succès suisses
Actualité

Pourquoi se contenter d’une boule quand on peux en obtenir plusieurs

La parfum de la réussite a quelque chose de bon. Au coeur de l’été, on lit les pages des séries d’été dans la presse, le roman de plage à succès ou les résultats des concours qui sortent pendant que jurys et panels bouclent leurs valises, verdicts rendus. On avait eu connaissance de la liste des Fintech50, ou là il est vrai, la présence suisse avait la taille d’un esquimau fondu.
Mais on peut se rattraper sous ces belles chaleurs avec des résultats qui correspondent à un cornet fourni d’une belle collection de boules au parfum savoureux du succès comme ceux de Disrupt 100, qui viennent de sortir.

Disrupt 100, une sélection mondiale

Disrupt 100, comme l’indique son nom l’indique, sélectionne les 100 startups qui vont faire bouger leurs secteurs d’activités. Elle souhaite mettre en exergue les entreprises les plus susceptibles d’influencer, de modifier ou de créer de nouveaux marchés mondiaux. La liste a été compilée et organisée par les plus grands entrepreneurs, investisseurs et hommes d’affaires du monde entier. Ce choix mondial est un bel exercice, surtout quand il faut « in fine » ne donner que 100 noms. Bon, le fait d’avoir des jurés communs avec Fintech50 (Parul Green d’AXA, par exemple) permet d’avoir un travail de sourcing en amont qui peut alimenter par la suite différentes listes de lauréats.
Chaque jury a un peu son prisme et sa manière de voir. Ici c’est la culture américaine qui est maitrisée. 43% des sélectionnés sont issus des Etats Unis, devant le Royaume Uni (21%). Mais on constate la présence d’entreprise venant du Ghana, du Kenya, du Japon, du Pays de Galles, d’Israël sans oublier la France , avec …. 1 représentant : ClassRoom. Aucun représentant d’Amérique Latine.
Coté Suisse c’est plus que juste la cerise sur le gateau. On y découvre Sophia Genetics, placée à la première place de ce classement version 2018 et présente régulièrement dans ce blog. L’entreprise de Saint Sulpice (en Suisse) est accompagnée de Chemalive (13ème) et Biowatch (38ème), cette dernière régulièrement rencontrée lors de VivaTech.

Disrupt 100 - startups suisses et innovation

Disrupt 100 - startups suisses et innovation

Disrupt 100 - startups suisses et innovation

Coté mathématique, le compte est bon

Mais pour être un jour dans la liste des Disrupt 100, ou d’autres, il faut maîtriser les mathématiques. On peut se permettre de dire aux équations à plusieurs inconnues qu’elles ont qu’à bien se tenir. En Europe, on se défend très bien dans cette spécialité et les derniers prix qui viennent de tomber dans les escarcelles helvétiques le démontre. Cela montre que coté algorithme la Suisse ne montre pas ses muscles, mais plutôt ses neurones. Et ils sont bien connectés lorsque l’on voit que la Médaille Fields a récompensé Alessio Figalli, professeur à l’ETH de Zürich. L’Italien de 34 ans a reçu le prix pour ses « contributions à la théorie du transport optimal et ses applications dans les équations aux dérivées partielles, la géométrie métrique et la probabilité », selon le communiqué. Il a résolu un problème qui remonte à plus de 20 ans et qui portait sur l’équation de Monge-Ampère, une équation différentielle partielle du XIXe siècle appliquée dans les domaines de l’urbanisme, de l’imagerie et de la météorologie. Attention, une médaille comme celle-là peut vous emmener loin. Vous pouvez même devenir ministre.

medaille-Fields 2018
Dans la foulée, coïncidence du calendrier ou esprit de compétition entre écoles Polytechnique Fédérale en 2018, le même jour l’EPFL dégainait par l’intermédiaire d’un message de son président Vetterli un message de félicitation pour David Donoho, professeur à Standford, qui a reçut  le Gauss Prize 2018 . On retrouve son nom dans de nombreux travaux scientifique présent sur le site de l’EPFL.
Le prix Gauss est destiné à récompenser des scientifiques dont la recherche mathématique a eu un impact en dehors des mathématiques, que ce soit dans la technologie, dans les affaires ou simplement dans la vie quotidienne des gens. En l’occurrence cette année le prix est remis au Professeur Donoho pour ses contributions fondamentales à l’analyse mathématique, statistique et informatique des problèmes importants du traitement du signal. Ce prix est décerné conjointement par la Deutsche Mathematiker-Vereinigung (Union mathématique allemande) et l’Union mathématique internationale.

Gauss Prize 2018

On voit que tous ces travaux trouveront des déclinaisons professionnelles dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.