Les grandes innovations d'un petit pays
Start-up suisses

Si ce n’est pas culte, ce n’est pas dans Cultcut

start-up suisseCultcut est un site amusant, fruit d’une réflexion franco-suisse. Fondée par Charles Haarman qui travaille à Paris mais a suivi ses études à Genève cette start-up propose une plateforme rassemblant les scènes et phrases cultes du cinéma. Le principe est simple, facilement compréhensible et offre une idée originale dans le domaine du buzz spécialisé dans le cinéma et des réseau sociaux.

Culcut , les moments forts du cinémaUne phrase culte cela se partage. La plateforme Cultcut permet de retrouver les meilleurs répliques que vous avec vues et entendues au cinéma puis de l’envoyer à un ami ou de la diffuser sur les réseaux sociaux. Cultcut met à votre disposition des filtres qui vous permettent de rechercher les « cuts » par thème ou par humeur, mais aussi classé par  nom d’acteur, titre de film et attitudes : enthousiasme, énervé, amoureux, hystérique .Vous êtes amoureux, en colère ? Vous souhaitez inviter un ami au restaurant ou féliciter votre collègue ? Sélectionnez la catégorie qui convient et vous trouverez des centaines de « cuts » pour exprimer votre état d’esprit!

Cultcut . les moments forts du cinéma
Cela nécessite un gros boulot de métadonnées fait par le fondateur, aidé en cela par le crowdfunding. En effet, chacun et donc vous, pouvez en étant inscrit sur le site, choisir des bouts de films disponible sur Youtube et les importer dans la plateforme. Il vous suffit ensuite avec le « cultcutter » de sélectionner la séquence de 14 secondes que vous voulez ajouter. Plus de 1000 extraits sont ajoutés ainsi par mois.

14″ de rires, de tendresse et d’émotions
Le monde des média et de la télé est colonisé par les programmes cours, ce qu’on appelle des « pastilles ». Ces petits programmes courts, se glissent avant et après les émissions. Cultcut est un peu dans le même veine. La start-up permet de choisir ces séquences courtes ,14 » donc, composées de phrases et de répliques cultes qui viennent  ponctuer les moments importants d’une journée, un événement, une idée ou faire passer un message. Le site est gratuit pour les particuliers. Le business est basé sur une démarche en BtoB avec l’industrie du cinéma et des médias qui y trouvent une communauté de fans de films et un moyen de promotion innovant et astucieux.

L’application Culcut est disponible pour smartphone.
Avec l’application Cultcut vous retrouver vos « cuts » et vos favoris à tout moment. Lorsque vous jouez un cut, vous accédez directement à toutes les fonctionnalités comme sur le site internet. Vous pouvez donner votre avis, ajouter un cut à vos favoris, obtenir des informations sur le film, sur l’acteur et trouver des cuts similaires (par film, acteur, humeur ou thème).

Cultcut. Les moments forts du cinéma

Vous pouvez raconter des histoires et découvrir comme le con est un personnage connu dans la culture française:

Culcut. les moments forts du cinémahttp://www.cultcut.com/cuts/les-cons-ca-ose-tout/

http://www.cultcut.com/cuts/quand-on-mettra-les-cons-sur-orbite/

http://www.cultcut.com/cuts/la-connerie/

cultcut. les moments forts du cinémaJean Dujardin aussi. Mais le lien n’est pas forcément à faire 😉

http://www.cultcut.com/cuts/jaime-me-beurrer-la-biscotte-2/

et cela le demanderiez vous à votre boss ?

http://www.cultcut.com/cuts/travailler-cest-quoi/

cultcut. Les moments forts du cinémaOn peut partager un verre à l’apéro avec un doigt d’humour

http://www.cultcut.com/cuts/un-whisky-dabord/

cultcut. les moments forts du cinémaCelle-la fonctionne pour toutes les générations

http://www.cultcut.com/cuts/tas-de-beaux-yeux/

cultcut. les moments forts du cinémaEt maintenant vous allez utiliser aussi ce site ?

http://www.cultcut.com/movies/les-visiteurs/#!/rating/6/cuts/okay/

Suissitude

Une Seed Night pour se soigner le corps et le moral

Une Seed Night propose une réaction thermique un peu comme celle que l’on peut constater à la surface d’une casserole d’eau portée à ébullition.
A3 Angels. Organisateur de la Seed NightOn y voit une multitude de bulles qui se forment, d’idées qui bouillonnent, d’échanges de molécules intellectuelles entre des entrepreneurs qui montrent leurs produits et leurs convictions, et des financiers qui sont là pour financer, mais aussi, et surtout, pour ouvrir des portes. Ici le « Pitch » n’est pas le nom d’un nouveau cocktail qui va détroner le Mojito, mais l’exercice de présentation des différents projets qui sont mis en valeur après une sélection opérée par A3 Angels, l’organisateur de cette Seed Night.
6 start-up suisses ont bénéficié d’une mise en valeur spécifique :

Ce groupe était complétés par d’autres start-up qui avaient également un stand mais qui n’ont pas pitchés. Je reviendrais en détail sur certaines d’entres elles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


A3 Angels (Club de soutien aux start-up technologiques) est l’organisateur principal (on prononce A cube Angels). Cette Seed Night est une excellente occasion de faire partager l’enthousiasme communicatif de son boss Claude Florin pour tous ces nouveaux projets. C’est à la fois dans la manière de faire (créer des échanges et des rencontres en dehors d’un cabinet feutré, donner de la visibilité à ces start-up) et les sujets (beaucoup de projets dans l’univers médical et de la santé) qui font qu’une Seed Night soigne à la fois le corps et le moral.
Le Canton de Vaud co-partenaire était présent par la présence de Philippe Leuba, conseiller d’état qui a expliqué les atouts d’Innovaud créé en février 2013. Cette structure concrétise la force de ce canton dans le transfert des savoirs et des technologies. Sebastian Freiss, chef d’unité Innovation Nationale au Secrétariat d’Etat à la Formation, la Recherche et l’Innovation, a délivré quelques conseils et de bonnes nouvelles. Il a indiqué que créer une start-up n’était pas forcément le moyen le plus sûr de faire fortune. Ce n’est pas la première fois que j’entend ce son de cloche (alpine 😉 C’est une vision peut être suisse protestante, qu’au fond je comprend, et qui différencie sans doute ce pays avec le monde Anglo-saxon. Ici, on parle beaucoup d’aide et d’entraide, de soutien, de relation, et beaucoup moins de $$$$ ;).

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Mais quand on voit comment rebondit le projet Campus Biotech Sàrl, entité créée par la Fondation Wyss et par la famille Bertarelli, on se dit que gagner beaucoup d’argent et le réinvestir sur une place offshore (heu non, ça c’est un raisonnement de ministre français 😉 mais  dans l’économie réelle à un sens.
Une Seed Night très riche en networking, au coeur du Rolex learning center, ou on apprécie le coté très horizontal des relations. Tout le monde discute avec tout le monde, sans qu’un coté hiérarchique crée un frein à cet échange.

Actualité

Seed Night: le 22 mai à l’EPFL-Lausanne

C’est au coeur du superbe Rolex Learning center que l’on pourra assister à la Seed Night 2013. 20 start-up seront présentes dans des domaines différents comme la santé avec Qloulab dont le concept vise à transformer un Smartphone conventionnel en un dispositif d’analyse médicale portable destiné aux patients, l’energie comme eSmart(système de gestion de l’énergie)déjà présentée dans ce blog, l’IT avec Sight.io qui propose une gestion des images automatisée et dont le service a été utiilisé pour un article de ce blog, l’éducation avec Wizzy plateforme d’étude pour rendre les programmes scolaires ludiques et multisupports, et bien d’autres encore.

La Seed Night est organisée par A3 Angel. Ce club met en relation les jeunes entrepreneurs de l’EPFL avec les Alumni de cette école Polytechnique dans le but d’aider et financer les start-up créées. Formé par des anciens de l’EPFL, A3 Angel est associé pour l’occasion avec la SECA,CTI-Invest, et le canton de Vaud.

Seed Night. Start-up suisses
Voila la liste des start-up inscrites à cet événement et qui pourront présenter leurs technologies et leurs projets dans le but d’obtenir les moyens (principalement financiers) de continuer leurs aventures, de développer leur business, et d’atteindre de nouveaux marchés.

ActualitéSuissitude

Venez rencontrer Biz Stone -Twitter- à ICTSpring Luxembourg

salon ICTSpringICTSpring Luxembourg est un évènement qui rassemble sur 2 jours (19 et 20 juin 2013), plus de 3500 personnes. Consacré à l’innovation technologique, niché au coeur de l’Europe, il attire les pointures comme Biz Stone (Twitter), Trip Hawkins (Electronic Arts), Laura Yecies (SugarSync), Peter Sondergaard (Gartner), and Brian Stevens (Red Hat), qui seront présents, en attendant les derniers inscrits du même calibre.
C’est une place rêvée pour dévoiler sa start-up, lui donner de la visibilité, et saisir des opportunités de contacts incroyables. Ce salon ICTSpring Luxembourg est une vraie porte d’entrée dans le monde international.
N’hésitez pas à y inscrire votre start-up. Il vous reste un mois, c’est parfait pour vous organiser et c’est gratuit, ce qui est encore mieux. Toutes les informations sur  ICTSpring LuxembourgInscrivez votre start-up  ici.

Start-up suisses

eSmart : en prise directe avec la domotique intelligente

Encore une facture d’électricité dont le montant est plus élevé qu’attendu ? Pouvoir contrôler ses dépenses d’énergie prise par prise n’est plus un rêve. eSmart spin off de l’EPFL issue d’un projet de doctorat sur les nouvelles technologies dans la maison commercialise un système qui permet de piloter et maîtriser tous vos besoins en énergie.
Pour les fondateurs, le courant est passé autour d’une tasse de café
C’est autour d’un expresso  que les fondateurs d’eSmart ont lancé leurs réflexions. Ils ont fait une comparaison avec le monde automobile. Une voiture à un tableau de bord qui transmet des informations au conducteur, lui permettant d’adapter sa conduite. Mais il n’y a encore rien d’approchant pour la maison, même si la domotique y rentre doucement. Le portail automatique s’est banalisé, le robot aspirateur prend un nouveau souffle, le compteur intelligent à du mal à être financé (du moins en France) quand au frigo qui commande les courses automatiquement, c’est encore un rêve pour le commun des mortels. eSmart pouvait élire domicile dans ce secteur de la maison intelligente.

Adaptez l’énergie de votre maison à vos usages réels
Aujourd’hui les dépenses d’électricité sont souvent issues de comportements assez binaires. On/Off, allumé, éteint. La technologie d’eSmart permet aujourd’hui d’être plus précis, de moduler les dépenses d’énergie dans chaque pièce et de piloter toutes les lumières depuis un vrai tableau de bord électronique.

eSmart, vos économies d'énergie
eSmart propose un  système de gestion pour piloter les besoins en énergie de son logement
L’ensemble comprend des petits blocs électroniques, gros comme 3 sucres, placés aux niveaux des prises et des compteurs, ainsi qu’une interface tactile, véritable tableau de bord, qui communique et pilote chacun des blocs installés. Vous pouvez  moduler leurs consommations d’énergie, les associer entre eux et de recevoir des informations complémentaires comme la météo.
Un dispositif sans cablage, posé en 7 minutes suisses (donc précises 😉
Le dispositif s’installe facilement sans aucun câblage, par des électriciens, dont la formation au produit prend 7 minutes. Le produit, certifié normes CE, est fabriqué en Italie, après que les premières pré-séries produites en Chine aient débarqué du bateau avec un taux de non fonctionnement monstrueux.  Ces blocs fonctionnent avec des longueurs d’ondes basses fréquences ce qui permet d’accepter des longues distances pour faire dialoguer blocs et interface tactile. Si un tombe en panne, le système continue à fonctionner avec tous les autres.

eSmart, vos économies d'énergie
Créez vos propres scénarios d’économie d’énergie
L’ensemble se révèle simple et efficace. L’interface tactile montre chaque bloc et vous permet de créer des scénarios ou vous souhaitez avoir les lumières du premier étage allumées et tamisées alors que celles  du rdc  décroissent ou s’éteignent. La plupart des ampoules actuelles tolèrent les variations d’intensités. Vous pouvez même vous lancer des défis et vous fixer des objectifs de consommation. Vous suivez vos performances sur l’interface tactile (Le système se piloter depuis un smartphone), et à terme cette solution permettra de faire des comparaisons pertinentes dans le cas des éco-quartiers par exemple. eSmart permet de transformer sa maison (ou son appartement) en une demeure intelligente qui va devenir question énergie aussi frugale qu’un mannequin de chez Chanel.

ActualitéStart-up suisses

Swisscom rachète la Business App Tweasy

Tweasy est une application qui permet à toute les petites et moyennes structures de lancer rapidement des campagnes de marketing en ligne. Swisscom s’est porté acquéreur de cette Business App qu’il hébergeait déjà dans son portail destiné au PME.
SwisscomAprès Netbreeze vendu à Microsoft, voici donc Tweasy vendu pour un montant non divulgué à une autre grosse entreprise.
Roger Wüthrich-Hasenböhler, responsable de la division PME: «Consacrée au marketing en ligne, Tweasy répond aux besoins des PME sur un canal de communication en pleine expansion. Nous souhaitons tirer parti de ce potentiel.» Tweasy est une Business App de marketing en ligne. Cette application basée sur le web permet aux PME de créer en quelques étapes simples des campagnes par e-mail et pour les smartphones, des microsites, des pages Facebook et des bons d’achat électroniques. Elles peuvent également envoyer des notifications push sur les smartphones de leurs clients.
L’application Tweasy a été conçue par la société suisse Tweasy SA. Créée en 2010 à Neuchatel, l’entreprise a été récompensée en 2011 par le label CTI Start-up de la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI) pour son business model innovant. Elle a été présentée dans Swisslicon-Valley en aout 2012.
José de Bastos, co-fondateur et CEO de Tweasy SA: «Entre les mains de Swisscom, les perspectives d’évolution et de commercialisation de Tweasy sont excellentes. Nous sommes très heureux d’avoir pu franchir cette étape décisive et céder notre application à Swisscom.»
Même si les technologies deviennent moins onéreuses, on sait que pour ces solutions, il faut une volonté d’investissement constante. Swisscom aura les moyens de l’assumer et le potentiel client pour amortir ces investissements. En France Kiwup a lancé une plate forme semblable, et travaille à se faire financer pour assurer de nouveaux services.


Tweasy se trouve donc logée au sein de Business World PME, plateforme en ligne Swisscom dédiée aux PME suisses. Le portail propose des actualités et des articles spécialisés ainsi que de nombreuses applications web. Pour la sélection des Business APS, Swisscom applique des critères très stricts en matière de protection des données, de service client et de traitement

Suissitude

Start-up Week end Fribourg révèle ses vainqueurs

Le Startup Weekend Fribourg a eu lieu du 3 au 5 mai 2013 au Vivier en partenariat avec la fondation Gebert Rüf et le soutien de Venturi. C’était la première édition dans cette ville de la Suisse Romande. Une dizaine de spécialistes de l’entrepreneuriat ont accompagné les participants durant ces 54h. C’est devant 6 projets innovants que les experts ont du faire leur travail de sélection et désigné les 3 meilleurs: ClickDivorce, Paperless, Be Corpo.

start-up week end
startup weekend

Le premier prix a couronné ClickDivorce. Cette équipe s’est réunie autour de Geneviève Renaud pour mieux organiser la séparation des couples. Ce projet, au nom qui ne masque pas son objet, permet aux clients de préparer leur divorce par Internet. « Le divorce online est déjà répandu dans les pays anglo-saxons et deviendra à terme un standard », explique la jeune avocate de Genève. Ce service va plus loin que les sites déjà existants dans ce domaine en proposant une prise en charge complète du client avant, pendant et après le divorce. Le client bénéficie notamment d’un accompagnement personnalisé au moyen de coachs pour réussir au mieux son divorce. Allez un petit partenariat avec Meetic me semble possible. Comme cela le service est complet ;).
Ceci dit, il existe un site anglais de ce nom, click-divorce, et sa consultation fais un peu flipper 😉
Le 2ème prix a été remis à Paperless qui offre une organisation clé en main de tout l’univers administratif domestique de ses clients ainsi qu’une assistance automatisée et le suivi dans la gestion des tâches administratives. La 3ème place revient à Be Corpo, une plateforme listant les activités de team building et team events en Suisse dans un premier temps. Cette plateforme facilite le travail du département RH des PME et multinationales dans le choix de leurs activités pour leurs cadres et employés.

Start-up week end à Fribourg

Start-up suisses

TIMEREPUBLIK : échangez vos talents !

TIMEREPUBLIK est la start-up suisse qui fait partie des 16 start-up européenne qui seront présentes à LeWeb London le 5 et 6 juin 2013. Passons sur le fait qu’il n’y a qu’une start-up présente à Londres 2013, alors que 2 étaient à LeWeb2012 en décembre et 5 l’année précédente. C’est peut être juste dû au hasard, ou à la thématique (basée cette année sur la « sharing economy »).
échanger vos talents TIMEREPUBLIK est un réseau social qui offre d’échanger des compétences. Véritable communauté de membres dont les compétences, les qualifications, les talents sont différents et éclectiques  chacun peut donc proposer ses propres talents et en rechercher d’autres. L’évaluation de la prestation ne se fait pas par de l’argent, mais par du temps.


Chaque prestation est évaluée par le bénéficiaire et celui qui a effectué cette prestation bénéficie d’un compte temps qu’il peut dépenser pour d’autres prestations.

échanger vos talents

Bien sur comme pour les autres réseaux comme Foursquare et d’autres, chaque personne inscrite est géolocalisée, ses bonnes prestations lui permettent de gagner des badges, et d’être bien placés dans la liste des « généreux ». Il n’est pas forcément question de gratuité puisque chaque prestation qui s’échange et à une valeur. Cette valeur est celle du temps. Et le temps c’est de l’argent 😉
La version Beta du site TIMEREPUBLIK permet de trouver facilement par des mots clés, une prestation ou un service qui peut dépanner rapidement.
Je ne suis pas certain que l’idée soit révolutionnaire, car sans que le ou les noms me reviennent à l’esprit (est ce dire que ces sociétés n’existent plus ? ), ce coté communauté à l’esprit « coopératif » a déjà existé. Mais dans le fond on a envie d’y croire car on peut ainsi lutter contre la marchandisation de tous les actes de la vie.
A une période ou les relations avec la monnaie sont un peu tendue (alors on sort ou en rentre dans la zone Euro ?), ou on invente des monnaies locales ou mondiales et virtuelles comme le « Bitcoin », ce type de communauté sera peut être un des derniers espaces ou l’échange restera une valeur forte. Cela peut permettre d’étendre la zone d’action de la solidarité et de l’entente.

Actualité

Silicon Valley Startup Camp

Etudiant Suisse ? postulez pour gagner un voyage au coeur de la Silicon Valley.
L’initiative de la BCV ( Banque Cantonale Vaudoise) en partenariat avec d’autres intervenants est à souligner. Favoriser l’expérience et l’apprentissage du monde de la création d’entreprise (futur vivier de clients de la Banque 😉 auprès d’une population d’étudiants tel est le but de ce concours Silicon Valley Startup Camp pour découvrir la Silicon Valley.
Banque Cantonale VaudoiseQue faire ?
Les jeunes intéressés, résidents suisses et étudiants dans les hautes écoles du canton de Vaud, sont invités à présenter et à motiver leur candidature, en anglais, d’ici au 21 mai 2013.
Envoyez une lettre de motivation d’une page en anglais avec deux références, d’ici au 21 mai 2013 à l’adresse: svstartupcamp@bcv.ch

Quand partent les gagnants ?
Le premier voyage se déroulera du 8 au 14 septembre prochain. Le projet s’étalera sur plusieurs années si toutes les parties y trouvent leurs comptes.

Silicon Valley Start-up

Que se passera t’il sur place ?
Participer à des ateliers faits sur mesure, visiter les Universités de Berkeley et de Stanford, rencontrer des capital-risqueurs, découvrir Google ou Facebook ainsi que des start-up: ce sera le programme des jeunes étudiants du canton de Vaud qui participeront à ce Silicon Valley Startup Camp dans le but de développer leur esprit d’entreprise. Ils suivront ce programme, organisé par Swissnex (le consulat scientifique Suisse à San Francisco) qui leur permettront d’apprendre quelques notions de base et de s’imprégner, par immersion, de l’esprit d’entreprise qui est si dense dans cette région.

Qui organise le concours ?
Dans le cadre de sa stratégie de responsabilité sociale d’entreprise, la BCV mène cette opération en partenariat avec l’UNIL, l’EPFL et les HES vaudoises. La CVCI, la Fondation pour l’Innovation technologique, British American Tobacco, Swissnex et Philias y sont également associées.

Boston

Boston 2013 : prochain départ des Venture Leaders en juin

La cote Est est la prochaine destination pour les start-up suisses qui ont passé les différentes étapes et ont gagnés le statut de Venture Leaders 2013.
venture labCe qu’on apprécie quand on découvre toutes ces jeunes sociétés qui se sont lancées récemment, c’est que leurs dirigeants ne sont pas tous forcément de jeune geek. Oui toute les générations comprennent la technologie. C’est que tout ne s’arrête pas à un simple exercice brillant de la technologie.

Les idées présentées dans la liste finale des 20 vainqueurs vont permettre certes de développer des solutions marketing (Faveeo), des solutions pour les mobiles (Adello, ShoelaceWireless, Terria Mobile…),

Venture Leaders à Boston mais aussi de jouer avec des images ( Upicto, Sight.io), d’aider les agriculteurs (AgriCircle) de soigner (ReHaptix, Notching Down Cancer, SmartCardia), de développer sa fibre écologique (BlueTector), de manger (Flatev), et surtout d’aider comme le montre le beau projet de Swissleg, dont le CEO Paulo Goncalves a été élu, et ce n’est pas une surprise, Captain pour Boston 2013. J’aurais la joie et l’honneur de les accompagner.
La liste est consultable sur le site de VentureLab : les Venture Leaders

Il faut rajouter à la liste ci-dessous, les start-up iQA, et Notching Down Cancer, qui n’ont pas encore leur logo définitif. Les logos ont été « croppés » automatiquement avec la technologie de Sight.io.