HEG-Genève
Actualité

La HEG Genève a lancé un CAS sur la création d’entreprise

Orientée sur la pratique et en lien étroit avec l’écosystème romand, cette formation continue vise à donner les outils nécessaires au succès d’une création d’entreprise. Débutant à fin avril, ce CAS en création d’entreprise veut aider à éviter les erreurs. Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 7 avril. Le nombre de places est limité.

Une formation pour maîtriser les risques de l’entrepreneuriat

Aujourd’hui, nombre de personnes ont envie de devenir entrepreneur. Cette aventure permet en effet de s’exprimer et de se réaliser. De tracer son propre chemin, voire de contribuer à changer le monde. Voilà pour le côté personnel. A un niveau plus large, l’entrepreneuriat est au cœur du renouvellement économique de la société et de la création Read More

Bilan - startup - 2017
Start-up suisses

Le Bilan est bon. C’est celui des 50 startups suisses sélectionnées dans lesquelles investir

On l’attend chaque année avec impatience. Un peu comme le Festival de Cannes ou la cérémonie des Oscars, (mais pas comme l’Eurovision, gardons un peu de respect pour nos entrepreneurs ; ) on attend CE numéro annuel de Bilan dédiée aux 50 startups dans lesquelles investir. C’est toujours l’occasion de découvrir les facettes quelquefois inattendues de ce petit pays, les ressources insoupçonnées (enfin maintenant de moins en moins) de nos écoles P.F. ( Lausanne, Zurich et les autres), les profils venus du monde entier qui se sont intégrés. Cette sélection est une sorte de « Palme » à elle tout seule qui permet de faire partager à des investisseurs, mais pas uniquement, des aventures Read More

leade_rs event startup Silicon-valley à Paris
Actualité

Leade.rs amène la Silicon Valley à votre porte et vous attend !

Le retour de Loic Le Meur à Paris, avec Leade.rs ne pouvais pas passer sous silence. Si les plus jeunes le connaissent peu, n’exagérons rien il n’est pas de la génération Bill Gates, vous pouvez quand même vous souvenir de ses nombreuses créations d’entreprises en France puis dans la Silicon Valley, et notamment de l’event Le Web.

Le Web a très bien fonctionné au début des années 2000, avant de changer de propriétaire. Il avait rencontré un succès incontestable. Ces conférences avaient permis au monde économique et aux décideurs politiques de faire leur apprentissage d’internet et de découvrir Aubervilliers. Les start-up étaient bien sûr présentes et parmi les Suisses quiRead More

ParisFinForum-swiss-startup - sonect
Start-up suisses

Sonect veut vous donner la possibilité de trouver de l’argent au coin de la rue

 

Si on vous dit ATM, allez vous trouver rapidement à quoi correspond cet acronyme ? Il signifie « automated teller machine » ou DAB en France ou Bancomat en Suisse, et cela permet la plupart du temps de retirer de l’argent dans un automate bancaire sans devoir passer à son agence. Ces machines si pratiques se sont invitées lors du Paris Fintech Forum entre Roboadviser, Néobank et spécialistes du Blockchain, lorsque Sonect a présenté sa solution pourRead More

Barcelone- GSMA -2017
ActualitéStart-up suisses

Au Mobile World Congress, les startups suisses tiennent haut le pavillon de la technologie

Le GSMA de Barcelone est le territoire de prédilection pour tous les acteurs du monde du sans fil (sauf Apple). Le Mobile World Congress s’y déroulera très prochainement du lundi 27 février au jeudi 02 mars 2017. Ce rendez vous incontournable du MWC qui se tient depuis 2007 dans le centre du FIRA qui prend pour l’occasion l’allure d’une immense boite de nuit, tellement il y a de lumières, de musiques et de danseuses sur scène. Chaque année les constructeurs y vont de leurs révélations.  Celles ci prennent souvent la forme d’une fonctionnalité aux capacités augmentées. Mémoire, photo, sécurité, sachant que même le nom subit cette inflation en ajoutant une unité au matricule du modèle précédent.

Entre opérateurs et constructeurs les startups suisses sont une bonne occasion de s’aérer l’esprit

Si vous êtes présents à Barcelone vous serez donc au milieu de la planète mobile. Vous pourrez découvrir tout cet univers de la communication et des réseaux un peu comme Thomas Pesquet englobe l’univers depuis la station orbitale. Néanmoins cette année vous chercherez en vain parmi les 200 000 m2 du salon le prochain Samsung. La présentation du dernier ayant été suffisamment explosive pour que tout le monde l’aie encore en mémoire, le futur modèle sera présenté ultérieurement. Xaomi, le constructeur chinois fera également défaut, alors que Sony présentera avant tout des modèles moyens de gamme. Mais si vous êtes déjà équipé coté smartphone, que vous avez rangé la montre connectée dans un tiroir ou trouve déjà d’anciens gadgets ( la tablette l’y rejoindra t’elle un jour ? ) il vous restera du temps pour découvrir les startups Suisses présentes lors de ce méga-salon.
Pour les découvrir, la formule magique à conserver dans un coin de votre mémoire est Hall 8.1 Booth D60.  Ce n’est pas une boisson revitalisante à base d’eau des Alpes ou de Spiruline, mais l’endroit ou vous pourrez presque respirer l’air frais de la chaîne alpine et surtout découvrir les 13 start-up Suisses qui sont présentes au sein du Swiss Mobile World Congress.

Mobile - Barcelone- GSMA -2017

 

13 startups suisses spécialistes du monde du mobile à découvrir au pavillon Suisse

Mobile - Barcelone- GSMA -2017

Toutes ces start-up suisses sont présentées sur le site web créé pour l’occasion par le Swiss Global Entreprise, à l’adresse suivante swissmwc.com. Des formulaires y sont à votre disposition pour prendre contact directement avec ces entreprises. Je vous joins ci-dessous les liens vers leurs sites internet.

  • 42 Matters : App Store & Audience Data‎
  • Astrivis : mobile 3D software technologies
  • Beekeeper : The communication app for every single employee
  • CallCom :Swiss precision on Telecom services
  • ComfyLight : Automatic lighting and realistic light-based presence simulation for your home
  • FairConnect : système de Géo Intelligence
  • Fashwell : Visual search for fashion
  • GMS : We maximize your communication.
  • I-Effect : The fastest apps in the world
  • Kitewalk : We add geo-intelligence to your business
  • NewVoice : Efficient communication in emergencies and reliable personal safety
  • Orbiwise : Official Supplier of the NextGen Operators
  • PlanetIntus : The mobile indoor positioning specialists

Vous serez étonné de la diversité des solutions proposées par ces babies-companies. Bien sûr elles sont rattachées ou s’appuient à une apps mobile, mais elles délivrent de nombreux services autour. Alors n’hésitez pas à leur rendre visite dans ce hall 8. Rien que là vous pourrez parler Anglais, Français, Allemand et Italien. En vous promenant dans le reste du salon vous pourrez vous entraîner à dire bonjour en chinois, japonais, suédois ou encore russe et bien sûr espagnol.

Mobile - Barcelone- GSMA -2017

SwissLending, le crowdfunding suisse immobilier
CrowdfundingStart-up suisses

Le crowdlending de SwissLending rapporte 8% à ses souscripteurs

A terme on en voudra peut être moins à des sociétés financières comme Lehman Brothers et ses autres confrères de nous avoir fait peur en 2008, ou suite à cette crise, on a découvert des produits si sophistiqués et si éloignés de la réalité économique qu’ils étaient plus virtuels que les oracles de Madame Irma (ceux de l’oracle d’Omaha restent plus sûrs et concrets). Depuis, un certain nombre de professionnels ont quitté les équipes de ces faux Mozart et vrais équilibristes de la finance et ont imaginé d’autres solutions, plus claires, plus transparentes et plus accessibles. Dominique Goy a créé récemment SwissLending à Genève afin de mettre en relation des promoteurs en manque de financements et des épargnants qui cherchent à placer utilement leurs capitaux dans des opérations sur du court terme. Possédant 17 années d’expérience en investissements dans les banques privées J.P. Morgan et Lombard Odier, il a pu adjoindre au bon coté de la technologie comme une plateforme de Crowdfunding ouverte à des particuliers, des produits bien matériels. Il s’agit en l’occurrence de biens immobiliers qui sont financés à la fois par le promoteur, un banquier classique et une tierce partie qui grâce à ce crowdlending conforte les fonds propres nécessaires au financement.

Le crowdlending immobilier permet d’investir à court terme dès 30000 CHF.

Les projets présentés ont tous obtenus un prêt bancaire. Ils ont des niveaux de pré-commercialisation supérieur à 60% et sont réalisés par des promoteurs et entreprises générales ayant pignon sur rue qui s’engagent sur le taux proposé. Une fois inscrit sur la plateforme SwissLending, vous choisissez le projet qui vous intéresse et l’argent versé sera confiné sur un compte séquestre correspondant au projet choisi. La nature de cet investissement se fait sous forme de contrat de prêt ou d’un emprunt obligataire. Cette démarche spécialisée dans l’immobilier conserve comme tout projet financier une part de risque. La mention en est clairement expliquée sur la page d’inscription. Il faut donc bien prendre en compte les mentions indiquées qui vous demandent une réponse claire quand à votre perception de ceux-ci. Si les fonds nécessaires au financement du projet ne sont pas rassemblés, les apports effectués grâce à ce crowdlending sont remboursés en intégralité.

SwissLending, le crowdfunding suisse immobilier

Un premier projet est déjà remboursé

Cette première plateforme de financement participatif en crowdlending, spécialisée dans le prêt pour les professionnels du secteur de l’immobilier en Suisse, a déjà remboursé les investisseurs de la première opération proposée il y a à peine 12 mois. Elle vient d’opérer ce remboursement auprès de 9 investisseurs particuliers à hauteur de 918’000 CHF, soit 8% de rentabilité (hors impôt), investis par ces derniers début 2016. Après une mise initiale de 850 000 CHF (mise moyenne de 94k – 850k/9), le retour sur investissement s’est élevé à 102000 CHF par souscripteur (918k/9). Les projets proposés tourneront pour leur grande majorité autour d’une durée de 24 mois permettant de conserver un intérêt fort pour un placement court terme, mais intégrant les risques de dérapages toujours possible pour ce type de chantier. Le but n’est pas de récupérer les sommes investies avant le terme échu, mais si le promoteur voit son projet aboutir avant l’échéance initialement fixée (un hiver particulièrement clément par exemple) et que le chantier se termine plus tôt, le dossier est débouclé par anticipation. La mise minimale de 30,000 CHF, permet d’investir dans les meilleurs projets immobiliers de la région Europe Continentale. Elle n’est pas systématique car cette valeur plancher dépend du montant global du projet. Mais la vocation du crowdfunding est de mettre à disposition d’un plus grand nombre (ce qui ne veut pas dire tout le monde) des solutions d’investissement modernes.

Une rémunération entre 8 et 10% pour des projets immobiliers en Europe continentale (Suisse, France et Luxembourg)

Depuis sa création, SwissLending a déjà réalisé le financement de 4 projets immobiliers en Europe continentale (Suisse, France et Luxembourg) et a levé, à date, 2’875’000 CHF auprès d’investisseurs. La rémunération annuelle attendue des investisseurs varie entre 8% et 10% en fonction des projets présentés. L’objectif de la démarche de crowdlending a une ambition raisonnable de prendre en charge environ 10% du montant total maximum de l’investissement. Ce qui limite bien sûr les risques. Appréciée par les Family Office, ce système verra à l’avenir fleurir d’autres projets afin de proposer un spectre de projet plus large (situé entre 500k et 10 millions à priori pour 2017 par projet) à une cible plus étendue. Comme le souligne son CEO Dominique Goy et cofondateur de SwissLending « Ce mode de financement est de plus en plus plébiscité par les investisseurs en quête de transparence et de rendement dans le contexte actuel de taux bas. La notoriété du crowdfunding augmente régulièrement et des acteurs professionnels se mettent en place. Le remboursement de cette première opération par SwissLending est une belle étape de franchie ».
Membre de la Swiss Crowdfunding Association, cette plateforme de financement participatif (« Crowdfunding ») immobilier est basée à Genève. Elle représente une alternative aux produits connus de type SCPI, une transparence aisée à étudier et un rendement intéressant sur des échéances courtes. Présente au Paris Fintech Forum, elle profitait de cet événement parisien pour apparaître dans ce tourbillon de technologie comme une solution d’investissement que l’on peut comprendre le temps d’un café.

Paris Fintech Forum Swiss Startups
ActualitéStart-up suisses

La Fintech-tonique des plaques bouge les lignes du monde de la finance

Ainsi le Paris Fintech Forum a fermé ses portes ce jeudi 26 janvier dernier, après 2 jours pendant lesquels les colonnes du Palais Brogniart ont ressenti des vibrations qui leurs ont rappelé le bon vieux temps (pour  elles), celui d’avant l’ère numérique. La cote de cet événement est au plus haut et les nombreux intervenants renommés pouvaient constituer une équipe de haut vol dans la finance française et internationale, même si certains commencent à sentir le contre effet d’une décote. Les primaires et prochaines élections ont tendance un peu à dévitaliser les membres d’un gouvernement sortant.

Paris Fintech Forum Swiss Startups

Les interventions étaient plutôt enthousiastes et optimistes, avec parmi celles-ci un réflexe communautaire amusant puisque le gouverneur de la Banque de France n’a pas souhaité faire la totalité de son intervention en anglais (langage du PFF17 comme des précédents) sous le prétexte (officiel ?) qu’on était en France. Les plus anciens ou les jeunes encore respectueux de l’histoire ont pu monter et passer le main sur le velours préservé de la corbeille, installée à l’étage, disposée comme une relique et qui coule aujourd’hui des jours heureux dans un calme quasi absolu qui doit la changer des vociférations et des voletages nerveux des bouts de papier des siècles précédents. Les algorithmes des THF l’ont remplacée sans états d’âmes accumulant leurs raisonnements mathématiques en séquences de millisecondes.

Paris Fintech Forum Swiss Startups

Telle une équipe de basket les Fintech Suisses étaient présentes pour se glisser sur le parquet de la réussite

Plus de 120 startups de 25 nations différentes présentaient lors de courtes séquences de pitch leurs entreprises dans des domaines très différents comme la Reg Tech, le Wealth Management,  le Payment et bien sur celle qui fait fantasmer tout le monde la Blockchain. Ce nom possède dans ses 2 syllabes toutes les significations d’un mystère qui se pare des vertus de Turing ou des troubles d’ Ali Baba et des 40 voleurs. Les startups suisses étaient présentes au nombre de 5, formant un 5 majeur comme au basket, intervenant dans des conférences aux différents coin du Palais, pitchant sous des plafonds à caissons richements décorés et faisant la promotion de leurs solutions devant des petits stand en bois, ou certain avait choisi de faire flotter le drapeau de la Confédération.

J’ai eu le plaisir de discuter avec ces représentants de la Fintech Suisse, comme Alexandre Gaillard d’InvestGlass, dont la solution de roboadviser permet au conseiller en patrimoine d’augmenter la valeur de ses conseils, ou Sylvain Berthollus, qui a choisi la Suisse pour lancer Cash Sentinel, plateforme de transaction sécurisée entre particuliers pour l’automobile et les bateaux. Ceux là représentaient la partie romande de la Suisse. Zurich avait, comme souvent, une petite avance car la région présentait 3 startups. FinanceFox dont le CEO Julian Teicke, sur scène avec Thomas Buberl, le nouveau CEO d’Axa  a expliqué avec beaucoup d’assurance son business model qui modifie la façon de proposer des contrats du même type en Suisse et en Allemagne. <a href="http://www.qumram try this website.com/ » target= »_blank »>Qumram par l’intermédiaire de son CEO Mathias Wegmeuller a dévoilé avec une décontraction amusée que la Reg Tech a beau être une activité un peu cachée, elle est aujourd’hui vitale pour les organismes financiers. Derrière cette contraction exclamative dont la prononciation ressemble à l’éternuement d’un banquier traditionnel enrhumé, se cache des logiciels qui font un travail d’analyse et de sauvegarde afin que les organismes financiers respectent des législations tout aussi vitales pour eux, qu’elles sont totalement inconnues du quidam moyen, comme la MiFID2. Enfin Sonect a présenté une idée simple mais terriblement séduisante pour faciliter le retrait d’espèces en montrant qu’un simple tiroir caisse de magasin peut se transformer en distributeurs de billet, et cela tout à fait légalement bien sûr.

Paris Fintech Forum Swiss Startups
Invest Glass
Paris Fintech Forum Swiss Startups
Cash Sentinel
Paris Fintech Forum Swiss Startups
Finance Fox
Paris Fintech Forum Swiss Startups
Qumram
Paris Fintech Forum Swiss Startups
Sonect

Une belle diversité de solutions, de technologies et de situation. Sonect a démarré il y a juste 1 an. Chez InvestGlass, ils sont 3 ( c’est l’avantage d’engager des algorithmes). Qumram comprend 35 personnes, dont une bonne partie est située à Barcelone (ce taper à longueur de journée des devs liés à des réglementations complexes doit bien nécessiter d’avoir des compensations) quant à FinanceFox, ils sont déjà 100, répartis sur plusieurs pays dont la Suisse et l’Allemagne. Je reviendrais en détail sur chacun de ces acteurs de la technologie suisse, dont l’accueil fut à chaque fois agréable, ouvert et intéressant, et dont aucune de ces idées n’est à jeter à la corbeille, fusse t’elle celle du Palais Brogniart. 5 représentants qui étaient rejoint par un sixième, Swisslending, société de crowdfunding immobilière genevoise, qui ne venait absolument pas jouer les remplaçants, dont avec qui j’ai pu partager un moment entre 2 conférences, en compagnie de la représentante de l’Ambassade de Suisse, qui elle venait voir d’un peu plus près ce qu’était la Fintech.

Ce forum est un événement qui s’inscrit dans le mouvement ou les structures du Cac 40 et les grands groupes en général aiment bien regarder ces petites bêtes (ou start-up), qui viennent leurs prendre des parts de marchés, jouer le poil à gratter ou tout simplement les aider à faire bouger les lignes. Entre grands groupes et startups, suisse bien sûr mais pas que, la fintech-tectonique des plaques modifie ce puzzle géant des acteurs de la finance par de multiples frictions, initiatrices de changements.

montre suisse en fromage
Suissitude

La montre en fromage va t’elle créer un tourbillon positif ?

Moser&Cie est une entreprise suisse, qui fabrique des montres d’exception, dotées notamment du précieux mouvement nommé tourbillon. Située près de Schaffouse, au nord de Bâle et de Zurich cette authentique manufacture suisse a proposé à l’occasion du Salon de la Haute Horlogerie (SIHH), du 16 au 20 janvier 2017 un modèle unique appelé La Swiss Mad Watch.  Qu’a t’elle de particulier cette montre de luxe, en dehors d’être un modèle unique et de valoir 1’081’291 francs suisses ? Ce montant bien particulier va réjouir les amateurs d’histoire car il fait référence à la création de la Suisse (1er Aout 1291) lors de la réunion des premier cantons suisses.

Une montre gag pour un manifeste sérieux

Oui, mais il y a pas qu’un prix à la composition étonnante, il y a également un matériau assez rare dans l’horlogerie suisse ! Cette montre a en effet été conçue avec … du fromage. Produit Suisse par excellence, la sérieuse maison Moser&cie a choisi la dérision pour exprimer un problème sérieux. Que veut dire « Swiss Made » de nos jours. Aujourd’hui pour apposer ce label, il faut que 60% des composants soient d’origine Suisse. Cela vient même d’augmenter de 10% car en 2016, 50% suffisait. La tendance semble donc plutôt bonne. Oui, mais voila, de nombreux horlogers Suisses font fabriquer quasi exclusivement leurs productions sur le territoire confédéral et se retrouvent en confrontation directe avec des marques qui se contentent des 60 % autorisés. Pour la manufacture de Schaffhouse, dont les créations sont suisses à plus de 95%, ce label laxiste n’est plus garant de rien, porte à confusion et engendre des dérives. Alors l’humour, la révolte et la dérision ont poussé cet horloger à associer du Vacherin Mont d’Or avec un matériau composite, de l’acier et un peu de peau de vache (pour le bracelet). L’entreprise a été plus loin. Elle a également pris la décision de ne plus apposer la mention « Swiss Made » sur le cadran de ses nouvelles créations de garde-temps dès 2017.

Cette approche satirique veut se faire l’écho de l’absurdité du Swiss Made et du changement risible apporté à la législation. La maison H. Moser & Cie met à l’honneur une ressource naturelle 100% suisse, la plus précieuse qui soit : les vaches. Ainsi, le boîtier de la Swiss Mad Watch est fabriqué à base d’authentique fromage, un Vacherin Mont d’Or médaille d’or. Rassurez vous, il ne va pas fondre aux premières chaleurs et couler sur votre poignet de votre chemise sur mesure en libérant une douce odeur d’étable jurassienne. Il a été intégré à un matériau composite innovant, l’itr2©, puis usiné et poli avec les finitions propres à H. Moser. Pour le bracelet, H. Moser & Cie a opté pour de la peau de vache Suisse. Le tout est complété par un cadran rouge fumé et des index doubles à 12, 3, 6 et 9 heures, évoquant l’étendard helvétique. Le résultat est franchement décalé. Le prix lui aussi un peu décalé des standards, servira en cas de vente à abonder un fond d’aide aux fournisseurs horlogers suisses indépendants.

La réponse est elle dérangeante ?  « Assurément », assume Edouard Meylan, CEO de H. Moser & Cie « Avec la Swiss Mad Watch, c’est un message que nous adressons à l’industrie horlogère suisse, aux autorités et à tous les amateurs de montres : le label Swiss Made ne signifie plus rien. Pire, il permet de justifier toutes les dérives de notre industrie. A ce label laxiste et insuffisant, nous répondons par la dérision. Chez H. Moser & Cie., nous produisons des montres réellement suisses, riches d’une tradition horlogère et d’un savoir-faire centenaire, dont la qualité parle d’elle-même, et qui peuvent très bien se passer de tout label. Nous ne faisons pas du Swiss Made : nous sommes suisses. A 100% avec la Swiss Mad Watch, à plus de 95% avec tous nos autres modèles », conclut Edouard Meylan dans un communiqué.

Le monde horloger suisse fait face à différentes menaces

Les groupes de luxe ont trouvé en Asie des ressources de production qui leur permettent de proposer des produits à marge élevée, sans forcément que le consommateur, confiant dans la dialectique du label, se doute de quelque chose. On voit apparaître des francs tireurs qui jouent la carte de la transparence sur le sourcing comme sur la distribution. Le résultat donne des marques dont la positionnement prix est très étudié, une qualité identique (les sources de production peuvent être communes) et un design…encore « Swiss Made ». Cette démarche donne un produit comme la montre Code 41 (qui n’est pas un nom de code) de Goldgena. Ce projet a soulevé suffisamment d’enthousiasme pour récolter plus de 500 000 francs Suisse sur kickstarter (Le Temps a parfaitement décrit le projet). Mais le marché s’ouvre encore plus quand de jeunes salariés après avoir oeuvré au sein des groupes horlogers Suisse, on compris les P&L de ces process de production et ont décidé de s’appuyer directement sur une production asiatique, pour proposer une offre à prix ajusté et une démarche de transparence sur l’origine. L’article de BFM Business explique clairement le mécanisme. Certains résultats du troisième trimestre 2016 affichés par de grand groupe comme Richemont montre que si les ventes de la division joaillerie ont rapporté 1,75 mrd EUR, soit un gain de 9% (8% tcc), l’horlogerie a enregistré durant cette période un recul de 2% (-2% tcc).

Cette réaction forte d’un des acteurs de l’horlogerie Suisse, montre la prise en compte par certains de la sensibilité naissante des populations européennes à un discours de vérité sur les démarches marketing des entreprises. De l’autre coté du lac, le Made in France, fait aussi sont chemin, c’est un des principaux letmotiv d’un des potentiels candidats à l’élection de mai 2017 au poste de Président de la république. D’autre ont décidé d’obliger les entreprises à fabriquer localement en twittant frénétiquement.

On remerciera Moser&Cie de vouloir mettre les pendules à l’heure au sujet du « Swiss Made » et de nous donner l’occasion de découvrir une montre aussi étonnante. Vous pouvez rejoindre le mouvement de défense de la qualité Suisse en utilisant sur vos comptes twitter le #MakeSwissMadeGreatAgain. « Rendons sa valeur au Swiss Made ».

montre suisse en fromage

Fintech Genève
Actualité

The Swiss Fintech Convention aura lieu le 2 février 2017 à Genève.

L’année 2017 qui commence, s’affiche avec un froid plutôt conséquent sur nos contrées tempérées, mais s’il y a bien un territoire qui voit une température à deux chiffres, c’est celui des Fintech. De gros événements se précisent dans le calendrier, comme évoqué dans le post Fintech précédent. Il ne faut pas oublier ceux de taille plus modeste, mais qui peuvent donner une vision plus concrète et sont facilement accessible comme le Swiss Fintech Convention, qui aura lieu à Genève le 2 fèvrier 2017.
Le programme est à une échelle humaine, l’événement dure une journée, et n’élude pas les réflexions qui dans ce domaine vont au delà de la technique ; la relation avec l’humain.

Digital, fintech et humanité

Plusieurs conférences auront lieu sur ce sujet, animées par Aline Isoz, nominée en 2015 pour le prix de la « Femme Digitale de l’année ». Ainsi elle vous apportera quelques convictions à la question « Peut-on être Suisse et digital ? « . Moi, je dis oui, mais ce n’est que mon point de vue.  Alors que les entreprises intègrent de plus en plus la transformation digitale dans sa dimension culturelle et non plus uniquement technologique, quels sont les freins et les avantages pour la Suisse à l’ère des GAFAM et autres Pure Players? Sous l’angle d’exemples économiques ou environnementaux, Aline Isoz invite à réfléchir sur les fonctionnements “helvétiques”, et leurs incidences.
Vous aurez aussi une conférence pour savoir dans cet univers Fintech, concilier le digital et l’humain, et comment repenser l’organisation de l’activité financière.
Le programme et les billets sont disponibles sur le site TSFC dès le 6 janvier 2017.

Actualité

Le Paris Fintech Forum, fait le plein d’innovations pour 2017

Alors que la fin de l’année approche, les festivités et salons qui vont rythmer l’année 2017 se préparent. Les premiers sont déjà cochés en haut de la liste sur le carnet de bal des start-up, à commencer par le CES de Las Végas dès le  janvier et le Paris Fintech Forum les 25 & 26 janvier prochains.  Plus de 160 dirigeants de Banques, Assureurs, Telcos, Régulateurs et Fintech seront réunis sur les 6 scènes du Palais Brongniart à Paris pour échanger sur l’avenir de la finance digitale.

2 jours pour découvrir les startups et entendre les CEOs, présenter leurs visions du monde des fintech

Le Paris Fintech Forum ce sera durant 2 jours exceptionnels l’occasion de rencontrer un panel très large de startups en provenance de 28 pays. Certaines viennent de Suisse, bien entendu et on en remarque déjà 3 parmi celles qui vont intervenir durant cette session 2017.

  • CashSentinel :  leader Européen du paiement sécurisé entre particuliers
  • Finance Fox : solution de gestion de tous vos contrats d’assurances
  • Sonect : disruption des DAB
  • Qumram : solution qui capte toutes les interactions entre votre entreprise et vos consommateurs sur les canaux web, mobile et réseaux sociaux.
  • InvestGlass : une solution d’IA pour aider les conseillers financiers !

Ainsi parmi les 120 sessions de pitch qui auront lieu pour présenter la diversité des offres & innovations du monde de la finance à travers le monde, il y aura de belles innovations découvrir. Vous pouvez encore obtenir des billets pour le Paris Fintech Forum !

L’année dernière, on avait pu assister à la présentation d’Investglass, Go Beyond Investing ,

créez votre jardin en ville
Start-up suisses

1000 jardins dans 100 villes, découvrez le grand projet de l’Urban Gardeners Republic

nätdejting statistik invandrare
infidélité avec une prostituée
rencontres vertuo
mutually beneficial relationship site de rencontre
otrohet dejting jönköping
rencontre jeunes tours
dejtingsida för under 18
bra frågor vid dejting
agence matrimoniale rencontre homme
dejtingsajter för 16 åringar med
dejtingsida umeå
muslima rencontre gratuit
date definition dictionary
dejtingsajt otrogen gravid
rencontre sur new york
rencontre femmes au cambodge
populäraste dejtingsajter flashback
prostituee a pau
dejta ensamstående mamma ulrika
dating femmes miramas
sajt za dejting sidor
vous pensez quoi des sites de rencontres
dejtingsidor skåne
rencontres hainaut
club de rencontre bordeaux
rencontre avec un drh
prostituée suisse écrivain
dejtingsajt stockholm ystad
dejtingsidor otrogen test
rencontres scientifiques de nutrition danone
club de rencontre gironde
dating femmes valenciennes
dejtingsidor uppsala län
dejta gifta
rencontres françois rabelais 2011
rencontre du 3eme type enigmon
rencontre amoureuse en australie
att dejta en yngre kille
pourquoi mon homme va sites rencontre
psychologie rencontrer un homme
rencontres le creusot
rencontre tvm3
sms date tips
rencontre fort mcmurray
site rencontre mariage france
5eme rencontre de la performance energetique
street rencontre
edith piaf prostituée wiki
dejting sidor i sverige wiki
rencontre femme africaine rennes
rencontre celibataire gratuit sans inscription
rencontres internationales de musique ancienne en trégor
rencontres clichy sous bois
nätdejting samtalsämnen dejt
did prostitutes prevent getting pregnant
site de rencontre montmorillon
gå från dejt till förhållande
une zone de rencontre
dejta ful kille xy
meet le chesnay
dejting gävle dagbladet
dejtingsidor badoo login
vilken dejtingsajt är bäst väggrepp
rencontre femme saint malo
dejtingsida helt gratis virusskydd
nätdejting recension dn
prostituees cahors
rencontre yolen
dejtingsidor otrohet
dejtingsidor gratis youtube
exemple message rencontre pour homme
agence gmf toulon bon rencontre
rencontre troyes
ime la rencontre le chesnay 78
meet eaubonne
rencontres cosplay
date app gratis
dating femme moulins
dejtingsidor för bönder protesterar
dejting 16 år göteborg
avis sur les rencontre sur internet
prostitute louisville kentucky
definition du mot prostituer
rencontre recrutement auchan
thomas more rencontres
snygga tjejer nätdejting
100 gratis dejting exempel
dejtar två killar
vilken dejtingsajt bäst före
dejting sidor flashback konto
citation rencontre furtive
dejtingsajt västerås jobb
dejting sverige gratis parfymprov
adresse prostituée limoges
nätdejting värdelöst vetande
nätdejting helt gratis saker
rencontre ecotech
dejtingsajt happy youtube
dejtingsajt badoo sök
facebook rencontre belgique
historique rencontre barcelone real madrid
dejting frågor
site de rencontre wahou
site de rencontre pamiers
rencontre bogeve
vetenskapens värld nätdejting
nätdejting mord queue
dejta på nätet flashback konto
dejting på nätet flashback forum
dejtingsida t
prostituée juan les pins
nätdejting när ska man träffas igen
site de rencontre par cam pour ado
gratis kristen dejting exempel
rencontre femme bagneux
dejtingsidor internet nerede
rencontres du ciel et espaces
dejta online flashback inlägg
dejtingsajt wikipedia
nätdejting gifta sig
site de rencontre 60 ans et plus quebec
site de rencontre gratuit ille et vilaine
dejting community
date jar app
dejtingsidor victoria justice
moppen over prostituees
prostituées bujumbura
dejtingsida för miljonärer download
bra dejting presentation zen
rencontre sexe saint leu
vad skriver man efter första dejten
site de rencontre musulman avis
lettre pour site rencontre
doyenne prostituées nancy
dejting i göteborg yr
dejta 2 samtidigt engelska
simenon oeuvres complètes éditions rencontre
hur många dejter innan kyss
app dejting närheten karlskrona
vacatures hulpverlening prostitutie
ou trouver prostituee sur paris
rencontre femme russe sur meetic
dejt iphone
dejta otrogna
petites annonces rencontre serieuse
dejting för iranier
dejta flera killar samtidigt photoshop
bästa dejting appar xperia
bar för date stockholm
rencontre femme roumaine france
voltaire rencontre newton
dejtingsajter england pris
forum des prostituées
dejtar 2014
dejting gratis 50 gb
nätdejting för vuxna göteborg
dejtingsidor prova recept
culture et rencontre saussure
nätdejting killar jeans
match date spark
maghreb rencontres com
dawson rencontre de la deuxième fille
dejtingappar
xoops site de rencontre
bästa appen för dejting
rencontre ille et vilaine
bra frågor vid dejt
nätdejting 50 lappen
rencontre st laurent en grandvaux
sites rencontres pour randonnées
prostitute motel 6
quand chuck rencontre larry mega
dejting 70 hjälp
rencontre gratuite brive
nätdejting akademiker definition
dejting sidor grattis kort
rencontres lyriques internationales
rencontres fraap
site de rencontre uh
dejta handikappade
rencontre napoleon bismarck
rencontre dauphin parc asterix
nätdejting första dejten hemma
turkish dejtingsidor
nätdejting dåligt rykte
dejtingsida fängelse norge
dejtingsidor kristen kvinna
dejt 30 oktober
nätdejting vad skriva yrkesdagbok
rencontre juive belgique
quartier des prostituées liège
dejting sidor grattis italienska
wf dejting regler
definition date julienne
dejta polis lön
gratis dejting i sverige
nätdejting norge
dejting via mobilen gratis
a la rencontre des algonquins et des hurons
site de rencontre touraine
rencontre telex
dejtingsida happy pancake finland
rencontre bar
chat ajaccio
dejta rika tjejer flashback
vincent cassel monica bellucci leur rencontre
rencontre femme colombes
dejtingsajt för golfare
cost prostitute nicaragua
dejtingapp t
tyska dejtingsajter
nätdejting råd
dejta online
rencontre ado de 17 ans
prostituée amsterdam photo
nätdejting mötesplatsen omdöme
dejtingsida otrohet män
bra dejtingsida flashback forum
jämförelse dejtingsajter
rapport prostituée
programme rencontre om
dejtingsajt body mist
dejtingsajter under 18 years
dejtingsajter gratis online
rencontres entre femmes lyon
site de rencontre beauce
comment etaient les rencontres
internationell nätdejting
lättraggade dejtingsidor flashback
roemeense turnster wordt prostituee
bra dejt restaurang göteborg
dejtingsajter för unga gratis ziehen
rencontres france asie
prostituée boissy levignen
dejtingsajter i usa jobs
nätdejting ensamstående invandrare
dejtingsidor luleå
prostituée tuée à payerne
dejtingsajt gifta kvinnor
rencontres marginales séraphin
gratis nätdejting flashback nere
rencontre musulmans france 2010
rencontre orval
dejtingsida för gifta mig
bra dejting appar engelska
rencontre sur macon
nätdejting svarar inte router
tableau rencontres sportives
quels sont les sites de rencontres non payants
dejtingsajt ligga ordspråk
rencontre berne
dejtingsajt för under 18 malmö
date line definition journalism
top annonce 42 rencontre
vivastreet bandol rencontre
rencontre homme zarzis
rencontre des arts fous
site de rencontre completement gratuit quebec
gratis dejtingsidor 2015 veckor
dejtingsidor för under 18
dejta äldre kvinnor risker
nätdejting svt recept
dejta gratis online utbildningar
dejting på badoo betalning
starstruck rencontre avec une star film wikipedia
bästa dejting sida word
romantisk date bergen
koulchi bel mektoub rencontre
appartages rencontre
rencontre plouguernevel
date outfit for kardashian game
soirees rencontres lausanne
hatar att dejta
prostituees juives
rencontre havelange
dejta 50 nyanser
rencontres seniors montpellier
rencontre arles gratuit
miley cyrus liam hemsworth rencontre
vif rencontre
dejting mordet gävle
dejtingsida på facebook android
dejting i malmö
rencontre et sortie
nätdejting dasha effects
bästa dejtingsidan gratis youtube
dejting med herpes hemma
rencontre jeune cadre dynamique
användarnamn tips nätdejting
rencontre copro
nätdejting statistik vm
dejting 18 år oskuld
dejta män från usa
rencontre ami canada
spray dejt tips
jeux pour rencontrer des garcons
lieu de rencontre savoie
date chat text
spid dejting u beogradu igrica
nätdejting ensamstående kvinnor

dégustez votre vin au meilleur moment !
Start-up suisses

Avec Evoé, devenez un spécialiste du vin !

C’est une jeune startup suisse qui nous propose ce nouveau système de gestion de cave ou chaque bouteille de vin est amenée à sa parfaite maturité grâce aux nouvelles technologies. A une période ou l’agriculture raisonnée et la viticulture en biodynamie prennent de l’essor, le progrès technologique que l’on pourrait traiter de « data driven » permet de conserver et consommer le vin dans les meilleurs conditions. Evoé a conçu un système intelligent de gestion de cave, qui vous permet de contrôler avec précision vos stocks et la période de maturité de chaque bouteille.

dégustez votre vin au meilleur moment !

Evoé vous attend pour arriver à maturité sur Kiskstarter

La jeune entreprise, créée dans le cadre de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, en est à son premier jus. Pour que la maturité soit la plus parfaite, ils ont lancé un projet ambitieux sur Kickstarter, puisque l’équipe souhaite rassembler 150 000 FCH pour lancer la production de leur solution incluant plusieurs accessoires et bien sûr une appli pour smartphone.

dégustez votre vin au meilleur moment !

Les bouteilles de vin connectées permettent une fine gestion de votre cave.

Le coeur du système d’évoé est l’appli logée dans le smartphone qui permet d’avoir une vision précise de votre cave et de piloter sa consommation en choisissant les vins à associer aux mets qui sont arrivés à parfaite maturité. Que vous soyez amateur de Chardonnay, Merlot, Syrah, Pinot noir, Grenache…vous ne consommerez plus une bouteille au doigt mouillé ou en fonction de la poussière qui en recouvre l’étiquette. Chaque bouteille de vin est identifiée par une puce NFC que vous aurez collée sur le cul de ce contenant. Ensuite chaque bouteille est enregistrée en la posant sur le socle, joli rectangle à la forme épurée qui aurait pu être dessiné par Starck qui identifie et tag la bouteille.  Il suffit ensuite de remplir les données du vignoble sur l’appli. Toutes les informations sont ensuite pilotables depuis le smartphone lors de l’achat ou lors de la consommation.

dégustez votre vin au meilleur moment !

Ce système contrairement à d’autres ne se focalise pas sur la connaissance du vin. Pas de reconnaissance de l’étiquette pour savoir s’il s’agit d’un bordeaux, d’un bourgogne ou d’un cépage plus exotique. Il s’adresse plutôt à une cible d’amateurs éclairés, hédonistes et bon vivant, qui connaissent le prix d’une bonne bouteille et veulent traiter avec soin leurs amis. La fonction principale est la gestion de la cave. Il sera optimal pour des caves relativement importante, pour de personnes qui souhaitent s’en constituer une, même dans une optique patrimoniale, voir même pour des restaurateurs haut de gamme qui n’ont pas forcément la possibilité d’avoir un sommelier à demeure. L’application intègre des fonctions sociales, comme le rating, et le partage des avis.

dégustez votre vin au meilleur moment !

Que les habitués de l’oenotourisme dans le bordelais ou la Napa Valley, ne sourient pas trop. Hormis le fait que l’école hôtelière suisse est une des plus réputées du monde, la confédération possède ses vignobles réputés autour du Lac Léman et de la vallée du Rhone. Pinot gris, Mondeuse blanche, Cabernet Franc, Plant Robert ont leurs amateurs et méritent respect et …modération. Une solution suisse comme celle proposée par Evoé est donc tout à fait légitime, et si Dyonisos était encore de ce monde, il aurait entendu les cris des bacchantes l’incitant à soutenir ce projet !

Vous aussi soutenez le projet Evoé sur Kickstarter ! 

le surplus alimentaire incite a la création d'entreprise
Actualité

Le surplus alimentaire intéresse les startups.

Le gachis alimentaire est un réel désastre à notre époque ou nous devons veiller à mieux utiliser les ressources de la planète et aider son prochain à manger à sa faim. Heureusement la création d’entreprise s’intéresse aussi à cette question. Souvent jeune, ne sortant pas forcément d’une école de commerce (pour ces derniers, les Fintech ont des lumières qui les attirent), ces jeunes se penchent sur des problématiques du quotidien pour modifier le comportement des consommateurs, figés dans leurs habitudes de consommation. D’un coté, frôlant la facilité sous l’égide factice du progrès technologique, on peut coller le bouton Dash d’Amazon sur la porte de son frigo, pour commander d’une simple pression un produit défini (issu d’une multinationale), de l’autre vous pouvez réfléchir à votre acte d’achat en tant que citoyen et découvrir près de chez vous des produits tout à fait consommables, transformés à partir de fruits et légumes dont seul l’aspect visuel ne leur permettaient plus de trouver preneur.

A Berne une initiative lancée par des étudiants, devient une réelle entreprise de transformation alimentaire

2 expériences on eu les honneurs de la presse récemment. C’est 20 minutes.ch qui nous fait découvrir la volonté des jeunes étudiants en technologie de denrées alimentaires, de lutter contre la triste fin de déchets de fruits et légumes à Berne. Plus assez élégant pour être vendu, découpé et jeté une fois la partie visuellement acceptable consommée, ils ont imaginés de les transformer en jus de fruits. Les vitamines de ces aliment sont plus utiles au circuit du corps humain qu’à celui de la centrale de biogaz de la ville, même si elle permet d’apporter de l’énergie à un système de chauffage collectif. Ce groupe d’étudiants a développé sa marque, MUDA, véritable startup. La particularité de leurs jus est qu’ils contiennent tous des fruits et des légumes qui auraient dû finir à la poubelle. Après une phase de sourcing approfondie, la boisson commence à être distribuée dans des bars à la mode dans cette partie de la Suisse. Lire l’article sur le 20 Minute.ch. Une démarche qui est sans doute validée quand on voit ce qui se passe en Californie, ou on commence à ce dire que si la data est la vitamine virtuelle du marketing in ou outbound, la vitamine réelle est aussi une matière précieuse.

Aux USA, plusieurs startup se sont lancées sur ce secteur

Au pays de l’oncle sam, le commerce est ouvert tous les jours. Mais là aussi, si le produit n’a plus l’air brillant pour être vendu on le jette. Quelquefois un rayon de fruit et légume a du mal à conserver la brillance de celui d’un Apple Store, même si la pomme a, dans ces cas très différents, comme but d’améliorer notre bien être. Aux Etats-Unis, 40 % de la nourriture produite finit par être jetée. Le pays dépense plus de 218 milliards de dollars par an, soit 1,3 % du PIB, pour cultiver les fruits et légumes, les transformer en produits alimentaires, les transporter et les stocker alors qu’ils ne sont pas consommés, selon un rapport de l’ONG ReFED. Celle ci produit des guides qui grâce aux principes du Data Driven (bien connu des adeptes de la révolution digitale) permet de réduire ce gâchis. L’ONG est même persuadée de pouvoir réduire le gâchis alimentaire de 50 % d’ici 2030, si les personnes et les autorités se mobilisent. Cerplus, en est un des acteurs. C’est un site qui met en relation des agriculteurs avec des services de restauration et des fabricants de jus, de confitures ou de glaces. Full Harvest et Imperfect Produce, se sont également lancées sur ce créneau l’année dernière, et WTRMLN WTR et Misfits Juicery mettent au point des jus à base de fruits qui auraient dû être jetés. Lire l’article sur les Echos.

En France le recyclage se fait à vélo

A Paris un autre type d’initiative a vu le jour, toujours entrepreneuriale, mais elle est restée sous la forme associative. Biocycle permet de récupérer les surplus alimentaires et de les distribuer à ceux qui en ont besoin. Une sorte d’intermédiaire, mais sous un mode physique et dont les principaux outils ne sont pas des logiciels, mais des vélos. En effet Biocycle récupère chez des distributeur les produits invendus, puis les transportent grâce à des vélos spécialement aménagés à travers Paris jusqu’aux associations bénéficiaires qui les redistribuent. Sensibiliser le grand public à un mode de consommation alimentaire plus responsable est l’un de leurs engagements. Redonner sens à notre production alimentaire et à la manière de la consommer est un vrai acte citoyen.

La volonté de mieux consommer notamment des fruits et légumes bio, à quand même tendance à renchérir les prix de cette alimentation. Il est donc important de pouvoir les utiliser au mieux et à modifier un comportement de consommateur qui doit prendre conscience qu’une pomme peut être mangée ou bue en fonction de son cycle de vie. Ces initiatives ainsi que celles découvertes lors de la première session de lauréats du Mass Challenge montre que changer le monde n’est pas qu’une affaire d’algorithme, mais également d’être acteur de son quotidien.

Mass Challenge Switzerland
ActualitéStart-up suisses

Le Mass Challenge révèle sa première liste de lauréats en Suisse.

Le Mass Challenge, première session helvétique a rendu son verdict en ce début du mois de novembre 2016. Le Mass Challenge est l’accélérateur qui se juge le plus « Startup friendly », car il ne prend pas de participation au capital des startups soutenues. Depuis Boston son point de départ sur la cote Est, brillante ville du Massachusetts, l’organisme a essaimé au Royaume Uni, en Israel, au Mexique (donc avant la construction d’un éventuel mur 😉 ) et en Suisse au début de l’année 2016.

S’implanter dans un pays reconnu pour la sixième année comme le plus innovant du monde, alors que l’on a comme philosophie d’aider le développement de startups qui vont apporter des solutions améliorant l’existence est plutôt sensé. 450 dossiers venant de toute l’Europe on été déposés au mois de février pour tenter de faire partie de cette première vague. 70 d’entre eux furent retenu par le jury et purent suivre ce programme d’accélération du Mass Challenge, qui avec son expérience peut proposer les best practices en provenance des Etats Unis, d’Israel, du Royaume Uni, pour aider les startups européennes à faire grandir leurs projets. Les candidats sélectionnés ont pu ainsi travailler avec des mentors, des experts, rencontrer entreprises et associations pour faire mûrir leurs idées et s’améliorer dans l’exercice du pitch afin de convaincre, banquier ou VC.

Le Mass Challenge sélectionne 13 startups pour sa première session

Le Mass Challenge n’est pas un organisme trop superstitieux puisqu’il a décidé de présélectionner au terme de ces 4 mois, et parmi les 70 candidats initialement retenus, 13 startups. Elles se sont disputées les plus hauts honneurs et notamment la possibilité de se voir attribuer une part de la dotation de 400 000 de CHF. « We’d been excited to see how our 70 projects had grown during the past four months with a great number of achievements. The connexions with the mentor community were tremendous and we are confident in the interests for our region to host MassChallenge Switzerland for the years to come », indique Ian Roberts, CTO of Bülher, une des sociétés parties prenantes de la création du Mass Challenge en Suisse. Les 13 start-up sélectionnées proviennent de plusieurs pays mais la grande majorité appartiennent à la Suisse:

Suisse :
Aerotain
Darix
Fastree3D
Gait Up SA
homePad Solutions SA
Intento
SwissDeCode
TwentyGreen
Versantis
Xsensio

France
Sensorwake
machIQ Industrial Services Inc.

Angleterre 
Taste of Kenya

Sur ces 13 dossiers sélectionnées, on trouve 10 startups suisses, ce qui est assez logique, dont Fastree 3d ou Gait Up, présente pour cette dernière à Viva Technology en Juin dernier à Paris.  La santé et le bien-être sont des domaines bien représentés avec les startups suisses Intento, Versantis, Gait up, Xsensio, mais on notera également la présence du français Sensorwake, qui avec son réveil qui délivre dès poltron minet des douces odeurs choisies, se trouve déjà dans les rayons de Darty ou de Boulanger.
Le monde du food et de l’agriculture est aussi impacté, et de cela on ne peut que s’en réjouir. Si faire baisser la température autour du globe et maitriser notre empreinte carbone peut sembler à certain ésotérique et difficile à maitriser, surveiller son alimentation est de fait beaucoup plus à portée de main. Dans la short-list, les startups Twenty Green, SwissdeCode et Taste of Kenya, font partie de celles qui veulent améliorer notre alimentation au quotidien et protéger les ressources naturelles.

Et les vainqueurs sont :

Au terme de quatre mois d’encadrement, six entreprises, dont quatre suisses, ont été récompensées lors de la remise des prix qui s’est déroulée à Renens (VD). 2 prix de 100000 frs CHF ont été remis à Versantis et machIQ.  La première que l’on retrouve 36 ème dans la liste des 100 startups suisses est une spin off de l’ETH de Zurich. Elle propose une plate-forme pour le traitement des insuffisances hépatiques aiguës. La seconde machIQ travaille dans le secteur de l’industrie 4.0. Elle veut simplifier et accélérer la surveillance et la maintenance des machines de production grâce à une interface unique.
Après ces 2 principaux prix, 4 autres entreprises ont été récompensées et ont reçu 50’000 CHF.  Il s’agit de SwissdeCode qui a conçu une box pour déterminer la qualité et l’authenticité des composants dans produits alimentaires.
Xsensio travaille dans les nano-technologies et a imaginé un patch qui permet de récupérer les données biochimiques d’un individu de manière non invasive.
TwentyGreen produit un nouveau aliment probiotic pour le monde animal qui se révèle sain et éco-responsable.
TasteOfKenya est une start-up britannique qui veut modifier le circuit de vente du café et mettre les producteurs et les torréfacteurs directement en relation afin de rééquilibrer le marché en faveur des premiers.
Les sept autres startups de la liste ne reçoivent ni chèque ni subside, mais peuvent rester en résidence au Centre de Biotech de Genève jusqu’en Juin prochain et bénéficier du soutien professionnel de la Fondation Inartis.

A aujourd’hui les entreprises accélérées grâce au Mass Challenge ont levé plus de 1.4 billion de$, généré plus de 575 millions de CA et crée environ 50 000 emplois de manière directe ou indirecte.  Aucune raison que la Suisse n’en profite pas.

Le journal Le Temps a publié 2 papiers sur les 450 dossiers reçu par le Mass Challenge en Suisse,  ou l’expérience vécue par 2 startups suisses. D’autres articles de ce blog relate mon voyage à Boston et la rencontre avec le Mass Challenge aux Etats Unis ou à Londres.

 

Lausanne région: Prix PERL 2017
Actualité

Lausanne Région a ouvert les inscriptions pour le PERL 2017

Le PERL est un concours organisé par les 27 communes de Lausanne Région pour supporter les bonnes initiatives économiques de la région. 2017 verra donc se dérouler la 15 édition de ce concours qui a déjà vu récompenser plus de 55 entreprises depuis son lancement. Le principal gagnant se voit attribuer le Trophée PERL Lausanne Région d’une valeur de CHF 50’000.-. Les quatre autres lauréats recevront l’un des PERL dotés de CHF 10’000.- chacun. Les CHF 10’000.- restants seront remis, à titre d’encouragement, à des projets intéressants n’ayant pu être retenus. Comme vous l’avez constaté la somme représente un montant de 100 000 CHF, certes rien d’une levée de fond version Silicon Valley, mais une aide qui à l’échelle de l’Europe peut représenter un bon coup de pouce.

Le délais d’inscriptions courent jusqu’au 13 janvier 2017.

Lausanne région: Prix PERL 2017Les PERL sont destinés à toute entreprise PME ou PMI, existante ou en voie de création, active dans tous les secteurs économiques, domiciliée actuellement ou dans un futur proche sur le territoire de l’une des communes membres de Lausanne Région. Les PERL sont non seulement une récompense financière, mais aussi une large visibilité pour les entreprises ou les projets. Le règlement du concours est à disposition ici. Vous pouvez déposer votre dossier ou effectuer une « postulation » jusqu’au 13 janvier 2017 à 12h00. Outre l’enveloppe budgatiare remise à cette occasion, les partenaires du PERL, offrent différentes prestations complémentaires dont l’Adhésion gratuite à la CVCI durant 3 ans.
Cela permettra de voir briller un peu plus fort les lumières sur la rive droite du lac Léman qui pourront regarder avec un regard amusé les ombres qui s’étendent sur la rive opposée. Le concours récompense désormais 5 entreprises. A l’origine c’était 3, puis la région a poussé à 4. L’effort continue et on la félicite pour cette progression même si l’enveloppe reste pour le moment identique.Lorsque l’on regarde la liste des lauréats, on trouve de beaux noms de jeunes entreprises suisses, qui ont une résonnance même désormais à l’étranger, comme Tinynode, Flyability, Nanolive, Abionic, ou encore Bestmile, Jilion racheté depuis, et même L.E.S.S dont on connait le beau palmarès pour les Startup Award.
N’oubliez pas qu’une brasserie a été récompensée en 2012, ainsi qu’un fabricant d’authentique « coucou suisse romand », Suisse en 2014. Alors même si l’algorithme, l’IA ou la VR, n’est pas votre tasse de thé, vous avez votre chance ! Votre dossier peut être déposé jusqu’au 13 janvier 2017 à 12h00. Plus d’infos ici : Concours PERL

 

Startup -Award 2016 - Venture Lab
Start-up suisses

Les 100 startups suisses des Startup Award. L’essence de l’innovation helvétique.

A la mi-septembre le top 100 des startups suisses 2016 a été dévoilé. Ce classement lancé en 2011 permet d’avoir un regard pointu et concret sur les entrepreneurs
émergeant de cette petite nation. Celle qui dame le pion aux plus grandes. Selon l’indice mondial de l’innovation, la Suisse se classe en tête des nations les plus innovantes au monde en 2016 et se permet d’accaparer ce premier rang pour la sixième année consécutive.

Cette initiative privée met en valeur la diversité des projets des startups suisses

Le classement du TOP100 a été créé en 2011 par Beat Schillig et Jordi Montserrat de l’Institut pour les Jeunes Entreprises (IFJ). Ensemble, ils ont également mis sur pied en 2004 le programme Venturelab, qui a soutenu dans leur développement des milliers de startups dans toute la Suisse. Depuis 2007, ils assurent la gestion opérationnelle de l’initiative Venture Kick, qui jusqu’à aujourd’hui a soutenu 450 spin-off issues des universités et des hautes écoles suisses avec du capital d’amorçage à hauteur de 18 millions de francs. Le bureau de presse lucernois Niedermann est co-initiateur et partenaire dans la réalisation du classement. Le projet est financièrement et intellectuellement soutenu par la Fondation Gebert Rüf et la Swiss Private Equity & Corporate Finance Association (SECA). Les partenaires médias sont PME Magazine pour la Suisse romande et Handelszeitung pour la Suisse alémanique. Le palmarès détaillé du TOP100 2016 est présent sur startup.ch. L’édition spéciale «Startup.ch» commun au PME Magazine et à la Handelszeitung peut être téléchargée sur le lien (il s’agit de la version allemande).

start-up-award-10

Le classement se veut un instantané fiable des jeunes entreprises les plus innovantes et prometteuses de Suisse. Il permet notamment à de nombreux investisseurs, suisses ou internationaux, de garder à l’oeil certaines start-up.

Une sélection bâtie grâce à l’expertise de professionnels suisses

Depuis 2011, 100 experts, dont la liste est présente sur ce lien, analysent un grand nombre de startups en tant qu’investisseurs/-euses, choisissent chaque année leurs dix jeunes pousses suisses favorites. Si les chiffres font partie du débat, ce n’est pas le seul juge de paix. Ces experts se fient également à leurs instincts pour proposer les startups aux meilleurs potentiels de réussite. Seule condition, ces dernières doivent avoir moins de cinq ans. Le résultat est une liste très large, qui laisse une chance à chacune de ces jeunes pousses. Les critères d’innovation technologique mais aussi le feeling, et l’éco-système helvétique permettent de composer ce cocktail d’entreprises innovantes. Felix Moesner CEO du Swissnex à Boston voit passer chaque année les Venture Leaders dans le Massachusetts. Mais il a sans doute une vision plus lointaine du monde des startups Suisses, que les personnes qui appartiennent au Fongit, au CTI, à l’EPFL à l’ETH, qui eux les croisent au quotidien ou presque. Pour ces derniers faire un choix ne doit pas toujours être aisé car ils sont placés au coeur des places fortes de la création de startups suisses.

Un palmarés qui montre le large spectre de l’innovation en suisse.

Depuis cette année, les startups suisses du palmarès sont classées par catégories, ICT, Lifescience, Cleantech, High tech, Produit/services. Ces catégories ne sont pas exclusives et certaines startups peuvent appartenir à plusieurs à la fois (Sophia Genetics par exemple). Ainsi le palmarès affiche 100 startups mais le cumul des réponses de ces catégories atteint 397 réponses. On peut en déduire que chaque start-up est référencée dans au moins 3 catégories.

start-up-award-9

Le podium 2016 ne fait pas la part belle au monde du software. On constate une volonté d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de la vie,  favoriser un comportement éco-responsable, moins dévastateur pour nos ressources naturelles. Pas seulement automatiser grâce au dieu « Algorithme » ce qui peut l’être, avec l’espoir d’uberiser un secteur et quelquefois d’ailleurs, les postes de travail qui vont avec. La première place revient ainsi à L.E.S.S et sa lumière idéale (dont le nom et la technologie s’approche du concept consumériste Less is more). BComp  start-up de Fribourg prend la seconde place avec un nouveau matériau en fibre naturelle. La troisième place revient à Knip dont l’appli veut faciliter la vie des consommateurs dans le domaine des assurances ou là aussi, entre clauses et garanties liées, on est stupéfait de découvrir que l’on sur-consomme des protections qui doublonnent.

Les bassins de création les plus puissants se bâtissent autour des EPF.

Depuis 2011, il ya donc eu 6 années de palmarès et 600 startups saluées pour leurs performances et ou leurs potentiels. On peut commencer à détecter quelques tendances qui n’ont pas la prétention de vouloir rivaliser avec un de ces algorithmes imaginés dans les labos de l’ETH Zurich, mais s’appuient sur une version officielle d’Excel ;). Géographiquement par exemple on voit que les villes ou sont présentes les EPF sont assez logiquement des places fortes de la création d’entreprise. La région de Zurich est un beau leader car elle fournit 38.3% des startups listées depuis 2011. Lausanne et ses environs atteint 19.4%. Genève suit avec 6.22% devançant Bâle avec 4.5%. Je n’ai pu m’empêcher de regarder Yverdon, car cette petite ville thermale ou j’ai passé  de bons moments avec ma famille a désormais son Y-Parc et ses startups représentent quand même 1.6% de la liste. Au global les villes citées regroupent 70.02 % des lauréats des 100 meilleures startups suisses. On n’est pas loin des chiffres préférés de notre ami Pareto et cela montre que si la concurrence est plus rude dans ces endroits, certains cantons sont plus favorable pour émerger.
Pour compléter cet aspect géographique, un canton peut même arriver à truster le podium. C’est le cas de Zurich en 2011, tout comme Lausanne en 2015, avec L.E.S.S. SA, Abionic SA et Flyability SA. Ces communes ont placé 3 startups lancées chez elles sur les 3 plus hautes marches du podium.

Un monde des start-up assez résilient

Les startups qui peuvent concourir doivent avoir moins de 5 ans. Ce pré-requis permet à certaines d’entre elles d’être particulièrement performantes car elles sont présentes… 6 fois ;). Ainsi Bcomp AG est présente de 2011 à 2016, et cette constance est récompensée car si elle a démarré en 2011 par une discrète 67 ème place, elle se retrouve seconde en 2016. Une des plus belles progressions du tableau. Mais si j’ai bien compris, elle ne pourra pas tenter la plus haute marche du podium en 2017. Une situation partagée également par Kandou présente 6 fois. Créée en janvier 2011, sa technologie innovante dans les semi-conducteurs est peut être moins glamour et elle a eu plus de mal à séduire les experts qui l’on placée 94 ème en 2016, après lui avoir permis d’atteindre sa meilleur place, 9 ème  en 2013.

D’autres belles progressions sont à souligner. Abionic qui a remplit son quota avec 5 années de présence entre 2011 et 2015  a démarré 32 ème et a finit à une belle seconde place en 2015, faisant la fierté de la ville de Lausanne. Actlight a aussi été élue au cours de ces mêmes 5 années mais a un suivi un parcours divergeant car elle est passée de la 51 ème place en 2012 à la 62 ème en 2016. On trouve également une liste de start-up qui ont chaque année de fervents supporters, ce qui leur permet d’être présentes pendant toute la durée possible de ce mandat. La liste comprend :  QualySense AGUepaa AG, UrbanFarmers AGWinterthur Instruments AG Advanced Osteotomy Tools – AOT AG, Aeon Scientific AG (4 appartiennent au canton de Zurich) .
Glissons quand même une mention spéciale a L.E.S.S, déjà cité, qui non seulement est présente depuis 5 ans, a remporté la premier place 2 années consécutivement, ce qui est déjà tout à fait exceptionnel, mais a passé 4 années sur 5 dans les 5 premiers et a été classée au plus mal à la 18 ème place. Sans compter que cette start-up qui coche toutes les cases du succès fait partie des 2 sociétés (Avec Flyability) à être dans le palmarès dès l’année suivant sa création. Voila une start-up qui doit avoir un pitch de remerciement parfaitement rodé. Le cas de Sophia Genetics SA soulève d’autres réflexions. 2 fois 5 ème, alors que cette société est leader mondial dans son domaine du Data Driven Medecine, qu’elle va passer de 100 à 160 salariés cette année comme l’avait annoncé son CEO lorsque je l’avais rencontré à Paris lors de Viva Technology, c’est globalement une très belle réussite, qui s’affirme sur les marchés internationaux. Ce succès vous donne une telle dimension que vu de l’intérieur de la Confédération on la juge désormais plus licorne que start-up, et les experts ne lui ont étrangement jamais accordé les honneurs du podium. Elle n’en demeure pas moins un superbe exemple pour tout ceux de la liste qui sont moins avancé qu’elle, c’est à dire sur certains critères économiques sans doute les 99 autres.

6 années mais seulement 4 vainqueurs.

Bâtir chaque année un palmarès comportant 100 start-up offre 30 places privilégiées en prenant en compte les 5 premiers dans une optique de podium élargit. En se focalisant sur ces places, l’analyse montre que ces 30 places convoitées ont été occupées par seulement 17 startups. 70% des start-up se retrouvent plus d’une fois sur ce podium élargit. Le tiers restant est composé de start-up qui n’ont connu qu’une joie très éphémère d’apparaître en haut du tableau. Alors, difficile de déloger les lauréats ? manque de nouveaux projets  ? ou simplement vraie domination d’une bonne idée qui fait mouche car dotée d’un bon business model ? Il peut y avoir différentes raisons incluant des options choisies par les startups elles mêmes qui les amènent à être moins visibles ou a ne plus être sélectionnables. On constate qu’au fil des ans il est plus difficile d’être dans le palmarès l’année suivant la date de création. Ces 3 dernières années seules 4 startups apparaissent dans la liste contre 6 l’année du lancement du palmarès.
On félicitera L.E.S.S vainqueur en 2015 et 2016 et House Trip le gagnant de 2012 et 2013. Cette dernière ne trouve plus sa place dans la liste car au delà du fait que cette société à plus de 5 ans, elle a été rachetée par TripAdvisor.
Parmi les lauréats uniques on note la startup Optotune AG vainqueur en 2011 et InSphero AG en 2014. Mais si cette dernière a tutoyé les premières places en étant deuxième en 2012 et cinquième en 2013, Optotune s’est retrouvée a la 66 ème place en 2013. Cela ne l’empêcha pas de gagner un Swiss Economy Awards l’année suivante et de poursuivre depuis une belle trajectoire.

Plus d’un tiers de la liste est renouvelée chaque année.

Les bassins de création d’entreprises restent les territoires des EPF comme on l’a vu un peu plus haut. Sans surprise c’est sur ces territoires que la création d’entreprises est la plus vivace. Ainsi Zurich et ses environs fourni avec un belle régularité de montre suisse plus de 10 startups chaque année depuis 2011, avec un pic de 14 en 2013 et 13 en 2015 ( il y en a déjà 2 de 2016). Du coté de Lausanne on est un peu surpris de voir que s’il y a eu 9 startups présentes dans cette liste créées en 2011 et 2014 il y en a eu que 3 en 2015. Une sorte de trou d’air à vérifier ces prochaines années.

Coté renouvellement, la régularité est de mise. Chaque année c’est entre 35 et 42 % de nouvelles jeunes entreprises créées qui apparaissent dans le palmarès des 100 start-up awards apportant ainsi un renouvellement d’un peu plus d’un tiers chaque année, avec un point fort en 2014 et 2015 ou on a dénombré 42 nouvelles sociétés intégrant ce palmarès. Sachant que l’année 2016 n’est pas finie est que le nombre atteint déjà 35, on sera peut encore à ce niveau des 40 créations dans le palmarès 2017.
La régularité de ces derniers chiffres est importante pour assurer le renouvellement économique. Ce qui compte est plutôt que la tendance reste stable pour éviter les effets d’une bulle ou d’un affaiblissement. Ceux qui ont quittés cette liste (avant les 5 ans fatidiques) ne sont pas pour autant malheureux. Il peut y avoir différentes circonstances, des choix de stratégie, une date de création ancienne par rapport au lancement des Startup 100 (Poken par exemple, qui était déjà dans sa 5 ème année en 2011), ceux qui sont venu mais en sont sortis car rachetés ( Lemoptix, Jilion, Upicto,…) Ce palmarès n’est qu’un passage qui n’inaugure pas forcément de leur succès ou insuccès futur mais salue avant tout une démarche entrepreneuriale. La réussite peut se trouver au fond d’un bocal ouvert par un client puis par plusieurs, attirés par l’allure savoureuse d’un nouveau produit, technique ou service qui va lui simplifier la vie. Après tout vous allez encore twittez demain. Bon, combien de $ cette plateforme a t’elle gagné depuis sa création ? combien ?… pas un seul…. Le plus connu n’est pas le plus rentable, mais l’inverse peut être vrai.

start-up-award-11

carrefour-createur-genilem-1
Actualité

Prenez la bonne direction au Carrefour des Créateurs – 12.10.2016 – Genève

Le Carrefour des Créateurs est devenu un événement majeur dans la partie romande de la Suisse. Ce qui le caractérise est son amplitude à couvrir tous les aspects de la vie d’une jeune entreprise et des challenges à relever. Certes c’est toujours très chic de lever des fonds, de parler de Seed, de Round A, voir même de remplacer le A par d’autres lettres de l’alphabet. Mais créer une entreprise c’est aussi , appréhender son marché, trouver des partenaires, se former, se protéger juridiquement. Créer son entreprise c’est changer de vie, s’ouvrir à une nouvelle manière d’appréhender demain, établir sa propre voie. Concrétiser cette vision est possible lors de cet événement (regardez la diversité des thèmes des ateliers), que vous soyez créateur, repreneur, chef d’entreprise ou simple curieux désireux d’en savoir plus.  Quel que soit votre profil d’entrepreneur, le Carrefour des Créateurs peut vous ouvrir la voie.

Inscrivez vous gratuitement (onglet : inscription) à cette journée et rencontrez les acteurs de l’écosystème entrepreneurial qui font bouger la Suisse. Cette journée complète au sein du Palexpo Genève vous ouvrira de nouvelles perspectives grâce à  23 conférences et ateliers, 16 experts intervenants tout au long de journée, et de fréquentes occasions d’échanger avec des entrepreneurs expérimentés, ne serait ce qu’au café des créateurs . 

Découvrez la plateforme MaBoite Academy

La création  d’entreprise se plie aussi à la tendance du gaming. En ligne vous pouvez déjà tester votre sensibilité à la vocation d’entreprendre que vous sentez vibrer en vous, en testant Ma Boîte Academy,  une formation en ligne destinée à toute personne qui désire se lancer dans une aventure entrepreneuriale, ou qui veut comprendre ce que cela implique.Cette formation est composée de plusieurs parties liées entre elles mais pouvant être consultées indépendamment. Elle allie un jeu, des conférences formatrices et des informations précises sous forme de fiches pratiques. « Ma Boîte Academy » est un condensé de l’expérience acquise pendant 20 ans par les coaches GENILEM. Le cas illustré dans le jeu et les conférences est une construction basée sur des difficultés vécues par des centaines d’entrepreneurs et par des milliers d’heures cumulées de coaching (plusieurs heures de formations ludiques pour CHF 95.- TTC pour un accès personnel illimité à la plateforme www.maboite.academy)

Cette plateforme sera présentée lors d’une conférence « Devenez entrepreneur:formez-vous en jouant on-line avec MaBoite.Academy » par David Narr GENILEM, mais vous pouvez vous lancer en ligne depuis chez vous !

GENILEM renforce sa mission de favoriser la création de jeunes entreprises innovantes  avec le Carrefour des Créateurs.

Genilem accompagne les entrepreneurs dans de multiples secteurs d’activités et met tout en œuvre pour les aider à concrétiser leur projet, leur donner les outils nécessaires et les mettre en relation d’affaires avec de grandes entreprises et des multinationales. Le carrefour des créateurs réunit, en un seul lieu, l’essentiel de la création, de la reprise/cession et du développement d’entreprises pour faciliter la réussite des projets entrepreneuriaux. 

 

top startup suisse
Start-up suisses

Top 100 des startups suisses, révélation le 14 septembre !

startup le portail des 100 start-ups suissesComme chaque année, les suisses s’organisent pour bâtir un palmarès bien en rapport avec le profil de ce pays, leader parmi les plus innovants du monde. Il s’agit de créer la liste des 100 startups suisses les plus innovantes. Organisée en collaboration avec le Handelszeitung, le journaliste Claus Niedermann, et Institut für Jungunternehmen, cette liste sera révélée le 14 septembre à Schlieren. Un compte à rebours qui pourrait paraître fastidieux, mais qui montre la diversité des innovations, la force de l’esprit d’entreprise dans ce pays qui mélange origine et langage, pour réussir chaque année à produire cette fameuse liste

Vous pouvez encore vous inscrire pour la soirée sur le site de VentureLab. Et comme en Suisse, on sait faire la fête de manière décontractée, on sait aussi qu’être entrepreneur ce n’est pas rouler dans les mêmes voitures que celles garées devant le palace Beau Rivage de Genève, le dress code est smart casual. De quoi ravir cette jeune génération !!

Swisscom Challenge 2016
Swisscom Startup Challenge

Votez pour une des startups du Swisscom Startup Challenge et gagnez un Samsung S7 avec Gear V7

Le Swisscom StartUp Challenge existe depuis 2012. Maintenant bien connu, il connait sa phase de maturité. Sa session 2016 a vu 208 dossiers déposés, de la part de startup suisses désireuses de partir pour un business trip à San Francisco. Plus de 90% des jeunes entreprises participantes viennent de Suisse. La majorité vient des deux écoles polytechniques EPF de Zurich et de Lausanne. Un jury interne composé de responsables produits et innovations ainsi que de représentants du Top Management a sélectionné les 10 meilleures start-up et en a examiné avec attention le potentiel général. Aujourd’hui les 10 finalistes sont connues. Elles donneront le meilleur d’elles-mêmes le 16 août à l’EPFL: en effet, seules les cinq meilleures d’entre elles s’envoleront pour la Silicon Valley.

Découvrez les 10 finalistes et votez pour celle dont l’idée vous semble la plus pertinente !

En effet, hormis le grand prix, un programme Business Acceleration dans la Silicon Valley, il existe aujourd’hui un grand prix du public. C’est pour celui-ci que l’on vous demande cet engagement en votant pour la startup dont l’idée ou le produit vous semble le plus astucieux, intelligent ou simplement parce que vous aimer l’idée. La start-up qui aura recueilli le plus de voix gagnera un bon Swisscom d’une valeur de 5000 francs CHF. Votez pour votre favori et, avec un peu de chance, vous gagnerez un Samsung Galaxy S7 avec Gear VR !

Voila la liste des 10 finaliste participant au Swisscom Startup Challenge. Cliquez sur n’importe quel logo. Vous arriverez sur la page qui présente les différents compétiteurs et sur laquelle vous pourrez voter. Vous avez jusqu’au 15 août pour participer.

swisscom startup challenge 2016
swisscom startup challenge 2016 swisscom startup challenge 2016

Cette année, les secteurs de l’informatique, du web et des logiciels dominent nettement, avec plus de 90 candidatures. Les secteurs du matériel et de la FinTech sont également bien représentés, avec chacun près de 30 candidatures. Les autres start-up participantes relèvent des domaines de l’e-commerce, AdTech, Big Data, E-Health, Smart Home et Security.

La présentation finale du Swisscom Startup Challenge se déroulera à l’EPFL le 16 août

Swisscom et son partenaire Venturelab accueille mi-aout les 10 premières start-up à une présentation qui aura lieu sur le campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Les start-up devront convaincre le jury composé d’éminents spécialistes, dont Roger WüthrichHasenböhler (Chief Digital Officer Swisscom) et Adrienne Corboud (vice-présidente de l’EPFL). Les cinq meilleures start-up s’envoleront en automne pour la Silicon Valley. J’en profite pour souhaiter bonne chance à celles que je connais. Nanolive (Ventureleaders 2013), Qipp, croisée au Mobile World Congress de Barcelone, Biowatch, toujours sur le devant de la scène, comme à Viva Technology.

Les 5 startups sur le podium sont connues

les 5 startups suisses qui ont eu les faveurs du Jury sont :  Nanolive, Advanon, Qumram, Xsensio, Fashwell. Elles ont gagné une semaine d’immersion dans la Silicon-Valley avec l’équipe de Swisscom Outpost.

ReHaptix - rehabilitation progression
Start-up suisses

ReHaptix aide le patient dans son programme de réhabilitation neurologique

ReHaptix est une startup suisse qui a développé une application permettant aux patients et à leurs médecins de suivre avec une grande précision la réhabilitation des facultés suite à un accident neurologique.  C’est grâce à une tablette que ces tests et exercices permettent de suivre la réhabilitation du haut du corps en mesurant les fonctions motrices des membres supérieurs. Ces exercices sont destinés à des personnes ayant soufferts d’accidents vasculaires cérébraux, de la maladie de Parkinson ou de la sclérose en plaques.

Les troubles neurologiques touchent des centaines de millions de personnes dans le monde.

l’OMS donne des chiffres dont le nombre de zéro est affolant, lorsque l’on évoque la large famille de ces maladies. Les troubles neurologiques sont des maladies du système nerveux central ou périphérique. En d’autres termes ils touchent le cerveau, la moelle épinière, les nerfs crâniens, les nerfs périphériques, les racines nerveuses, le système nerveux végétatif, la jonction neuro-musculaire et les muscles. Rien que pour les maladies comme celle de Parkinson, la sclérose en plaques ou ceux qui souffrent des conséquences d’un AVC, on dénombre 16 millions de patients en souffrance.

ReHaptix propose une solution moderne pour suivre et accompagner la réhabilitation du patient.

Pour suivre l’évolution de la maladie et plus encore des soins prodigués, il faut faire exécuter au patient des test adaptés. Ceux ci existent depuis de nombreuses années comme le montre les photos ci dessous. Mais ReHaptix a réussit à les modéliser sous forme numérique ce qui les rends plus accessibles et accentue leurs efficacités.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Vous imaginez bien que pour une personne souffrante de ce genre de déficience neurologique, rencontrer son médecin ou thérapeute, placer son doigt à la même position que celui-ci (comme dans un parfait effet miroir) et suivre ensuite le mouvement initié par le médecin, peut être compliqué. Coté médecin, l’interprétation de la gestuelle de son patient peut être difficile à différencier entre chaque test. Aujourd’hui ce même patient peut simplement de chez lui, allumer une tablette, choisir un exercice et suivre le trajet défini par une forme géométrique. Le confort du domicile facilite la gestion de ces exercices, peut diminuer le stress et limite les pertes de temps. Le malade n’a plus le besoin de se déplacer et l’on sait que chaque déplacement peut devenir une épreuve lorsque l’on souffre de ce type de maladie. Les résultats obtenus sont plus fiables que ceux réalisés en face d’une autre personne, fut elle du corps médical. D’abord parce que la rigueur apportée par l’application permet de répéter les opérations sans perte d’efficacité, et parce la digitalisation de ces tests a permis d’affiner avec précision l’échelle des résultats. Avant le thérapeute pouvait évaluer la progression grâce à une échelle composée de 4 niveaux. Désormais en utilisant la solution ReHaptix, c’est un % qui s’affiche. Passer de 80 à 85 % peut être un pas important pour encourager les malades dans la poursuite de leurs efforts. En parallèle on conserve avec précision l’historique des données pour suivre les progrès du patient car l’application est neutre, en permanence dotée d’une efficacité rationnelle et cela sans learning effect.

 

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

ReHaptix propose 4 tests aujourd’hui. Mais de nouveaux sont en phase de développement.

La startup suisse spin off de l’ETH Zurich est composée de plusieurs co-fondateurs dont les Dr. Alois Rejas-Tresch et Marie-Christine Fluet. L’application et les différents tests sont développés en interne. Pour en avoir fait quelques uns, et tout en étant en bonne santé ( enfin j’espère :)) le côté confidentiel est important. Bien sûr aucun usage sans accompagnement médical n’est recommandé et sous leurs aspects graphiquement chaleureux, ces tests ne font pas partie du monde du « gaming ». Les résultats ne peuvent être interprété que par un professionnel. L’entreprise possède également ses propres serveurs qui recueillent les données, sur lesquelles les patients possèdent le droit de les partager avec le spécialiste de leurs choix. Aujourd’hui, ces 4 tests sont disponibles. Mais ReHaptix en développe 2 autres en 2016. Les derniers projets avancent bien, car la startup vient de clore un round de financement qui va lui permettre de concrétiser ses projets.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Une solution de soins au plus près du patient

Cette solution légère prouve son efficacité dans les résultats obtenus lors des examens cliniques, et trouve son efficacité auprès de tous les acteurs du monde de la santé. Le patient et son médecin traitant, car les exercices peuvent être faits à domicile et les résultats partagés. Les assurances et les entreprises pharmaceutiques car l’application permet d’associer aux résultats des tests effectués les protocoles médicaux. Ce qui permet d’ajuster et de vérifier l’efficience des médicaments et de la posologie prescrits et donc des coûts.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Un projet qui évolue depuis les Ventures Leaders jusqu’a Viva Technology

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

ReHaptix faisait partie du pool des startups logées sur le hub de Novartis lors du salon Viva Technology en juin 2016 à Paris. Cela m’a fait plaisir de voir l’évolution de cette idée. Je l’avais découverte en 2013, lors de mon séjour à Boston avec les Venture Leaders. La co-fondatrice Marie Christine Fluet nous avait fait la démo à l’époque sur … un ordinateur. Vous la retrouvez sur la photo ci-dessous (1er rang à gauche) devant un des bâtiments de MIT. Sur cette photo les connaisseurs du monde des startups suisses reconnaîtront au 1er rang Alexis Dufresne de Faveeo qui lui aussi était à Paris lors de Viva Technology, mais pour y recevoir un prix.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Vous pouvez découvrir également une vidéo de Marie Christine Fluet qui vous explique en détail les atouts de cette solution douce qui aide les personnes ayant eu à subir des troubles neurologiques à mieux se soigner.