HEG-Genève
Actualité

La HEG Genève a lancé un CAS sur la création d’entreprise

Orientée sur la pratique et en lien étroit avec l’écosystème romand, cette formation continue vise à donner les outils nécessaires au succès d’une création d’entreprise. Débutant à fin avril, ce CAS en création d’entreprise veut aider à éviter les erreurs. Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 7 avril. Le nombre de places est limité.

Une formation pour maîtriser les risques de l’entrepreneuriat

Aujourd’hui, nombre de personnes ont envie de devenir entrepreneur. Cette aventure permet en effet de s’exprimer et de se réaliser. De tracer son propre chemin, voire de contribuer à changer le monde. Voilà pour le côté personnel. A un niveau plus large, l’entrepreneuriat est au cœur du renouvellement économique de la société et de la création Read More

SwissLending, le crowdfunding suisse immobilier
CrowdfundingStart-up suisses

Le crowdlending de SwissLending rapporte 8% à ses souscripteurs

A terme on en voudra peut être moins à des sociétés financières comme Lehman Brothers et ses autres confrères de nous avoir fait peur en 2008, ou suite à cette crise, on a découvert des produits si sophistiqués et si éloignés de la réalité économique qu’ils étaient plus virtuels que les oracles de Madame Irma (ceux de l’oracle d’Omaha restent plus sûrs et concrets). Depuis, un certain nombre de professionnels ont quitté les équipes de ces faux Mozart et vrais équilibristes de la finance et ont imaginé d’autres solutions, plus claires, plus transparentes et plus accessibles. Dominique Goy a créé récemment SwissLending à Genève afin de mettre en relation des promoteurs en manque de financements et des épargnants qui cherchent à placer utilement leurs capitaux dans des opérations sur du court terme. Possédant 17 années d’expérience en investissements dans les banques privées J.P. Morgan et Lombard Odier, il a pu adjoindre au bon coté de la technologie comme une plateforme de Crowdfunding ouverte à des particuliers, des produits bien matériels. Il s’agit en l’occurrence de biens immobiliers qui sont financés à la fois par le promoteur, un banquier classique et une tierce partie qui grâce à ce crowdlending conforte les fonds propres nécessaires au financement.

Le crowdlending immobilier permet d’investir à court terme dès 30000 CHF.

Les projets présentés ont tous obtenus un prêt bancaire. Ils ont des niveaux de pré-commercialisation supérieur à 60% et sont réalisés par des promoteurs et entreprises générales ayant pignon sur rue qui s’engagent sur le taux proposé. Une fois inscrit sur la plateforme SwissLending, vous choisissez le projet qui vous intéresse et l’argent versé sera confiné sur un compte séquestre correspondant au projet choisi. La nature de cet investissement se fait sous forme de contrat de prêt ou d’un emprunt obligataire. Cette démarche spécialisée dans l’immobilier conserve comme tout projet financier une part de risque. La mention en est clairement expliquée sur la page d’inscription. Il faut donc bien prendre en compte les mentions indiquées qui vous demandent une réponse claire quand à votre perception de ceux-ci. Si les fonds nécessaires au financement du projet ne sont pas rassemblés, les apports effectués grâce à ce crowdlending sont remboursés en intégralité.

SwissLending, le crowdfunding suisse immobilier

Un premier projet est déjà remboursé

Cette première plateforme de financement participatif en crowdlending, spécialisée dans le prêt pour les professionnels du secteur de l’immobilier en Suisse, a déjà remboursé les investisseurs de la première opération proposée il y a à peine 12 mois. Elle vient d’opérer ce remboursement auprès de 9 investisseurs particuliers à hauteur de 918’000 CHF, soit 8% de rentabilité (hors impôt), investis par ces derniers début 2016. Après une mise initiale de 850 000 CHF (mise moyenne de 94k – 850k/9), le retour sur investissement s’est élevé à 102000 CHF par souscripteur (918k/9). Les projets proposés tourneront pour leur grande majorité autour d’une durée de 24 mois permettant de conserver un intérêt fort pour un placement court terme, mais intégrant les risques de dérapages toujours possible pour ce type de chantier. Le but n’est pas de récupérer les sommes investies avant le terme échu, mais si le promoteur voit son projet aboutir avant l’échéance initialement fixée (un hiver particulièrement clément par exemple) et que le chantier se termine plus tôt, le dossier est débouclé par anticipation. La mise minimale de 30,000 CHF, permet d’investir dans les meilleurs projets immobiliers de la région Europe Continentale. Elle n’est pas systématique car cette valeur plancher dépend du montant global du projet. Mais la vocation du crowdfunding est de mettre à disposition d’un plus grand nombre (ce qui ne veut pas dire tout le monde) des solutions d’investissement modernes.

Une rémunération entre 8 et 10% pour des projets immobiliers en Europe continentale (Suisse, France et Luxembourg)

Depuis sa création, SwissLending a déjà réalisé le financement de 4 projets immobiliers en Europe continentale (Suisse, France et Luxembourg) et a levé, à date, 2’875’000 CHF auprès d’investisseurs. La rémunération annuelle attendue des investisseurs varie entre 8% et 10% en fonction des projets présentés. L’objectif de la démarche de crowdlending a une ambition raisonnable de prendre en charge environ 10% du montant total maximum de l’investissement. Ce qui limite bien sûr les risques. Appréciée par les Family Office, ce système verra à l’avenir fleurir d’autres projets afin de proposer un spectre de projet plus large (situé entre 500k et 10 millions à priori pour 2017 par projet) à une cible plus étendue. Comme le souligne son CEO Dominique Goy et cofondateur de SwissLending « Ce mode de financement est de plus en plus plébiscité par les investisseurs en quête de transparence et de rendement dans le contexte actuel de taux bas. La notoriété du crowdfunding augmente régulièrement et des acteurs professionnels se mettent en place. Le remboursement de cette première opération par SwissLending est une belle étape de franchie ».
Membre de la Swiss Crowdfunding Association, cette plateforme de financement participatif (« Crowdfunding ») immobilier est basée à Genève. Elle représente une alternative aux produits connus de type SCPI, une transparence aisée à étudier et un rendement intéressant sur des échéances courtes. Présente au Paris Fintech Forum, elle profitait de cet événement parisien pour apparaître dans ce tourbillon de technologie comme une solution d’investissement que l’on peut comprendre le temps d’un café.

Fintech Genève
Actualité

The Swiss Fintech Convention aura lieu le 2 février 2017 à Genève.

L’année 2017 qui commence, s’affiche avec un froid plutôt conséquent sur nos contrées tempérées, mais s’il y a bien un territoire qui voit une température à deux chiffres, c’est celui des Fintech. De gros événements se précisent dans le calendrier, comme évoqué dans le post Fintech précédent. Il ne faut pas oublier ceux de taille plus modeste, mais qui peuvent donner une vision plus concrète et sont facilement accessible comme le Swiss Fintech Convention, qui aura lieu à Genève le 2 fèvrier 2017.
Le programme est à une échelle humaine, l’événement dure une journée, et n’élude pas les réflexions qui dans ce domaine vont au delà de la technique ; la relation avec l’humain.

Digital, fintech et humanité

Plusieurs conférences auront lieu sur ce sujet, animées par Aline Isoz, nominée en 2015 pour le prix de la « Femme Digitale de l’année ». Ainsi elle vous apportera quelques convictions à la question « Peut-on être Suisse et digital ? « . Moi, je dis oui, mais ce n’est que mon point de vue.  Alors que les entreprises intègrent de plus en plus la transformation digitale dans sa dimension culturelle et non plus uniquement technologique, quels sont les freins et les avantages pour la Suisse à l’ère des GAFAM et autres Pure Players? Sous l’angle d’exemples économiques ou environnementaux, Aline Isoz invite à réfléchir sur les fonctionnements “helvétiques”, et leurs incidences.
Vous aurez aussi une conférence pour savoir dans cet univers Fintech, concilier le digital et l’humain, et comment repenser l’organisation de l’activité financière.
Le programme et les billets sont disponibles sur le site TSFC dès le 6 janvier 2017.

Startup -Award 2016 - Venture Lab
Start-up suisses

Les 100 startups suisses des Startup Award. L’essence de l’innovation helvétique.

A la mi-septembre le top 100 des startups suisses 2016 a été dévoilé. Ce classement lancé en 2011 permet d’avoir un regard pointu et concret sur les entrepreneurs
émergeant de cette petite nation. Celle qui dame le pion aux plus grandes. Selon l’indice mondial de l’innovation, la Suisse se classe en tête des nations les plus innovantes au monde en 2016 et se permet d’accaparer ce premier rang pour la sixième année consécutive.

Cette initiative privée met en valeur la diversité des projets des startups suisses

Le classement du TOP100 a été créé en 2011 par Beat Schillig et Jordi Montserrat de l’Institut pour les Jeunes Entreprises (IFJ). Ensemble, ils ont également mis sur pied en 2004 le programme Venturelab, qui a soutenu dans leur développement des milliers de startups dans toute la Suisse. Depuis 2007, ils assurent la gestion opérationnelle de l’initiative Venture Kick, qui jusqu’à aujourd’hui a soutenu 450 spin-off issues des universités et des hautes écoles suisses avec du capital d’amorçage à hauteur de 18 millions de francs. Le bureau de presse lucernois Niedermann est co-initiateur et partenaire dans la réalisation du classement. Le projet est financièrement et intellectuellement soutenu par la Fondation Gebert Rüf et la Swiss Private Equity & Corporate Finance Association (SECA). Les partenaires médias sont PME Magazine pour la Suisse romande et Handelszeitung pour la Suisse alémanique. Le palmarès détaillé du TOP100 2016 est présent sur startup.ch. L’édition spéciale «Startup.ch» commun au PME Magazine et à la Handelszeitung peut être téléchargée sur le lien (il s’agit de la version allemande).

start-up-award-10

Le classement se veut un instantané fiable des jeunes entreprises les plus innovantes et prometteuses de Suisse. Il permet notamment à de nombreux investisseurs, suisses ou internationaux, de garder à l’oeil certaines start-up.

Une sélection bâtie grâce à l’expertise de professionnels suisses

Depuis 2011, 100 experts, dont la liste est présente sur ce lien, analysent un grand nombre de startups en tant qu’investisseurs/-euses, choisissent chaque année leurs dix jeunes pousses suisses favorites. Si les chiffres font partie du débat, ce n’est pas le seul juge de paix. Ces experts se fient également à leurs instincts pour proposer les startups aux meilleurs potentiels de réussite. Seule condition, ces dernières doivent avoir moins de cinq ans. Le résultat est une liste très large, qui laisse une chance à chacune de ces jeunes pousses. Les critères d’innovation technologique mais aussi le feeling, et l’éco-système helvétique permettent de composer ce cocktail d’entreprises innovantes. Felix Moesner CEO du Swissnex à Boston voit passer chaque année les Venture Leaders dans le Massachusetts. Mais il a sans doute une vision plus lointaine du monde des startups Suisses, que les personnes qui appartiennent au Fongit, au CTI, à l’EPFL à l’ETH, qui eux les croisent au quotidien ou presque. Pour ces derniers faire un choix ne doit pas toujours être aisé car ils sont placés au coeur des places fortes de la création de startups suisses.

Un palmarés qui montre le large spectre de l’innovation en suisse.

Depuis cette année, les startups suisses du palmarès sont classées par catégories, ICT, Lifescience, Cleantech, High tech, Produit/services. Ces catégories ne sont pas exclusives et certaines startups peuvent appartenir à plusieurs à la fois (Sophia Genetics par exemple). Ainsi le palmarès affiche 100 startups mais le cumul des réponses de ces catégories atteint 397 réponses. On peut en déduire que chaque start-up est référencée dans au moins 3 catégories.

start-up-award-9

Le podium 2016 ne fait pas la part belle au monde du software. On constate une volonté d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de la vie,  favoriser un comportement éco-responsable, moins dévastateur pour nos ressources naturelles. Pas seulement automatiser grâce au dieu « Algorithme » ce qui peut l’être, avec l’espoir d’uberiser un secteur et quelquefois d’ailleurs, les postes de travail qui vont avec. La première place revient ainsi à L.E.S.S et sa lumière idéale (dont le nom et la technologie s’approche du concept consumériste Less is more). BComp  start-up de Fribourg prend la seconde place avec un nouveau matériau en fibre naturelle. La troisième place revient à Knip dont l’appli veut faciliter la vie des consommateurs dans le domaine des assurances ou là aussi, entre clauses et garanties liées, on est stupéfait de découvrir que l’on sur-consomme des protections qui doublonnent.

Les bassins de création les plus puissants se bâtissent autour des EPF.

Depuis 2011, il ya donc eu 6 années de palmarès et 600 startups saluées pour leurs performances et ou leurs potentiels. On peut commencer à détecter quelques tendances qui n’ont pas la prétention de vouloir rivaliser avec un de ces algorithmes imaginés dans les labos de l’ETH Zurich, mais s’appuient sur une version officielle d’Excel ;). Géographiquement par exemple on voit que les villes ou sont présentes les EPF sont assez logiquement des places fortes de la création d’entreprise. La région de Zurich est un beau leader car elle fournit 38.3% des startups listées depuis 2011. Lausanne et ses environs atteint 19.4%. Genève suit avec 6.22% devançant Bâle avec 4.5%. Je n’ai pu m’empêcher de regarder Yverdon, car cette petite ville thermale ou j’ai passé  de bons moments avec ma famille a désormais son Y-Parc et ses startups représentent quand même 1.6% de la liste. Au global les villes citées regroupent 70.02 % des lauréats des 100 meilleures startups suisses. On n’est pas loin des chiffres préférés de notre ami Pareto et cela montre que si la concurrence est plus rude dans ces endroits, certains cantons sont plus favorable pour émerger.
Pour compléter cet aspect géographique, un canton peut même arriver à truster le podium. C’est le cas de Zurich en 2011, tout comme Lausanne en 2015, avec L.E.S.S. SA, Abionic SA et Flyability SA. Ces communes ont placé 3 startups lancées chez elles sur les 3 plus hautes marches du podium.

Un monde des start-up assez résilient

Les startups qui peuvent concourir doivent avoir moins de 5 ans. Ce pré-requis permet à certaines d’entre elles d’être particulièrement performantes car elles sont présentes… 6 fois ;). Ainsi Bcomp AG est présente de 2011 à 2016, et cette constance est récompensée car si elle a démarré en 2011 par une discrète 67 ème place, elle se retrouve seconde en 2016. Une des plus belles progressions du tableau. Mais si j’ai bien compris, elle ne pourra pas tenter la plus haute marche du podium en 2017. Une situation partagée également par Kandou présente 6 fois. Créée en janvier 2011, sa technologie innovante dans les semi-conducteurs est peut être moins glamour et elle a eu plus de mal à séduire les experts qui l’on placée 94 ème en 2016, après lui avoir permis d’atteindre sa meilleur place, 9 ème  en 2013.

D’autres belles progressions sont à souligner. Abionic qui a remplit son quota avec 5 années de présence entre 2011 et 2015  a démarré 32 ème et a finit à une belle seconde place en 2015, faisant la fierté de la ville de Lausanne. Actlight a aussi été élue au cours de ces mêmes 5 années mais a un suivi un parcours divergeant car elle est passée de la 51 ème place en 2012 à la 62 ème en 2016. On trouve également une liste de start-up qui ont chaque année de fervents supporters, ce qui leur permet d’être présentes pendant toute la durée possible de ce mandat. La liste comprend :  QualySense AGUepaa AG, UrbanFarmers AGWinterthur Instruments AG Advanced Osteotomy Tools – AOT AG, Aeon Scientific AG (4 appartiennent au canton de Zurich) .
Glissons quand même une mention spéciale a L.E.S.S, déjà cité, qui non seulement est présente depuis 5 ans, a remporté la premier place 2 années consécutivement, ce qui est déjà tout à fait exceptionnel, mais a passé 4 années sur 5 dans les 5 premiers et a été classée au plus mal à la 18 ème place. Sans compter que cette start-up qui coche toutes les cases du succès fait partie des 2 sociétés (Avec Flyability) à être dans le palmarès dès l’année suivant sa création. Voila une start-up qui doit avoir un pitch de remerciement parfaitement rodé. Le cas de Sophia Genetics SA soulève d’autres réflexions. 2 fois 5 ème, alors que cette société est leader mondial dans son domaine du Data Driven Medecine, qu’elle va passer de 100 à 160 salariés cette année comme l’avait annoncé son CEO lorsque je l’avais rencontré à Paris lors de Viva Technology, c’est globalement une très belle réussite, qui s’affirme sur les marchés internationaux. Ce succès vous donne une telle dimension que vu de l’intérieur de la Confédération on la juge désormais plus licorne que start-up, et les experts ne lui ont étrangement jamais accordé les honneurs du podium. Elle n’en demeure pas moins un superbe exemple pour tout ceux de la liste qui sont moins avancé qu’elle, c’est à dire sur certains critères économiques sans doute les 99 autres.

6 années mais seulement 4 vainqueurs.

Bâtir chaque année un palmarès comportant 100 start-up offre 30 places privilégiées en prenant en compte les 5 premiers dans une optique de podium élargit. En se focalisant sur ces places, l’analyse montre que ces 30 places convoitées ont été occupées par seulement 17 startups. 70% des start-up se retrouvent plus d’une fois sur ce podium élargit. Le tiers restant est composé de start-up qui n’ont connu qu’une joie très éphémère d’apparaître en haut du tableau. Alors, difficile de déloger les lauréats ? manque de nouveaux projets  ? ou simplement vraie domination d’une bonne idée qui fait mouche car dotée d’un bon business model ? Il peut y avoir différentes raisons incluant des options choisies par les startups elles mêmes qui les amènent à être moins visibles ou a ne plus être sélectionnables. On constate qu’au fil des ans il est plus difficile d’être dans le palmarès l’année suivant la date de création. Ces 3 dernières années seules 4 startups apparaissent dans la liste contre 6 l’année du lancement du palmarès.
On félicitera L.E.S.S vainqueur en 2015 et 2016 et House Trip le gagnant de 2012 et 2013. Cette dernière ne trouve plus sa place dans la liste car au delà du fait que cette société à plus de 5 ans, elle a été rachetée par TripAdvisor.
Parmi les lauréats uniques on note la startup Optotune AG vainqueur en 2011 et InSphero AG en 2014. Mais si cette dernière a tutoyé les premières places en étant deuxième en 2012 et cinquième en 2013, Optotune s’est retrouvée a la 66 ème place en 2013. Cela ne l’empêcha pas de gagner un Swiss Economy Awards l’année suivante et de poursuivre depuis une belle trajectoire.

Plus d’un tiers de la liste est renouvelée chaque année.

Les bassins de création d’entreprises restent les territoires des EPF comme on l’a vu un peu plus haut. Sans surprise c’est sur ces territoires que la création d’entreprises est la plus vivace. Ainsi Zurich et ses environs fourni avec un belle régularité de montre suisse plus de 10 startups chaque année depuis 2011, avec un pic de 14 en 2013 et 13 en 2015 ( il y en a déjà 2 de 2016). Du coté de Lausanne on est un peu surpris de voir que s’il y a eu 9 startups présentes dans cette liste créées en 2011 et 2014 il y en a eu que 3 en 2015. Une sorte de trou d’air à vérifier ces prochaines années.

Coté renouvellement, la régularité est de mise. Chaque année c’est entre 35 et 42 % de nouvelles jeunes entreprises créées qui apparaissent dans le palmarès des 100 start-up awards apportant ainsi un renouvellement d’un peu plus d’un tiers chaque année, avec un point fort en 2014 et 2015 ou on a dénombré 42 nouvelles sociétés intégrant ce palmarès. Sachant que l’année 2016 n’est pas finie est que le nombre atteint déjà 35, on sera peut encore à ce niveau des 40 créations dans le palmarès 2017.
La régularité de ces derniers chiffres est importante pour assurer le renouvellement économique. Ce qui compte est plutôt que la tendance reste stable pour éviter les effets d’une bulle ou d’un affaiblissement. Ceux qui ont quittés cette liste (avant les 5 ans fatidiques) ne sont pas pour autant malheureux. Il peut y avoir différentes circonstances, des choix de stratégie, une date de création ancienne par rapport au lancement des Startup 100 (Poken par exemple, qui était déjà dans sa 5 ème année en 2011), ceux qui sont venu mais en sont sortis car rachetés ( Lemoptix, Jilion, Upicto,…) Ce palmarès n’est qu’un passage qui n’inaugure pas forcément de leur succès ou insuccès futur mais salue avant tout une démarche entrepreneuriale. La réussite peut se trouver au fond d’un bocal ouvert par un client puis par plusieurs, attirés par l’allure savoureuse d’un nouveau produit, technique ou service qui va lui simplifier la vie. Après tout vous allez encore twittez demain. Bon, combien de $ cette plateforme a t’elle gagné depuis sa création ? combien ?… pas un seul…. Le plus connu n’est pas le plus rentable, mais l’inverse peut être vrai.

start-up-award-11

carrefour-createur-genilem-1
Actualité

Prenez la bonne direction au Carrefour des Créateurs – 12.10.2016 – Genève

Le Carrefour des Créateurs est devenu un événement majeur dans la partie romande de la Suisse. Ce qui le caractérise est son amplitude à couvrir tous les aspects de la vie d’une jeune entreprise et des challenges à relever. Certes c’est toujours très chic de lever des fonds, de parler de Seed, de Round A, voir même de remplacer le A par d’autres lettres de l’alphabet. Mais créer une entreprise c’est aussi , appréhender son marché, trouver des partenaires, se former, se protéger juridiquement. Créer son entreprise c’est changer de vie, s’ouvrir à une nouvelle manière d’appréhender demain, établir sa propre voie. Concrétiser cette vision est possible lors de cet événement (regardez la diversité des thèmes des ateliers), que vous soyez créateur, repreneur, chef d’entreprise ou simple curieux désireux d’en savoir plus.  Quel que soit votre profil d’entrepreneur, le Carrefour des Créateurs peut vous ouvrir la voie.

Inscrivez vous gratuitement (onglet : inscription) à cette journée et rencontrez les acteurs de l’écosystème entrepreneurial qui font bouger la Suisse. Cette journée complète au sein du Palexpo Genève vous ouvrira de nouvelles perspectives grâce à  23 conférences et ateliers, 16 experts intervenants tout au long de journée, et de fréquentes occasions d’échanger avec des entrepreneurs expérimentés, ne serait ce qu’au café des créateurs . 

Découvrez la plateforme MaBoite Academy

La création  d’entreprise se plie aussi à la tendance du gaming. En ligne vous pouvez déjà tester votre sensibilité à la vocation d’entreprendre que vous sentez vibrer en vous, en testant Ma Boîte Academy,  une formation en ligne destinée à toute personne qui désire se lancer dans une aventure entrepreneuriale, ou qui veut comprendre ce que cela implique.Cette formation est composée de plusieurs parties liées entre elles mais pouvant être consultées indépendamment. Elle allie un jeu, des conférences formatrices et des informations précises sous forme de fiches pratiques. « Ma Boîte Academy » est un condensé de l’expérience acquise pendant 20 ans par les coaches GENILEM. Le cas illustré dans le jeu et les conférences est une construction basée sur des difficultés vécues par des centaines d’entrepreneurs et par des milliers d’heures cumulées de coaching (plusieurs heures de formations ludiques pour CHF 95.- TTC pour un accès personnel illimité à la plateforme www.maboite.academy)

Cette plateforme sera présentée lors d’une conférence « Devenez entrepreneur:formez-vous en jouant on-line avec MaBoite.Academy » par David Narr GENILEM, mais vous pouvez vous lancer en ligne depuis chez vous !

GENILEM renforce sa mission de favoriser la création de jeunes entreprises innovantes  avec le Carrefour des Créateurs.

Genilem accompagne les entrepreneurs dans de multiples secteurs d’activités et met tout en œuvre pour les aider à concrétiser leur projet, leur donner les outils nécessaires et les mettre en relation d’affaires avec de grandes entreprises et des multinationales. Le carrefour des créateurs réunit, en un seul lieu, l’essentiel de la création, de la reprise/cession et du développement d’entreprises pour faciliter la réussite des projets entrepreneuriaux. 

 

Hack Geneva
ActualitéStartup-WeekEnd

Le Hack Geneva donne ses premiers résultats

La ville est souvent comme une vieille dame qui veut attirer l’attention des jeunes générations. Aujourd’hui cette ancêtre à la mode (de plus en plus de monde habite en ville) voit dans les nouvelles technologies une manière de mieux faire vivre ensemble ses concitoyens. C’est ce qui rendait particulièrement intéressant cette première édition d’Hack Geneva, organisé en partenariat avec la Ville de Genève et le soutien de l’Université de Genève. Huit projets d’une grande diversité thématique ont été présentés au jury, qui a sélectionné et récompensé quatre idées. Esther Alder, Maire de Genève qui présidait le jury, a souligné « la richesse, l’originalité et le caractère innovant des idées travaillées pendant ces 48 heures d’intelligence collective. »

GE’Lunch remporte le premier prix du Hack Geneva

GE’Lunch est une application mobile communautaire permettant aux consommateurs de plats et de boissons à emporter d’avoir à disposition une boîte à lunch compacte et réutilisable, distribuée par les restaurateurs locaux.

3 autres lauréats récompensés

Le 2ème prix est remis à Meatingo. Cette plateforme met en relation des cuisiniers amateurs qui proposent des repas à domicile pour partager leur passion et rencontrer de nouvelles personnes.
La 3ème place revient à SpectACTeurs qui entend organiser un événement expérimental, invitant les artistes professionnels et amateurs à créer des spectacles impliquant une participation active du public.
Finalement, un prix hors catégorie est décerné au projet Fantôme de la Rade qui propose de renverser les points de vue sur cette thématique d’actualité. Il s’agit d’offrir à la population un moyen de se rendre compte par elle-même des effets sonores et visuels produits par le passage des véhicules.
Les lauréats bénéficient d’un accompagnement de la Fondetec, d’un hébergement dans l’espace collaboratif Impact Hub Genève ainsi que de paniers gourmands des Marchés d’Ici-Même.
Jérôme Favoulet, membre du jury et directeur de la Fondetec, souligne « la grande diversité des âges, des origines et des compétences des participants. Il salue l’engagement de tous les porteurs de projets pour construire le Genève de demain. »

Quand on voit par exemple le programme de Futur En Seine 2016 (initiative de Cap Digital, l’agence de la Région d’Ile de France qui soutient l’innovation) avec des thèmes comme, « Innovons ensemble autour du Grand Paris », « Comment le numérique peut apporter des réponses pratiques à la démocratie ? » ou « applications des nouvelles technologies dans le cadre des JO 2024 », on se dit que la ville est un vrai terrain de jeu (coté jeu le match Suisse-France Euro 2016- c’est dimanche 19 juin 😉 sur lesquelles les nouvelles technologies peuvent apporter de nouveaux services.

Hack Geneva - Startup Weekend - mai 2016
ActualitéStartup-WeekEnd

Hack Geneva, venez faire évoluer votre ville – 27 au 29 mai 2016

On connaissait la ville de Calvin pour ses banques, ses berges, son bleu Léman. On va la découvrir sous un aspect plus moderne, son « Hack Geneva », (inscription avec 25% de réduction sur ce blog). Rien d’agressif dans cette démarche. Ce n’est pas la recherche de données cachées (l’idée de hacker) qui sous-tend cet événement, mais le fait de permettre au citoyen, et plus particulièrement aux habitants de Genève de s’approprier un peu plus la ville, la rendre plus ouverte, plus collaborative, plus connectée, plus efficace et agréable à vivre, plus ecolo-friendly. C’est un événement qui est calqué sur le mode Startup Weekend. En vous inscrivant vous aurez 48h pour imaginer des projets innovants destinés à faire évoluer votre ville en vous aidant notamment des nouvelles technologies.

Hack Geneva, laboratoire d’idées ouvert à tous, est en partenariat avec la Ville de Genève et a le soutien de l’Université de Genève.

Ce rendez-vous favorise la mise en réseau des habitant-e-s et valorise leurs compétences, leurs savoirs et leurs expériences de la cité. Il offre un cadre privilégié, un espace favorable et un soutien concret à l’intelligence et à l’ingéniosité des habitant-e-s aux profils variés: étudiant-e-s, seniors, expatrié-e-s, parents, expert-e-s, mais aussi passionné-e-s ou simples curieux.
Comme le souligne Esther Alder, Maire de Genève : « En soutenant Hack Geneva, je fais le pari d’une ville intelligente qui valorise la notion de partage, conçue comme un laboratoire d’idées, un espace d’innovation, un terrain d’expérimentation permettant l’expression des besoins et des idées des habitants. »
Pour participer à cet événement inscrivez vous sur http://www.hackgeneva site here.ch. Le code « swissliconvalley », vous permet d’obtenir 25% de remise.

Concrètement, comment se déroule ce weekend ?

Cet événement est organisé par Alexis Moeckli, infatigable organisateur des Startup Weekends dans la partie Romande de la Suisse. Le nombre de participants étant limité, il est nécessaire de s’inscrire pour participer (http://www.hackgeneva.ch). L’événement commence le vendredi à 18h ; ceux qui le souhaitent ont 1 minute pour présenter leur idée devant l’auditoire et convaincre de futurs co-équipier-e-s de participer à la mise sur pied de leur concept.
Durant les 48h suivantes, les groupes travailleront, nuit et jour, sur le développement de leur idée sous toutes ses coutures. Afin de les aider, des coachs spécialisés dans les domaines de l’entrepreneuriat, du marketing et de la finance les encadreront et les conseilleront tout au long du weekend.
Présentation des projets, ouverte au public !
C’est le dimanche à 16h00, que les nouvelles visions de la ville de Genève seront présentées, et cela devant le grand public, convié à assister aux présentations des projets à Uni Bastions. Les projets les plus marquants seront récompensés par un jury composé de la Maire de Genève, Esther Alder, de Dan Acher Fondateur de Happy City Lab, Jérôme Favoulet, directeur de Fondetec, et du Professeur François Grey, coordinateur de Citizen Cyberlab.
Les gagnants se verront remettre des cadeaux offerts par la Ville ainsi que du coaching offert par la Fondetec.
Date, lieu et inscription : 27 au 29 mai 2016 Palais Eynard & Uni Bastions
Informations et inscriptions : http://www.hackgeneva.ch, le code « swissliconvalley », vous permet d’obtenir 25% de remise. Bonne session !

Lift-Conference- 2016
ActualitéLift Conférence

Lift16, nous fait toucher le futur de manière concrète

Liftconference s’est déroulée la semaine dernière dans cette ville de Genève ou les gouroux des nouvelles technologies viennent un peu bousculer au mois de février les certitudes des habitués des palaces genevois. Ce ne sont pas ces habitués qui sont le plus bousculés en fait, car ils sont toujours plus soucieux de la qualité du cuir de leurs grosses limousines allemandes, que de savoir si celles-ci sont connectées 😉
Lift conférence 2016 avait de quoi pourtant les interpeller car elle avait adopté une nouvelle silhouette, toujours aussi décontractée, mais avec un esprit un peu plus sportif. Si on était accueilli par des signes un peu cabalistiques dès l’entrée du CICG, on allait pouvoir tel le jeu de Read More

Lift 16 Geneva
ActualitéLift Conférence

Lift 16 et Mass Challenge, émulsion forte dans le domaine des startups suisses !

Lift 16 revet ses habits de lumière avec une collab plutôt sexy avec le Mass Challenge. Du 10 au 12 février la référence suisse de la scène digitale propose un tout nouveau programme ou la connaissance s’associe à l’expérience dans toutes les dimensions. Véritable bain bouillonnant Lift 16 Genevade l’innovation cette version du Lift 16 me rappelle le capteur tri-axial de ma montre connectée ( imaginée en Suisse, produite en Asie, mais je ne dirais pas la marque 😉 . En effet Lift 16 capte les tendances de manière pluri-axiale. On dénombre un riche programme de sessions ( Digital Customer Experience, Blokchain, Artificial Intelligence,… ) , des expériences interactives au sein du CICG avec de nombreux partenaires, un Lift Prototyping Lab pour réfléchir, concevoir et mener à bien un projet durant les 3 jours du salon. On y ajoutera également le Lift on Site in Geneva. Cette occasion de rencontrer des acteurs de la vie digitale présents à travers la ville de Calvin est une belle idée.  Mais curieusement la carte n’est pas interactive, aucune adresse n’est indiquée, et l’Apps n’est Read More

vu dans la presse
ActualitéLift Conférence

Du bon, du beau, du boost, en 2016 pour les startups suisses !

Le programme des événements concernant l’entrepreneuriat sous leurs formes les plus variées sera encore copieux en 2016. L’Europe et au sein  de celle ci la France, ainsi que la Suisse limitrophe, seront parties prenantes de cet écosystème qui permet l’émergence des startups. Il n’est pas question de faire une liste complète, mais en ce début janvier 2 évènements semblent « amazing » comme disent les anglo-saxons 😉Read More

Actualité

Un startup Weekend à Bienne ? Oui c'est possible !

startup-weekend Bienne Ce startup week end a lieu d’ailleurs très prochainement du 20 au 22 mars 2015 dans les locaux d’Innocampus. La société Innocampus SA exploite à Bienne une plateforme de recherche et de développement de technologie industrielle axée sur les applications et constitue l’une des premières étapes concrètes dans la mise en place du réseau «Swiss Innovation Park».
Ce startup weekend est organisé notamment par Alexis Moeckli et Sébastien Flury, qui seront les chevilles ouvrières de cet événement. Ce sera l’occasion de démontrer que les idées ne se concrétisent pas seulement du coté de Lausanne/Genève ou Zurich, mais aussi au coeur des cantons. Rien que la liste des coachs et mentors donne envie de se lancer 😉 ( Il y aura notamment Mike Schwede cofondateur de Cooala)  Et puis c’est le premier à Bienne. Plus tard quand vous aurez revendu votre entreprise à des américains qui se seront aperçu que « damned, mais on ne sais pas faire cela !  » vous pourrez vous dire… « Ah Bienne, c’est là que tout a commencé »

Pour vous inscrire, c’est sur la page du Startup Weekend Bienne 

ActualitéLift Conférence

Lift15, on n'attend plus que vous !

Lift Conference

 

Lift15, « the rocket is on the launch pad« , comme disent les anglo-saxons, ou comme l’avait prononcé Xavier Niel lors du lancement de Free Mobile (bien avant de racheter Orange Suisse ;). Le programme est connu et comme souvent il nous offre le fumet d’un somptueux festin (je ne pense pas qu’à la fondue géante 😉

Conférences, workshops, Venture Night, Seedstar World Competition, une session avec l’Europen Space Agency, de nombreux intervenants, comme Stefan Thomas, CTO d’une startup qui gére les Bitcoins dans la Sillicon Valley, Adrian Hon, auteur de « A History of the Future in 100 Objects », Xavier Damman, co-founder de Storify.com… et beaucoup d’autres.

Comme toujours l’ensemble du programme nous offre un beau plongeon dans les eaux du futur (plus chaudes que celles du Lac Léman en plein février ;), sans oublier les innovations d’aujourd’hui, présentées par Bilan et son N° spécial des 50 startups dans lesquelles investir.

Pour profiter de cet événement important sur la scène européenne, inscrivez vous ici : inscription Lift15

 

Suissitude

Un Startup Week-end genevois plein de vitamines

C’est dans un ancien bâtiment réhabilité, proche de la gare, que le dernier Startup Week-End Genève a eu lieu au début décembre 2014. Quand en 2010 Alexis Moeckli et Cyril Dorsaz sont venus à Paris pour découvrir l’organisation d’un tel événement, ils n’imaginaient pas que cela allait devenir une aventure qui démarrerait pour plusieurs années. Ce format n’existait pas en Suisse Romande (il y a autre une équipe qui gère le Startup Weekend en Suisse Allemande). Comme au Poker, il fallait miser pour voir, ce qui fut fait en 2010. Pris par l’enjeu et l’utilité de cette démarche, le tandem en est à sa 4 ème année, et organise ces événements à Genève, Lausanne, Neuchatel, Fribourg, et Sierre. Bienne vient se rajouter à la liste en 2015.

startup week end Genève

Le startup Weekend s’adapte à chaque région

Vous connaissez le principe de ces 54 heures pour imaginer une idée, constituer une équipe et présenter un projet après 2.5 jours de travail acharné.
Mais le travail est aussi du coté de l’organisateur qui doit au travers de l’association qui organise ces événements, trouver des locaux, rassembler des coachs et des membres du jury, lancer le processus de recrutement des équipes, organiser toute la logistique pendant le week end, notamment la partie restauration. Alexis Moeckli en est devenu la véritable cheville ouvrière, appelée aussi « facilitateur », depuis que Cyril Dorsaz à rejoint le Swissnex de San Francisco comme Head of Startup + Innovation Services . Ce travail inclut aussi les déplacements de ces « facilitateurs » qui se rencontrent dans le cadre de séminaires internationaux annuels, organisés par la fondation Kaufmann fondatrice de la franchise StartupWeekend, pour échanger conseils, expériences et  Best Practices.

Les formats s’adaptent aux potentiels des villes. L’équipe suisse organise des sessions d’environ 100 personnes à Lausanne et Genève et autour de 50 personnes dans les autres villes. Aujourd’hui c’est 5 startup Week-end par an qui sont organisés et la barre des 20 événements organisés sur tout le territoire de la Suisse Romande est en passe d’être franchie.

Le Startup Weekend est le premier pas pour lancer son entreprise

Cette expérience permet à Alexis Moeckli d’avoir un réseau important et de pouvoir mettre le pied à l’étrier à de nombreux jeunes créateurs d’entreprises. Le constat montre qu’aujourd’hui environ 10% des chrysalides deviennent papillons, soit 10% des projets
Read More

Actualité

Il revient en décembre, plus attendu que le père Noël, le Startup Week-end Genève

start-up week endUn Startup Weekend c’est un moment de fusion entre enthousiasme et réflexion. Plus de 500 entreprises se sont créées, grâce à ces évènements qui se déroulent à travers le monde ! Le deal :  54 heures intenses, avec pour objectif de développer des projets de création d’entreprise, notamment dans le domaines du web et du mobile. Cet évènement rassemble des personnes aux profils variés et complémentaires, étudiants ou professionnels, par exemple développeurs, graphistes, marketeurs, juristes,… mais pas seulement !
Un jury qualifié évalue tous les projets à la fin du week-end, et désigne les gagnants, qui repartent avec des lots enviables… !
Alors n‘hésitez pas à vous inscrire, lancez votre idée, montez une équipe, et rencontrez des profils complémentaires au votre, pour faire avancer votre projet de vie !

Il aura lieu le 5 décembre 2014 au Impact Hub Geneva 1 rue Fendt 1201 Genève Switzerland. Les inscriptions sont ouvertes !

 

Actualité

Jeudi 21 aout, c'est le jour de l'apéro des entrepreneurs à Genève

apéro des entrepreneurs- genèvePour la 2ème année consécutive, le Geneva Entrepreneurs Summer Celebration se tiendra le jeudi 21 août 2014 à partir de 18h00 au restaurant du Parc des Bastions à Genève.
Parfait pour finir l’été en douceur et envisager la reprise autour d’un verre avec les entrepreneurs d’autres groupes genevois. Il n’y aura pas que le bruit des glacons qui rythmera cette soirée mais aussi toutes les discussions autour des idées et projets. Cette édition vous permettra de rencontrer les membres des autres groupes :

– Geneva Lean Startup Group
– Geneva Workshop for Entrepreneurs and Startups
– Geneva Entrepreneur Meetup
– Impact Hub Geneva

Toutes les infos sont sur la page Facebook de l’évènement Geneva Entrepreneur Summer Celebration, en Français en Anglais. Organisé par les GOs AlexisMoeckli, Othman Tajmouati, & Mazala Tajmouati.
Inscrivez vous !!

Lift ConférenceStart-up suisses

50 startups dans lequelles investir !!

Voila un événement intéressant qui tombe à pic. Si on veut vendre des belles startups suisses à des américains, ou à d’autres, il faut déjà investir au départ, en seed, ou en growth, comme disent les VC.
Dans le cadre de Lift, l’organisateur et BILAN lancent de manière conjointe une matinée sur la présentation du N° spécial du magazine qui fait un focus sur 50 startups suisses dans lesquelles investir.

Voici une vue du programme.Matinée évènementielle BILAN et LIFTRencontre, présentation de startups, projet avec Pascal Meyer CEO de Qoqa (rien que cela ça promet ;), networking, voila une matinée riches en information et en possibilité d’échanges. On vous y attend !

Pour vous inscrire, passer par la plateforme Lift : http://liftconference.com/lift14/tickets
Inscrivez vous en utilisant les codes promotionnels indiqués sur le bas du document inséré en photo ci-dessus.Ces codes sont à insérer des la première page en cliquant sur le bouton vert présent à gauche au dessus du choix des tickets.
A bientôt !

Suissitude

Startup Week End Genève, spécial 3 ans, le 15 novembre

54h pour créer une start-up à partir d’une idée ! c’est le principe d’un startup weekend. 54H cela parait beaucoup et peu à la fois. Beaucoup car cela représente 2.5 jours d’affilée de travail intense. Peu car en fait quand on est concentré sur son idée, sur l’équipe qui vous aide à la réaliser, on ne voit pas le temps passer. De belles aventures ont démarré depuis un simple Startup Week End grâce notamment à l’équipe de mentors toujours présente pour encadrer les équipes. En plus, le prochain événement qui a lieu du 15 au 17 novembre 2013 à Genève sera une édition spéciale, car les organisateurs fêtent les 3 ans de présence en Suisse et leurs 10ème événements. L’entrepreneur Wouter van der Lelij, fondateur de JobUP, est le parrain de cette manifestation. Il intervient samedi 16 pour une conférence sur : Entreprendre et Réussir : Au-delà de l’idée !

Startup Weekend spécial 3 ans
Cliquez sur l’image pour vous inscrire

Alors venez nombreux, participez ou ressentir les vibrations de la création d’entreprise à la maison de la Paix, le prochain week end.  Seul ou accompagné vous pourrez faire avancer vos idées grâces aux  spécialistes en création d’entreprise qui encadrent les participants et le jury d’experts qui récompensera dimanche les meilleurs projets.

3 ans, cela vaut bien un beau jet d’eau 😉

Jet d'eau de la ville de genève

Lift ConférenceSuissitude

Urban Challenge. Comment faire battre le coeur des villes ?

Comme l’indique le nom de ce concours « Urban Challenge« , c’est l’espace urbain qui est concerné. La ville, mégalopole, municipalité, agglomération, induisent une notion de foule, de transport de personnes qui se croisent et échangent des informations et des données entre elles ou avec les services de la ville.
C’est sur cette base et dans la continuité de l’expérience de « Genève Ville Vivante » que l’Urban Challenge 2013, propose librement à des participants du monde entier de s’approprier les données de mobilité de trois villes, Genève, San Francisco et  Zurich pour en faire une oeuvre d’art ou une création informatique.
Ce concours a été lancé lors de Lift Conférence le 8 février 2013. Il sera présenté le 23 février à San Francisco et verra le jury élire le meilleur projet le 6 avril toujours à San Francisco. Les projets sont à remettre le 31 mars 2013 au plus tard. (voir le site Urban Challenge-Genève-San Francisco-Zurich, pour toute les infos)

Urban Challenge-Genève-San Francisco-Zurich

Les données de mobilité, vraie richesse pour la ville
Les données mises à disposition par les 3 villes précitées sont celles qui concernent la mobilité des citoyens. Sur Genève c’est TPG, l’opérateur des transports publics de la ville de Genève qui va communiquer ses données. Celles-ci appartiennent à ce nouveau monde qu’on appelle l’Open Data. Ce sont des informations qui sont générées par le comportement des personnes lors de leurs interactions avec des services publics, ou lorsque des objets communiquant sont mis en relation entre eux. Dans le cas de TPG, ce sera ce second cas de figure qui est concerné. Aucune donnée personnelle ne sera mise à disposition, seul les trajets, les durées d’attentes, les identifiants bus seront proposés.

Bien sur cet exercice a comme finalité la création d’oeuvre d’art. Mais les différents travaux qui vont être générés auront une grande valeur pour les TPG ( dont la côte d’amour n’a pas l’air au maximum chez les Genevois;) pour comprendre les attentes de leurs clients et faire évoluer leurs services. C’est tout l’enjeu des évolutions urbaines.
C’est également une manière de mettre la technologie au service de la démocratie, de se réapproprier nos données qui pourront trouver une nouvelle expression dans la rue, ou dans l’espace numérique, et de permettre donc aux communes de mieux comprendre les enjeux de la mobilité urbaine.

Urban Challenge-Genève-San Francisco-Zurich

Un challenge relevé
Les 3 villes choisies font partie de la même tranche en terme de bassin de population (entre 500 000 et 1 000 000 habitants). Genève profite de Lift Conférence et de ce concours pour renforcer sont profil de ville innovante, se lancer dans ce qu’on appelle l’économie créative, et mettre en retrait son image de ville « carrefour de diplomates ». Zurich continue à développer ses actions dans l’Open Data pour lesquelles la ville a beaucoup d’ambition. San Francisco apporte son vivier de start-up, et pars avec un léger avantage. Cela fait plusieurs années qu’elle participe à ce genre de concours, contrairement à Genève notamment.

De l’Open data pour de l’Open création
Si la date de programmation des résultats est d’ors et déjà fixée au 6 avril, la présentation du travail victorieux n’est pas encore définie. Cela dépend en effet de ce qui sera proposé. La création est libre à partir des données récupérés. Il n’y a pas de contraintes de format. Les données récupérées dans le cadre de ce challenge peuvent être croisées avec d’autres (voir le site Urban Challenge pour cela). Que vous soyez designer, programmeur, développeur, scientifique, artiste,
au masculin comme au féminin, vous êtes invités à relever ce défi : traiter, trier, fusionner, associer, comparer, créer.
Toutes les infos sur le site Urban Challenge-Genève-San Francisco-Zurich

Lift Conference
Lift ConférenceSuissitude

Lift Conference 2013. Papotage high tech and high level

Déjà 2 jours d’intenses conférences, ou les solutions, les idées, les différents aspects de l’écosystème du monde IT ont été présentés, démontrés, argumentés.
Bien sûr les start-up suisses font partie intégrale du programme Lift Conference.
lift cnference 2013C’est sur la base du pitch que l’on découvre toutes ces nouvelles pousses dont certaines pourront être qualifiées de pépites. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.
Procter&Gamble a lancé dès mercredi son challenge destiné à faire émerger des nouvelles idées pour insuffler de l’innovation au sein de ce groupe international. La confidentialité des données étant de mise, rien n’a filtré pour le moment. Dans une démarche un peu similaire SwissStartup Monitor et Die Post ont lance un défi pour faire émerger de nouvelles stratégies digitales et faire évoluer leur business model et leurs process qu’ils soient logistiques ou commerciaux.
Du coté de la levée de fonds, connaissez vous l’ elevator test, ou l’airplaine test ? Si la réponse est oui  alors vous êtes prêt pour rencontrer des VC.

La Venture Night était là comme une sorte de bouquet final, qui a vu monter sur scène des personnalités, Pierre Chappaz notamment qui était le leader du jury, des mimes enthousiasmés (Aptarism), et des monstres échappés de l’univers des MMORPG (non il ne s’agit pas des autres membres du jury, mais des personnages de l’équipe de Tegona/Everdreamsoft)
La victoire au cours de cette Venture Night est allée finalement à Faceshift. Le CEO Thibaut Weise a eut rapidement la mine réjouie. Cela tombe bien car sa solution Faceshift donne la possibilité de personnaliser un avatar avec ses propres expressions grâce à une simple capture video.
Bien sûr de nouveaux développements auront lieu sur ce blog concernant les start-up rencontrées. Je pense à Coterie, Memoways, Seedstarsworld
Et demain on attaque les big data. Pas la plus petite partie.

A j’allais oublier, technologie, bonne humeur et fromage font très bon ménage en Suisse. La fondue du premier soir était excellente. La soirée a donné lieu a une démonstration de Cor des Alpes aux surprenant échos numériques du plus bel effet.

Pour voir le live de Lift Conference c’est par là.

Suissitude

C’est beau une ville vivante

On se souvient de l’excellent livre qu’a publié Richard Borhinger  » C’est beau une ville la nuit » dont il a tiré un film. Mais une ville c’est beau le jour aussi, et même tout le temps lorsqu’elle exprime sa personnalité numérique.
C’est également une manière de voir la ville différemment, de voir une ville vivante, sortie de son contexte de monstre froid et juste fonctionnel. Une ville ce sont des gens qui vivent, se croisent et qui, si le symbole de la foule n’évite pas une sensation de solitude, produisent ensemble un flux particules numériques. Associées et analysées, ces particules donnent de surprenantes créations artistiques comme le montre cette vidéo de la ville de Genève, dont la personnalité numérique a été captée grâce aux principes de l’Open Data.