Fintech50
Actualité

La liste Fintech50 met le projecteur sur la crème Fintech en Europe

Il y a quelques chiffres qui nous intéressent particulièrement en ce moment. 37 ou 38, c’est en degrés l’indice de la canicule qui touche actuellement l’Europe et notamment la France. 118, c’est en milliards la perte de la valeur en bourse de Facebook en une journée, le 26 juillet 2018. Ce jours là pour les actionnaires, malgré cette canicule il y en a qui ont du avoir des sueurs froides. 50 et 10, c’est la sélection des Fintech50, rassemblant les 50 startups Fintech choisies par un panel international et managé par FinTechCity. 10 est le nombre de startups qui ne font pas partie de la liste des 50, mais ont droit à une mention spéciale du jury.

FinTech50:  liste annuelle des 50 sociétés FinTech les plus en vogue en Europe

C’est la sixième fois, que FinTechCity propose cette liste de startups sélectionnées pour leurs capacités à apporter des innovations dans le monde de la finance. L’organisme fait une sélection pour l’Europe, une autre pour l’Asie et une troisième catégorie qui recensera les innovateurs sans distinction géographique.  C’est parmi une liste initiale de 1800 entreprises que les 21 membres internationaux et les 3 personnes de l’équipe FintechCity, font leurs choix pour distinguer les plus brillants représentants en Europe. Ce groupe d’experts est effectivement très international. On remarquera en ce qui concerne des personnalités plus proches de nous, la présence de Laurent Nizri, le patron du Paris Fintech ForumJohn Hucker et Oliver Bussmann.


La particularité de cette liste, c’est de se contenter de sélectionner et nommer. Il n’y a pas de trophées ni d’awards. Le fait d’apparaître dans la liste permet une hausse conséquente de la notoriété de la start-up nommée. Elle se retrouve sur le devant de la scène face aux investisseurs et à des clients clés, attirant les banques et ceux qui veulent s’engager avec cette communauté d’innovateurs FinTech à travers l’Europe. Lors de la publication de la liste des FinTech50 2017, FintechCity a pu analyser le fait que cette liste à été téléchargée 100 000 fois et a été diffusée vers 3,5 millions de comptes Twitter dans sa première semaine de mise en ligne.  De même sur le marché des levées de fonds, le cumul des sociétés sélectionnées regroupant les listes FinTech50 2017, Hot Ten et Hall of Fame représente plus de 1,9 milliard de dollars au cours de l’exercice, pour un total de 70 entreprises.
Une tendance qui ne va pas diminuer cette année, quand on voit que les capitaux continuent d’affluer vers les jeunes pousses du secteur financier. Selon le dernier rapport de CB Insights, le deuxième trimestre 2018 a battu tous les records.

Les suisses sont dans le radar

Les startups suisses font partie de cette sélection 2018. Dans la liste des Fintech50, on remarque Netguardians et Wefox. Ces 2 entreprises confirment car elles étaient déjà citée en 2017. A l’époque il y avait également Qumram, rachetée depuis par Dynatrace. Wefox était présente lors du ParisFintechForum 17 pour présenter son innovation dans la distribution des polices d’assurance et j’avais à cette occasion pu interviewer son CEO Julian Teicke.
Parmi la sélection des Hot Ten, on remarque SmartValor. Elle, était présente lors du ParisFintechForum 18, ou sa CEO Olga Fermeier, qui maîtrise aussi bien les crypto-assets que l’ubiquité avait participé à de nombreuses conférences. J’avais pu l’interviewer à cette occasion. Sa start-up devrait profiter de la progression du marché et d’une récente décision du G20 qui a conclu que les crypto monnaies peuvent apporter des bénéfices significatifs à l’économie mondiale.Fintech50

La publication Fintech50 est managée par Julie Lake PDG et co-fondatrice de The FinTech50. Cette distinction a été créée en 2012 pour reconnaître les acteurs de l’innovation dans l’univers financiers. Publiée annuellement, cette liste aide les sociétés FinTech à obtenir une reconnaissance à l’échelle mondiale, à établir des liens avec les influenceurs, les investisseurs et les bailleurs de fonds et à générer des affaires. Julie Lake est également directrice fondatrice de FinTechCity, la plateforme qui regroupe la communauté européenne des FinTech et celle de l’Asie. Cet indice reste néanmoins très marqué par sa condition insulaire.
En 2018 parmi les Fintech50 Europe, 56% des startups citées ont leurs sièges à Londres/UK, sans compter ceux qui sont basés en Irlande (et 64% en 2017 !), L’Allemagne en place 7 (8 en 2017), ce qui la met devant La Suisse et la France avec 2 nominations chacune. Parmi les Hot Ten 2018, 50% des nommées sont situées également à Londres/UK (contre 60% en 2017). Le prisme Royaume Uni égal finance, même en situation pré-brexit, est encore fort. On félicite particulièrement toutes les startups qui font partie de cette liste et dont le siège n’est pas londonien ou proche. On s’étonne aussi de voir une aussi faible représentation d’Israël, ce qui est loin d’être le cas dans d’autres listes.

Photo by Anete Lūsiņa on Unsplash

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.