un regard pointu et concret sur les entrepreneurs
émergeant de cette petite nation. Celle qui dame le pion aux plus grandes. Selon l’indice mondial de l’innovation, la Suisse se classe en tête des nations les plus innovantes au monde en 2016 et se permet d’accaparer ce premier rang pour la sixième année consécutive.

Cette initiative privée met en valeur la diversité des projets des startups suisses

Le classement du TOP100 a été créé en 2011 par Beat Schillig et Jordi Montserrat de l’Institut pour les Jeunes Entreprises (IFJ). Ensemble, ils ont également mis sur pied en 2004 le programme Venturelab, qui a soutenu dans leur développement des milliers de startups dans toute la Suisse. Depuis 2007, ils assurent la gestion opérationnelle de l’initiative Venture Kick, qui jusqu’à aujourd’hui a soutenu 450 spin-off issues des universités et des hautes écoles suisses avec du capital d’amorçage à hauteur de 18 millions de francs. Le bureau de presse lucernois Niedermann est co-initiateur et partenaire dans la réalisation du classement. Le projet est financièrement et intellectuellement soutenu par la Fondation Gebert Rüf et la Swiss Private Equity & Corporate Finance Association (SECA). Les partenaires médias sont PME Magazine pour la Suisse romande et Handelszeitung pour la Suisse alémanique. Le palmarès détaillé du TOP100 2016 est présent sur startup.ch. L’édition spéciale «Startup.ch» commun au PME Magazine et à la Handelszeitung peut être téléchargée sur le lien (il s’agit de la version allemande).

start-up-award-10

Le classement se veut un instantané fiable des jeunes entreprises les plus innovantes et prometteuses de Suisse. Il permet notamment à de nombreux investisseurs, suisses ou internationaux, de garder à l’oeil certaines start-up.

Une sélection bâtie grâce à l’expertise de professionnels suisses

Depuis 2011, 100 experts, dont la liste est présente sur ce lien, analysent un grand nombre de startups en tant qu’investisseurs/-euses, choisissent chaque année leurs dix jeunes pousses suisses favorites. Si les chiffres font partie du débat, ce n’est pas le seul juge de paix. Ces experts se fient également à leurs instincts pour proposer les startups aux meilleurs potentiels de réussite. Seule condition, ces dernières doivent avoir moins de cinq ans. Le résultat est une liste très large, qui laisse une chance à chacune de ces jeunes pousses. Les critères d’innovation technologique mais aussi le feeling, et l’éco-système helvétique permettent de composer ce cocktail d’entreprises innovantes. Felix Moesner CEO du Swissnex à Boston voit passer chaque année les Venture Leaders dans le Massachusetts. Mais il a sans doute une vision plus lointaine du monde des startups Suisses, que les personnes qui appartiennent au Fongit, au CTI, à l’EPFL à l’ETH, qui eux les croisent au quotidien ou presque. Pour ces derniers faire un choix ne doit pas toujours être aisé car ils sont placés au coeur des places fortes de la création de startups suisses.

Un palmarés qui montre le large spectre de l’innovation en suisse.

Depuis cette année, les startups suisses du palmarès sont classées par catégories, ICT, Lifescience, Cleantech, High tech, Produit/services. Ces catégories ne sont pas exclusives et certaines startups peuvent appartenir à plusieurs à la fois (Sophia Genetics par exemple). Ainsi le palmarès affiche 100 startups mais le cumul des réponses de ces catégories atteint 397 réponses. On peut en déduire que chaque start-up est référencée dans au moins 3 catégories.

start-up-award-9

Le podium 2016 ne fait pas la part belle au monde du software. On constate une volonté d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de la vie,  favoriser un comportement éco-responsable, moins dévastateur pour nos ressources naturelles. Pas seulement automatiser grâce au dieu « Algorithme » ce qui peut l’être, avec l’espoir d’uberiser un secteur et quelquefois d’ailleurs, les postes de travail qui vont avec. La première place revient ainsi à L.E.S.S et sa lumière idéale (dont le nom et la technologie s’approche du concept consumériste Less is more). BComp  start-up de Fribourg prend la seconde place avec un nouveau matériau en fibre naturelle. La troisième place revient à Knip dont l’appli veut faciliter la vie des consommateurs dans le domaine des assurances ou là aussi, entre clauses et garanties liées, on est stupéfait de découvrir que l’on sur-consomme des protections qui doublonnent.

Les bassins de création les plus puissants se bâtissent autour des EPF.

Depuis 2011, il ya donc eu 6 années de palmarès et 600 startups saluées pour leurs performances et ou leurs potentiels. On peut commencer à détecter quelques tendances qui n’ont pas la prétention de vouloir rivaliser avec un de ces algorithmes imaginés dans les labos de l’ETH Zurich, mais s’appuient sur une version officielle d’Excel ;). Géographiquement par exemple on voit que les villes ou sont présentes les EPF sont assez logiquement des places fortes de la création d’entreprise. La région de Zurich est un beau leader car elle fournit 38.3% des startups listées depuis 2011. Lausanne et ses environs atteint 19.4%. Genève suit avec 6.22% devançant Bâle avec 4.5%. Je n’ai pu m’empêcher de regarder Yverdon, car cette petite ville thermale ou j’ai passé  de bons moments avec ma famille a désormais son Y-Parc et ses startups représentent quand même 1.6% de la liste. Au global les villes citées regroupent 70.02 % des lauréats des 100 meilleures startups suisses. On n’est pas loin des chiffres préférés de notre ami Pareto et cela montre que si la concurrence est plus rude dans ces endroits, certains cantons sont plus favorable pour émerger.
Pour compléter cet aspect géographique, un canton peut même arriver à truster le podium. C’est le cas de Zurich en 2011, tout comme Lausanne en 2015, avec L.E.S.S. SA, Abionic SA et Flyability SA. Ces communes ont placé 3 startups lancées chez elles sur les 3 plus hautes marches du podium.

Un monde des start-up assez résilient

Les startups qui peuvent concourir doivent avoir moins de 5 ans. Ce pré-requis permet à certaines d’entre elles d’être particulièrement performantes car elles sont présentes… 6 fois ;). Ainsi Bcomp AG est présente de 2011 à 2016, et cette constance est récompensée car si elle a démarré en 2011 par une discrète 67 ème place, elle se retrouve seconde en 2016. Une des plus belles progressions du tableau. Mais si j’ai bien compris, elle ne pourra pas tenter la plus haute marche du podium en 2017. Une situation partagée également par Kandou présente 6 fois. Créée en janvier 2011, sa technologie innovante dans les semi-conducteurs est peut être moins glamour et elle a eu plus de mal à séduire les experts qui l’on placée 94 ème en 2016, après lui avoir permis d’atteindre sa meilleur place, 9 ème  en 2013.

D’autres belles progressions sont à souligner. Abionic qui a remplit son quota avec 5 années de présence entre 2011 et 2015  a démarré 32 ème et a finit à une belle seconde place en 2015, faisant la fierté de la ville de Lausanne. Actlight a aussi été élue au cours de ces mêmes 5 années mais a un suivi un parcours divergeant car elle est passée de la 51 ème place en 2012 à la 62 ème en 2016. On trouve également une liste de start-up qui ont chaque année de fervents supporters, ce qui leur permet d’être présentes pendant toute la durée possible de ce mandat. La liste comprend :  QualySense AGUepaa AG, UrbanFarmers AGWinterthur Instruments AG Advanced Osteotomy Tools – AOT AG, Aeon Scientific AG (4 appartiennent au canton de Zurich) .
Glissons quand même une mention spéciale a L.E.S.S, déjà cité, qui non seulement est présente depuis 5 ans, a remporté la premier place 2 années consécutivement, ce qui est déjà tout à fait exceptionnel, mais a passé 4 années sur 5 dans les 5 premiers et a été classée au plus mal à la 18 ème place. Sans compter que cette start-up qui coche toutes les cases du succès fait partie des 2 sociétés (Avec Flyability) à être dans le palmarès dès l’année suivant sa création. Voila une start-up qui doit avoir un pitch de remerciement parfaitement rodé. Le cas de Sophia Genetics SA soulève d’autres réflexions. 2 fois 5 ème, alors que cette société est leader mondial dans son domaine du Data Driven Medecine, qu’elle va passer de 100 à 160 salariés cette année comme l’avait annoncé son CEO lorsque je l’avais rencontré à Paris lors de Viva Technology, c’est globalement une très belle réussite, qui s’affirme sur les marchés internationaux. Ce succès vous donne une telle dimension que vu de l’intérieur de la Confédération on la juge désormais plus licorne que start-up, et les experts ne lui ont étrangement jamais accordé les honneurs du podium. Elle n’en demeure pas moins un superbe exemple pour tout ceux de la liste qui sont moins avancé qu’elle, c’est à dire sur certains critères économiques sans doute les 99 autres.

6 années mais seulement 4 vainqueurs.

Bâtir chaque année un palmarès comportant 100 start-up offre 30 places privilégiées en prenant en compte les 5 premiers dans une optique de podium élargit. En se focalisant sur ces places, l’analyse montre que ces 30 places convoitées ont été occupées par seulement 17 startups. 70% des start-up se retrouvent plus d’une fois sur ce podium élargit. Le tiers restant est composé de start-up qui n’ont connu qu’une joie très éphémère d’apparaître en haut du tableau. Alors, difficile de déloger les lauréats ? manque de nouveaux projets  ? ou simplement vraie domination d’une bonne idée qui fait mouche car dotée d’un bon business model ? Il peut y avoir différentes raisons incluant des options choisies par les startups elles mêmes qui les amènent à être moins visibles ou a ne plus être sélectionnables. On constate qu’au fil des ans il est plus difficile d’être dans le palmarès l’année suivant la date de création. Ces 3 dernières années seules 4 startups apparaissent dans la liste contre 6 l’année du lancement du palmarès.
On félicitera L.E.S.S vainqueur en 2015 et 2016 et House Trip le gagnant de 2012 et 2013. Cette dernière ne trouve plus sa place dans la liste car au delà du fait que cette société à plus de 5 ans, elle a été rachetée par TripAdvisor.
Parmi les lauréats uniques on note la startup Optotune AG vainqueur en 2011 et InSphero AG en 2014. Mais si cette dernière a tutoyé les premières places en étant deuxième en 2012 et cinquième en 2013, Optotune s’est retrouvée a la 66 ème place en 2013. Cela ne l’empêcha pas de gagner un Swiss Economy Awards l’année suivante et de poursuivre depuis une belle trajectoire.

Plus d’un tiers de la liste est renouvelée chaque année.

Les bassins de création d’entreprises restent les territoires des EPF comme on l’a vu un peu plus haut. Sans surprise c’est sur ces territoires que la création d’entreprises est la plus vivace. Ainsi Zurich et ses environs fourni avec un belle régularité de montre suisse plus de 10 startups chaque année depuis 2011, avec un pic de 14 en 2013 et 13 en 2015 ( il y en a déjà 2 de 2016). Du coté de Lausanne on est un peu surpris de voir que s’il y a eu 9 startups présentes dans cette liste créées en 2011 et 2014 il y en a eu que 3 en 2015. Une sorte de trou d’air à vérifier ces prochaines années.

Coté renouvellement, la régularité est de mise. Chaque année c’est entre 35 et 42 % de nouvelles jeunes entreprises créées qui apparaissent dans le palmarès des 100 start-up awards apportant ainsi un renouvellement d’un peu plus d’un tiers chaque année, avec un point fort en 2014 et 2015 ou on a dénombré 42 nouvelles sociétés intégrant ce palmarès. Sachant que l’année 2016 n’est pas finie est que le nombre atteint déjà 35, on sera peut encore à ce niveau des 40 créations dans le palmarès 2017.
La régularité de ces derniers chiffres est importante pour assurer le renouvellement économique. Ce qui compte est plutôt que la tendance reste stable pour éviter les effets d’une bulle ou d’un affaiblissement. Ceux qui ont quittés cette liste (avant les 5 ans fatidiques) ne sont pas pour autant malheureux. Il peut y avoir différentes circonstances, des choix de stratégie, une date de création ancienne par rapport au lancement des Startup 100 (Poken par exemple, qui était déjà dans sa 5 ème année en 2011), ceux qui sont venu mais en sont sortis car rachetés ( Lemoptix, Jilion, Upicto,…) Ce palmarès n’est qu’un passage qui n’inaugure pas forcément de leur succès ou insuccès futur mais salue avant tout une démarche entrepreneuriale. La réussite peut se trouver au fond d’un bocal ouvert par un client puis par plusieurs, attirés par l’allure savoureuse d’un nouveau produit, technique ou service qui va lui simplifier la vie. Après tout vous allez encore twittez demain. Bon, combien de $ cette plateforme a t’elle gagné depuis sa création ? combien ?… pas un seul…. Le plus connu n’est pas le plus rentable, mais l’inverse peut être vrai.

start-up-award-11

Inscrivez vous aux awards Suisse
Actualité

En Avril, les opportunités de gagner des Awards défilent

C’est le site Startupticker qui a fait un résumé dense et efficace de toutes les opportunités qui se proposent aux startups suisses en ce printemps 2016. Des plus connus comme le Mass Challenge au Venture Leaders, ou encore le EY Entrepreneur of the Year le choix est large. Mais il ne faut pas négliger les autres possibilités, qui permettent de couvrir presque en intégralité le territoire suisse (Zurich, Berne, Lausanne, Saint Gall,…) correspondent à différents niveaux de maturité des projets d’entrepreneuriat et visent des cibles présentes dans les pays voisins (Be Project à Berlin par exemple).

Alors sur le tapis vert de vos ambitions, visez bien la boule de billard représentant l’Award qui correspond à votre projet, pour gagner grâce à un joli coup en 3 bandes, visibilité, financement et développement 😉

Voir la liste des événements sur Startupticker dont l’inscription est encore possible dans les prochaines semaines.

N’oubliez pas qu’à cette longue liste s’ajoutent les opportunités françaises comme ID 16 ou Viva Technology. Bon Printemps !

Lift 16 Geneva
ActualitéLift Conférence

Lift 16 et Mass Challenge, émulsion forte dans le domaine des startups suisses !

Lift 16 revet ses habits de lumière avec une collab plutôt sexy avec le Mass Challenge. Du 10 au 12 février la référence suisse de la scène digitale propose un tout nouveau programme ou la connaissance s’associe à l’expérience dans toutes les dimensions. Véritable bain bouillonnant Lift 16 Genevade l’innovation cette version du Lift 16 me rappelle le capteur tri-axial de ma montre connectée ( imaginée en Suisse, produite en Asie, mais je ne dirais pas la marque 😉 . En effet Lift 16 capte les tendances de manière pluri-axiale. On dénombre un riche programme de sessions ( Digital Customer Experience, Blokchain, Artificial Intelligence,… ) , des expériences interactives au sein du CICG avec de nombreux partenaires, un Lift Prototyping Lab pour réfléchir, concevoir et mener à bien un projet durant les 3 jours du salon. On y ajoutera également le Lift on Site in Geneva. Cette occasion de rencontrer des acteurs de la vie digitale présents à travers la ville de Calvin est une belle idée.  Mais curieusement la carte n’est pas interactive, aucune adresse n’est indiquée, et l’Apps n’est Read More

faveeo- IA and content marketing
ActualitéBoston

Les startups suisses rencontrent leurs publics sur tous les continents

Alors que les dernières vibrations de Futur En Seine (#fens2015) se font encore ressentir sur Paris et sa banlieue, les présentations plus formelles se sont déroulées dont celle d’ Axis CapDigital. Une dizaine de startups étaient présentes dans les salons d’honneur de l’Hôtel de Ville, et parmi elles, Faveeo (tiens mais c’est une Venture Leader 2013 😉 était là, pour présenter sa solution de data intelligence pour le web et les réseaux sociaux.

Du coeur de la capitale à sa périphérie, la techno suisse s’expose

Certes, il y a moins de boiseries Porte de Versailles qu’à l’Hôtel de Ville, mais question hauteur de plafond le Parc des Expositions se défend. Tinynode était présente Porte de Versailles en ce Read More

Venture leaders 2015
Venture Leaders

Les Venture Leaders 15 de l'EPFL à Boston et New-York

Fin avril avait lieu la présentation des Venture Leaders qui vont partir pour leur plongée dans le monde du business US. Si la cérémonie se déroulait dans ce lieu aux courbes séduisantes mais sobre de l’EPFL, le moment était marqué par une débauche de concours simultanés. Cette présentation était suivi par la Seed Night et un concourt dénommé Start se déroulait le même jour à quelques blocs de là. Dans le métro qui m’ amenait de Lausanne-Flon, une affichette s’agitait en fonction des courants d’air et attirait l’attention sur un autre concourt nommé Stratégis et doté de 50000 frs de prix.

 

20 startups et une capitaine vont montrer leurs idées aux américains

La liste des 20 Venture Leaders comporte 15 medtech parmi les 20 lauréats et 2 femmes parmi Read More

ActualitéSuissitude

Venture Leaders le programme qui fait grandir les startups suisses

Proposez votre citation !Le programme des Venture Leaders est destiné à aider les startups à grandir et à conquérir le monde, notamment celui qui se situe entre Boston/New York et San Francisco, ou encore entre Seattle et Miami. Institué depuis plusieurs années il propose de manière annuelle un voyage de 10 jours à Boston au printemps. Le prochain est prévu en juin 2015. Comme ce programme s’adapte à la réalité et à l’évolution du marché, New York et sa Sillicon Alley font partie dorénavant du package depuis 2014, afin que les 10 startups qui gagneront leurs billets pour ce voyage initiatique rencontrent les figures de la HighTech de la cote Est. Inscrivez vous avant le 1 mars 2015 ! 

Un programme complet qui mixe apprentissage et expérimentation

Au pays du Burger, la startup suisse est un peu comme la petite tranche de cornichon qui doit trouver sa place entre sauce épicée, tranche de fromage et buns imposants. Alors pour grandir et trouver leurs voies, les Venture Leaders font des rencontres avec des acteurs du monde de l’économie High Tech américaine, avec d’un coté les cours du Babson College et d’un autre le show des pitchs pour discuter avec VC, partenaires ou investisseurs potentiels. Economiquement parlant les USA sont un pays leader, mais au delà des chiffres, l’esprit US est une réalité qu’il faut comprendre. Plus direct, très axés sur le marché, très curieux même si cela peut rester superficiel, cette compréhension estRead More

Boston

Venture Leaders 2014, Du CIC au Flatiron, l'expérience s'enrichit.

Le Swissnex Boston a accueilli pendant le mois de Juin 2014 les Ventures Leaders de l’année. 20 startups qui ont pu suivre ce programme professionnel et rodé depuis 14 ans, que j’ai eu la chance de partager en 2013. Cette « Nati » de la technologie avait un profil assez médical vu la compétence de la cote Est dans cette activité. Les profils des dirigeants de ces statups suisses sont présentés sur le lien.

l’innovation c’est New York !

Mais ce n’est pas parce que le programme intense est rodé qu’il n’évolue pas. Toutes les startups retrouvaient les classiques du Massachusetts (viennoiseries de SwissBakers inclusent j’espère ;). C’est à dire cours au Babson College, visites d’entreprises, sessions de coaching et ateliers avec des entrepreneurs et des investisseurs locaux, pitchs au CIC la mecque des startups du Massachusetts (sans oublier que le MiT et Harvard sont à 2 blocs) et participation au PitchFest organisé avec le Mass Challenge ou la startup gagnante fut One Drop Diagnostics. 4 startups suisses sont inscrites au Mass Challenge 2014 et continuent leurs parcours à Boston, tout comme Flatev l’avait fait l’année dernière.

L'equipe des Ventures Leaders 2014
Photo Swissnext Boston

Pour aller plus loin, pas besoin de boire de la boisson qui donne des ailes (R..B… ;). Il suffit de ce rendre à New York, cette ville à l’énergie électrisante et nouvelle étape du programme des Ventures Leaders avec de nouvelles rencontres et expériences avec des VC, entrepreneurs, startups, entreprises et médias à la clé. En tenue officielle la Swiss National Startup Team est prête à fondre sur Manhattan.

New York  envahie par la Swiss National Startup Team

Ce n’est pas de la magie, c’est de la technologie

Quand devant une salle médusée un homme s’assoit sans chaise, ce n’est pas une entourloupe à la David Copperfield, c’est une technologie imaginée du coté de Zurich par Noonee. La startup n’est pas là pour faire illusion, mais pour démontrer les atouts de son produit pour les sites industriels américains. A New York, les Venture Leaders ont  participé à la Swiss Tech Night  co-organisé avec VentureOutNY. Le public et le jury de New York ont choisi comme gagnant Versantis de l’ETH Zurich.

De nombreuses photos sont disponibles sur le compte Flickr du SwissnexBoston
Bloomberg a accueilli l’événement à son siège de New York et les Ventures leaders ont pu monter sur scène pour présenter leurs projets innovants. La video de Blomberg montre de jeunes suisses et un Jordi Monserrat souriant et heureux de pouvoir montrer leurs talents à une audience américaine et curieuse. Il faut dire aussi que les suisses pouvaient sourire. Le match contre la France allait commencer quelques heures plus tard 😉

Suissitude

4 startups suisses sélectionnées pour le Mass Challenge 2014 de Boston

Mass challenge Boston 2014 - accelerator4 startups suisses sélectionnées pour le Mass Challenge 2014 de Boston, un des plus important programme d’incubation américain, c’est 4 fois plus que l’année dernière, ou seule Flatev était sélectionnée. Les finalistes sont au nombre global de 128.
On trouve, 1Drop Diagnostics,(repérée par l’agence de veille du Ministère des Affaires Etrangères de la France), G-Therapeutics, noonee et ProtonMail.
Pour ceux qui suivent l’aventure de nos startups à l’étranger, il ne vous aura pas échappé que 3 d’entres elles font partie des Venture Leaders 2014 qui seront du voyage en juin à Boston et New York.
Le profil Medtech de ces 3 rend pertinent cette participation dans une région qui a fortement développé son expertise dans ce secteur.
J’espère qu’ils auront l’opportunité de demander des tuyaux à Carlos Ruiz (Flatev) sur les meilleurs bureaux à récupérer au coin du 8 ème étage avec la superbe vue sur la baie de Boston.
Bonne chance dans cette compétition, chez un incubateur qui développe un programme de 4 mois et ne prend pas de part au capital de la startup. Vous pouvez découvrir ici la liste des 128 finalistes du Mass Challenge, choisi parmi les 1600 candidats et la vidéo de l’année dernière (milieu de la Home page), mais qui ne peut être « embed ». On a beau être dans l’IT, on ne partage pas tout 😉

Suissitude

La France copie la Suisse pour être à l’heure des nouvelles technologies

swissnex Boston« Les deux premières « Maisons de l’international », des incubateurs pour start-up françaises, vont ouvrir le 12 février aux Etats-Unis, à Boston et San Francisco. Le Président de la République François Hollande sera présent pour l’inauguration de l’incubateur californien, qui sera « à dominante numérique avec de la biotechnologie », tandis que les proportions entre ces deux domaines seront inversées à Boston, a précisé la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq ». (suite sur le Journal du Net)
La Suisse, elle, est déjà présente depuis un moment en ces hauts lieux de l’innovation technologique par l’intermédiaire du Swissnex. Un Swissnex qui continue son implémentation après la Chine à Shanghai dirigé par Pascal Marmier (rencontré au Lift14 car il était président du Jury de l’AlpIct Venture Night), le Brésil, ou Gioia Deucher est partie il y a quelques mois débroussailler le terrain, et New York maintenant, avec sa Silicon Alley, qui est sous la direction du bureau du Swissnex Boston comme l’explique le consul, Dr. Felix Moesner,sur Venture Lab.

Vous pouvez encore vous inscrire pour les Venture Leaders 2014 (date limite le 2 mars 2014)

France

Gilles Babinet dévoile 6 conseils pour développer sa Startup

Pour plusieurs d’entre vous, ce qui va suivre est un univers de connaissance : le pitch pour présenter sa startup. Ceux que j’ai eu plaisir a accompagner à Boston, d’autres encore à San Francisco, tous les candidats aux Ventures Leaders. Ce qui suit est un scénario déjà vécu. Oui quelque soit le pays, il y a des critères communs au lancement d’une entreprise. Voila sur ce sujet, la vision de Gilles Babinet, Multi-entrepreneur du numérique, actuellement « Digital Champion », responsable des enjeux du numérique pour la France auprès de la Commission européenne, intervenant au Digital Summit organisé par Jouve (ou je travaille;), lors de la deuxième édition de Microsoft Business Ventures Accelerator Paris (anciennement Spark).

Microsoft Accelerator Venture Paris
Les projets se cristallisent et les 25 jeunes entrepreneurs réunis dans 13 projets de startup vont bientôt voler de leurs propres ailes. Durant ces quelques mois de travail, de découverte et d’apprentissage ils ont appris à pitcher leur startup, rencontré des mentors et des investisseurs potentiels et développé leurs plateformes et applis mobiles. Découvrez ses propos sur Regard sur le Numérique

Start-up suisses

Poken fait dans l’évènementiel à Heavent Paris

Heavent c’est le salon des stratégies et des actions événementielles. Poken y avait son stand pour présenter sa technologie de mise en contact et de génération de leads pour les entreprises basée sur la technologie du NFC ( Near Field Communication).

Je poke, donc je suis
Mais Poken ce n’est pas uniquement ce petit bout de plastic qui peut prendre la forme d’un bonhomme ludique et qui permet d’échanger des données par simple contact. L’entreprise propose tout le process qui permet

Read More

BostonStart-up suisses

Flatev: la machine qui fait d’excellentes tortillas, what else ?

startup suisseVos invités sont arrivés, les discussions vont bon train et les éclats de rires alternent avec les check hand animés. Vous vous dirigez alors vers la machine, vous glissez une capsule à l’intérieur et là tout de suite vous vous dites, Expresso, Longo, Ristretto, Arpeggio….. non vous n’y êtes pas, vous vous dites Flatev

Flatev, la machine a faire des tortillas

Flatev c’est cette étonnante machine qui a pour but de révolutionner la confection de la tortillas, suivant un principe cher à Mr Nespresso (Georges de son prénom) : la vedette c’est la tortillas.Read More

Boston

Que puis je faire pour vous ?

Boston- venture-leadersCette phrase n’est pas une réelle proposition que je fais à toutes les personnes qui lisent ce blog. Je ne m’en sortirais pas 😉 C’est souvent par cet énoncé que débute un entretien avec un mentor ou un expert aux USA. Un autre exemple est la forme d’un mail reçu d’un contact américain en réponse à une de mes démarches et qui commence par « Thanks for connecting ». Pour cela les USA sont un pays ou la culture de la découverte  » qui êtes vous, Que me proposez vous ? » est bien plus développée qu’en Europe.

Read More

Start-up suisses

Swissleg, une start-up suisse qui fait avancer le monde

picto-start-up-2Swissleg est une start-up suisse qui faisait partie des Venture Leaders lors de ce voyage de juin 2013 à Boston avec une belle et simple idée : utiliser la technologie pour réaliser une prothèse de jambe. Une prothèse de qualité au design soigné qui est produite dans des lieux proches des zones de conflit où les besoins sont malheureusement les plus criants et ceci pour le prix d’une chaussure.

swissleg, le pitch de la start-up
Changer le monde cela peut être simplement l’idée de redonner le droit de marcher à ceux qui en sont privé.
Vous avez compris rien qu’en lisant le nom de cette start-up que le progrès technologique en question n’est pas de créer un nouveau logiciel ou de proposer un réseau social plus branché que Facebook.

Read More

Boston

Networking chez le Consul de Suisse

Les américains ont une vraie science du temps informel. Le temps informel appartient à ces moments ou les participants d’une réunion discutent entre eux dans des circonstances plus conviviales, sur des sujets différents que ceux qu’ils ont abordés en séance, afin de mieux se connaitre.  Un des intervenants  lors du voyage des Venture Leaders à Boston, Ofer Sharone dans son atelier consacré à la négociation l’a bien démontré. Créer ces circonstances favorables permettent de développer le capital confiance qu’un américain peut trouver chez vous (c’est un phénomène réciproque), et faciliter la conclusion d’un deal.
BBQ chez le Consul
C’est dans cette perspective que le Consul Felix Moesner a reçu ses nombreux convives au cours de ce « networking BBQ ». Dans une résidence américaine, un peu le style Wisteria Lane ou on s’attend à voir débarquer au coin d’une pelouse soignée une des Desperate Housewife accompagnée de son jardinier, la réception chez le Consul de Suisse est placée sous le signe de la convivialité, et de la gastronomie suisse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Organiser un BBQ a l’Américaine… c’est à dire pas trop tard, car les américains démarrent leurs journées tôt et passent à table assez tôt, permet de recevoir les invités dans sa maison, autour d’un barbecue et de délicieux produits suisses ( non, pas que du chocolat ou du fromage, mais également un service traiteur parfait, et un pain délicieux). Il est organisé par une société suisse, vraie start-up dans son genre, installée à Boston : Swissbäkers.com)

boston venture leaders
Le cercle des invités s’est agrandi. Tous les mentors et experts sont présents et de nouvelles relations s’y sont ajoutées. Les discussions vont bon train autour des saucisses grillées et de la salade de pommes de terre.
Les européens ont vite pris leurs mauvaises habitudes. Boire et discuter sur le perron de la maison, coté rue. Cela ne se fait pas aux USA. Les conventions américaines font que c’est le jardin derrière la maison qui est destiné à cet usage. Mais il faut dire que les fauteuils à bascule de la terrasse sont attirants, et incitent à balancer entre sujet sérieux, « quel est ton produit », et sujet plus léger, « quelle îles faut-il visiter au cours du prochain week end », discussions qui forment la trame de ce networking informel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les convives, habillés de manière plus décontractée, écoutent avec attention le discours protocolaire du Consul, qui a réussit à mettre tout le monde dans son salon et dans sa poche.
Même  un étonnant artiste suisse, fils d’une famille de vigneron helvétique du Canton de Vaud, connaisseur éclairé du vignoble à voir sa démarche non linéaire, si vous voyez ce que je veux dire. Cet artiste peintre utilise  son café (avec plus ou moins de sucre) ou son vin pour créer ses toiles. Il m’a promit de m’envoyer le lien de son futur site internet. Je suis impatient de voir cela 😉

Toute les conditions étaient réunies, beau temps, BBQ parfait, jolie maison, ambiance conviviale, pour que ce moment deviennent propice à un échange fructueux st sympathique  entre les représentants d’une culture européenne et ceux de la culture américaine.

Boston

Comment développer la proposition de valeur de sa start-up

C’est au coeur du CIC (Cambridge Innovation Center, j’ y reviendrais) que c’est déroulé une importante étape du programme des Venture Leaders.
venture leaders, boston, CIC
Dans ce grand bloc de couleur beige au centre de la partie rénovée de Cambridge, et au bord du campus du MIT, fut organisée cette nouvelle session de présentation des start-up suisses à des experts, mentors et VC.  Organisé par groupe les start-up  se sont dispersées parmi les salles de conférences toutes équipées pour soumettre à tour de rôle leurs projets. Chaque groupe rassemble 4 à 5 start-up mais également ces experts et ces mentors, dirigeants ou  cadres sup en activité. Ce sont des actifs, connus par le Swissnex Boston, qui appartiennent aux secteurs de la biotech, du IT ou sont Venture Capitalist.
Ils en ressort que ces réunions organisées en 2 phases, d’abord une présentation (les fameux pitch ;), puis des séances de travail d’analyses plus approfondies avec les experts, ont porté leurs fruits. Questions précises, analyse technique poussée, on sent que ces experts réagissent sur ce type de problématique car ils les rencontrent de manière fréquente.
La proposition de valeur, comment la concrétiser ?
Cela passe par un examen détaillé des capacités techniques du produit/service, avec de nombreuses questions (les intervenants et mentors connaissent bien les différents secteurs d’activités de la plupart de ces start-up), et les réflexions qu’ils proposent aux Venture Leaders sont centrées sur la génération de valeur, aspect valable pour tout lancement d’entreprise quel que soit le secteur.
Pourquoi va t’on mettre de l’argent sur ce produit/service plutôt qu’un autre, quelle est la prochaine étape (voir le post sur le leadership), quels sont les points précis des prochains développements, quels sont les risques pour les investisseurs, comment se protéger des autres  compétiteurs, comment lever des fonds….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les slides des projets défilent avec les phases clés, qui entraînent réaction et réflexion; profit and loss, key partnership, key activities, value proposition, customer relationship, customer segment.
On retrouve parmi les recommandations des mentors et des VC les grands principes marketing adaptés au marché US :

  • Specify the USP
  • Presentation of the US business model
  • Present the key element of your US Project
  • Be specific, show strategic clarity
  • If possible, have different models for different segment

Autant de questions et de conseils qui ont fusés aux cours de ces séances, et qui accélèrent l’évolution des projets portés par les Venture Leadersvers un stade de maturité avancée.

Tout ceci est complété par un coffe break et un moment de networking qui a permis d’approfondir les sujets, de discuter en tête à tête au coeur du Venture Café, afin d’échanger les cartes de visites et prendre rendez vous pour le futur.

venture leaders, boston, CIC

Le tout organisé de main de maître par le Swissnex Boston, car quand un suisse monte sur la table pour couvrir le bruit des deals en fureur, on l’écoute 😉

venture leaders , boston, CIC