ParisFinForum-swiss-startup - Cash Sentinel
Start-up suisses

Cash Sentinel, la fintech qui sécurise le commerce des biens d’occasions

Au Paris Fintech Forum, il faut arriver à faire sa place parmi les très nombreux stands et attirer l’attention des visiteurs lors des séances de pitchs. En ce débit d’année 2017, Cash Sentinel était venue à Paris pour montrer que s’il y avait bien une info à glisser dans le sac proposé à l’entrée du salon, c’était celle de cette jeune start-up suisse qui aRead More

ReHaptix - rehabilitation progression
Start-up suisses

ReHaptix aide le patient dans son programme de réhabilitation neurologique

ReHaptix est une startup suisse qui a développé une application permettant aux patients et à leurs médecins de suivre avec une grande précision la réhabilitation des facultés suite à un accident neurologique.  C’est grâce à une tablette que ces tests et exercices permettent de suivre la réhabilitation du haut du corps en mesurant les fonctions motrices des membres supérieurs. Ces exercices sont destinés à des personnes ayant soufferts d’accidents vasculaires cérébraux, de la maladie de Parkinson ou de la sclérose en plaques.

Les troubles neurologiques touchent des centaines de millions de personnes dans le monde.

l’OMS donne des chiffres dont le nombre de zéro est affolant, lorsque l’on évoque la large famille de ces maladies. Les troubles neurologiques sont des maladies du système nerveux central ou périphérique. En d’autres termes ils touchent le cerveau, la moelle épinière, les nerfs crâniens, les nerfs périphériques, les racines nerveuses, le système nerveux végétatif, la jonction neuro-musculaire et les muscles. Rien que pour les maladies comme celle de Parkinson, la sclérose en plaques ou ceux qui souffrent des conséquences d’un AVC, on dénombre 16 millions de patients en souffrance.

ReHaptix propose une solution moderne pour suivre et accompagner la réhabilitation du patient.

Pour suivre l’évolution de la maladie et plus encore des soins prodigués, il faut faire exécuter au patient des test adaptés. Ceux ci existent depuis de nombreuses années comme le montre les photos ci dessous. Mais ReHaptix a réussit à les modéliser sous forme numérique ce qui les rends plus accessibles et accentue leurs efficacités.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Vous imaginez bien que pour une personne souffrante de ce genre de déficience neurologique, rencontrer son médecin ou thérapeute, placer son doigt à la même position que celui-ci (comme dans un parfait effet miroir) et suivre ensuite le mouvement initié par le médecin, peut être compliqué. Coté médecin, l’interprétation de la gestuelle de son patient peut être difficile à différencier entre chaque test. Aujourd’hui ce même patient peut simplement de chez lui, allumer une tablette, choisir un exercice et suivre le trajet défini par une forme géométrique. Le confort du domicile facilite la gestion de ces exercices, peut diminuer le stress et limite les pertes de temps. Le malade n’a plus le besoin de se déplacer et l’on sait que chaque déplacement peut devenir une épreuve lorsque l’on souffre de ce type de maladie. Les résultats obtenus sont plus fiables que ceux réalisés en face d’une autre personne, fut elle du corps médical. D’abord parce que la rigueur apportée par l’application permet de répéter les opérations sans perte d’efficacité, et parce la digitalisation de ces tests a permis d’affiner avec précision l’échelle des résultats. Avant le thérapeute pouvait évaluer la progression grâce à une échelle composée de 4 niveaux. Désormais en utilisant la solution ReHaptix, c’est un % qui s’affiche. Passer de 80 à 85 % peut être un pas important pour encourager les malades dans la poursuite de leurs efforts. En parallèle on conserve avec précision l’historique des données pour suivre les progrès du patient car l’application est neutre, en permanence dotée d’une efficacité rationnelle et cela sans learning effect.

 

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

ReHaptix propose 4 tests aujourd’hui. Mais de nouveaux sont en phase de développement.

La startup suisse spin off de l’ETH Zurich est composée de plusieurs co-fondateurs dont les Dr. Alois Rejas-Tresch et Marie-Christine Fluet. L’application et les différents tests sont développés en interne. Pour en avoir fait quelques uns, et tout en étant en bonne santé ( enfin j’espère :)) le côté confidentiel est important. Bien sûr aucun usage sans accompagnement médical n’est recommandé et sous leurs aspects graphiquement chaleureux, ces tests ne font pas partie du monde du « gaming ». Les résultats ne peuvent être interprété que par un professionnel. L’entreprise possède également ses propres serveurs qui recueillent les données, sur lesquelles les patients possèdent le droit de les partager avec le spécialiste de leurs choix. Aujourd’hui, ces 4 tests sont disponibles. Mais ReHaptix en développe 2 autres en 2016. Les derniers projets avancent bien, car la startup vient de clore un round de financement qui va lui permettre de concrétiser ses projets.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Une solution de soins au plus près du patient

Cette solution légère prouve son efficacité dans les résultats obtenus lors des examens cliniques, et trouve son efficacité auprès de tous les acteurs du monde de la santé. Le patient et son médecin traitant, car les exercices peuvent être faits à domicile et les résultats partagés. Les assurances et les entreprises pharmaceutiques car l’application permet d’associer aux résultats des tests effectués les protocoles médicaux. Ce qui permet d’ajuster et de vérifier l’efficience des médicaments et de la posologie prescrits et donc des coûts.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Un projet qui évolue depuis les Ventures Leaders jusqu’a Viva Technology

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

ReHaptix faisait partie du pool des startups logées sur le hub de Novartis lors du salon Viva Technology en juin 2016 à Paris. Cela m’a fait plaisir de voir l’évolution de cette idée. Je l’avais découverte en 2013, lors de mon séjour à Boston avec les Venture Leaders. La co-fondatrice Marie Christine Fluet nous avait fait la démo à l’époque sur … un ordinateur. Vous la retrouvez sur la photo ci-dessous (1er rang à gauche) devant un des bâtiments de MIT. Sur cette photo les connaisseurs du monde des startups suisses reconnaîtront au 1er rang Alexis Dufresne de Faveeo qui lui aussi était à Paris lors de Viva Technology, mais pour y recevoir un prix.

ReHaptix - rehabilitation des troubles neurologiques

Vous pouvez découvrir également une vidéo de Marie Christine Fluet qui vous explique en détail les atouts de cette solution douce qui aide les personnes ayant eu à subir des troubles neurologiques à mieux se soigner.

les startups suisses brillent en Europe
Start-up suisses

Les startups suisses brillent aussi au delà des frontières helvétiques

A l’heure ou on distribue des prix tout azimut pour récompenser les startups, ou un président peut se retrouver à réver de nommer une Unicorn comme premier ministre pour essayer de trouver une solution efficace de lutte contre le chomage, différentes sources d’informations mettent en avant des startups suisses.

10 startups suisses qui sont dans la lumière

Le journal Hebdo a listé 10 startups romandes qui sont à la pointe de l’innovation. Le panel de ces startups est très diversifié et pour la plupart d’entres elles, ont déjà fait un bon petit bout de la route, sur des chemins qui ne se ressemblent pas tous. Bestmile fait circuler ses navettes sans chauffeurs sur plusieurs circuits de bitume urbain. House Trip, une des premières startups bien connues de l’éco-système a été rachetée récemment par Trip Advisor, et pas seulement parce qu’elles se partageaient 4 lettres identiques dans leur dénomination, pendant que Lepmoptix intégrait le giron d’Intel. Nexthink applique la loi de Moore à sa manière en levant des fonds de manière successive, atteignant maintenant 65 millions de $. La vision donnée par cette liste, est la vaste diversité des technologies et des expertises couvertes. Pour un pays dont la superficie n’est pas le critère le plus puissant, les sujets d’expression de ses startups sont multiples. Si on retrouve des medtech, de la fintech il y a aussi des softs, de la technique et du tourisme.

hebdo.ch a listé,

  • Bestmile, (cloud/voitures autonomes, Lausanne)
  • ProtonMail, (messagerie, chiffrement, Genève)
  • Bity.com (monnaies virtuelles, fintech, Neuchâtel)
  • Nexthink (éditeur de logiciels, Lausanne)
  • <a href="https://abionic click here for info.com/ »>Abionic (medtech, Lausanne)
  • Flyability (drones, Lausanne)
  • Mindmaze (réalité virtuelle dans la santé, Lausanne)
  • Sophia Genetics (data driven medicine, Lausanne)
  • HouseTrip (plateforme de location et de réservation, Lausanne et Londres)
  • Lemoptix (lunettes connectées, Lausanne)

 

10 autres startups suisses qui seront bientôt dans la lumière, selon Equidam

Dans le vivier chaque année plus important de ces ressources d’emplois et de technologie que recèle ce pays champion 2015 de l’innovation au Global Innovation Index, il y a bien d’autres startups à découvrir. Equidam, a sorti en mai 2016 une liste des 10 startups suisses dont le statut est « upcoming talent ». Cette société est un cabinet conseil en évaluation d’entreprises basé à Amsterdam, qui a créé un algorithme pour évaluer les startups encore inconnues mais qui ne devraient pas le rester. Ces entreprises sont choisies en fonction des informations présentes dans leur base de données interne, qui sont moulinées en prenant en compte également d’informations contextuelles comme la force de l’équipe, l’environnement concurrentiel… Un des critères est de ne pas être dans le radar des investisseurs et des médias (avant l’élaboration de la liste, puisque après sa réalisation, il est intéressant de communiquer). Le cabinet Equidam a fait le même exercice pour le Danemark, l’Espagne, l’Allemagne, la France. L’avenir dira si cette anticipation sera qualifiée demain de perspective visionnaire… ou pas. Le calcul de la valorisation d’une entreprise se fait gratuitement sur le site du cabinet.

equidam - valorisation d'entreprise

Equidam a listé

Red Herring présente son Top 100 2016, ou les startups suisses sont bien présentes.

Le Red Herring est un magazine dédié au secteur High Tech. Il établi chaque année une liste des entreprises les plus innovantes en Europe après une analyse de critères quantitatifs et qualitatifs, comme l’impact disruptif, l’innovation technologique, la qualité du management. Comme les américains font toujours plus que l’Europe, eux ne sortent pas une liste avec 10 noms, mais avec 100.

Cette année de nombreuses startups suisses ont été sélectionnées par le magazine et voient leurs réputations dépasser le sommet des Alpes et appartiennent désormais aux sociétés les plus innovantes d’Europe. Terria Mobile en avait fait partie en 2015.

Esmart  fait partie des 7 startups suisses éluent en 2016. Leur solution permet de concevoir un habitat pour « mieux vivre chez soi sans trop emprunter à la planète ».100% suisse, elle améliore le confort, la sécurité tout en maîtrisant la consommation d’énergie en associant capteur intelligent et interface tactile.

esmart - maison intelligente

les autres startups sélectionnées sont:

CrowdfundingStart-up suisses

Blinkers veut rendre la circulation urbaine plus favorable à vélo

Velohub est une jeune startup suisse de l’ETH Zurich, qui veut augmenter la sécurité des cyclistes urbains. La jeune entreprise est déjà en piste sur Kickstarter, et vous pouvez découvrir son projet, Blinkers, solution d’éclairage intelligent pour les vélos. Elle rejoint sur ce secteur Clara Safety que j’ai eu le plaisir de rencontrer en 2015 lors du Mass Challenge à Londres, et qui propose pour le même objectif (augmenter la sécurité des cyclistes) une veste connectée permettant de transmettre les informations du comportement de la personne circulant à vélo.

vélo - blinkers-blk - accessoire de vélo pour la sécurité des cyclistes

Blinkers propose un éclairage performant à l’aide de led.

L’idée semble simple et vient de l’esprit de passionnés de transport urbain éco-responsable. L’usage du vélo en ville peut être une source de danger et être bien intégré dans une circulation dense et diverse nécessite d’être bien vu et bien compris. Blinkers est destiné à utiliser la lumière comme source d’information pour renforcer la sécurité des déplacements grâce à un équipement quasi universel et facile à installer sur une bicyclette.
Basé sur la technologie des leds, commandé depuis une télécommande fixée au guidon, Blinkers, est composé composé de deux modules éclairants, l’un destiné à l’arrière (le principal) et l’autre à l’avant, qui bien sûr sont synchronisés lorsque les 2 équipent le vélo. Ces accessoires ont en commun le fait de vouloir transmettre des informations aux autres véhicules circulant autour du vélo. Si on trouve bien évidemment la fonction de clignotant, et d’éclairage lors des freinages pour le module arrière, ces caractéristiques sont renforcées par d’autres fonctions intelligentes qui en font un produit efficace sans en faire une bombe technologique (qui peut se révéler fragile à l’usage).
Ainsi on trouve le déclenchement automatique de l ‘éclairage en fonction de la tombée de l’obscurité, les rayons laser qui dessinent à l’arrière une zone de sécurité autour du vélo (activée depuis le bouton de contrôle fixé au guidon), la lumière avant, puissant laser (250 lumens) pour éclairer les pièges de la route urbaine (rails de tramway par exemple), le rechargement de l’accessoire grâce à un câble USB, la diode qui indique le niveau de chargement de la batterie, et « at last but not least » le système d’aimant qui permet de détacher facilement le Blinkers pour le glisser dans sa poche ou dans son sac quand on remise son vélo au garage ou au bureau.

Accompagnez Blinkers sur la route  Kickstarter !

La startup Suisse est en piste sur Kickstarter pour fédérer la communauté des personnes qui utilisent leurs vélos en milieu urbain. Les contributeurs peuvent choisir (en fonction des lots proposés) pour le kit du module arrière (télécommande + éclairage arrière + cable) ou le kit complet (télécommande + éclairages avant et arrière + cable). Il y a également des tshirts à se procurer, mais ils ne sont pas réfléchissant ;). A une période ou l’évolution du vélo en ville devient un phénomène marquant (regardez sur Paris, tous les livreurs Foodora ou Déliveroo qui circulent désormais à Paris, contraint de livrer en moins de 30 minutes) ces accessoires permettent à tous le monde de mieux se partager la ville. Participez à l’aventure Blinkers sur Kickstarter !

vélo-Blinkers by Velohub startup suisse

Prix Entreprendre Lausanne region
Actualité

Lausanne remet son prix PERL à 5 startups romandes

Le Prix PERL est organisé par Lausanne Région et récompense des entreprises établies sur le territoire de ses communes membres (hormis Poliez-Pittet et Jorat-Menthue, dès le 1er janvier 2016) qui contribuent à la création et au maintien d’emplois dans la région lausannoise. Remis depuis 2003, il cumule depuis cette date 1.3 millions de Francs suisse, pour 52 projets. Chaque année c’est 100 000 francs suisses versés au lauréat (en fait 99000 CHF, si je sais compter, mais on ne va pas chipoter ;))

Le PERL, qui signifie Prix Entreprendre Région Lausanne démontre la vitalité et l’inventivité du tissu économique régional. Les entreprises bénéficient en plus du montant alloués d’une couverture presse (dont ce blog qui y participe modestement, mais avec plaisir ;))

Startups suisse romandes récompensées à Lausanne

en 2016, les startups suisses suivantes ont été récompensées :

  • Dermosafe, qui remporte le premier prix et 50000 CHF
    • la startup a développé une solution complète et intégrée de « dermoscopie connectée » permettant la détection précoce des cancers de la peau et autres tumeurs cutanées.
  • Bestmile (Prix de l’innovation, CHF 10’000)
    • startup bien connue qui a implanté ses navettes sans chauffeur dans la ville de Sion. Son activité est de fournir les softs qui permettent de faire circuler ces véhicules autonomes.
  • Mobsya (Prix de l’éducation, CHF 10’000)
    • L’objectif de la startup est de se positionner comme la référence internationale de la promotion de l’éducation des sciences, de la technologie et de la programmation par la robotique.
  • Technis (Prix des technologies du sport, CHF 10’000)
    • startup spécialisée dans la technologie liée aux terrains de sport, et ayant déjà développé des surfaces connectées dans l’univers du tennis
  • Tawipay (Prix Coup de coeur du Jury, CHF 10’000).
    • la startup permet de choisir la meilleure solution pour  transférer de l’argent entre des pays pour des particulier

Et comme offrir un prix avec PERL et profit est une bonne chose, et bien la liste des lauréats inclus également, FieldWiz, la Cordonnerie DeuzetXsensio Sàrl, qui se sont vu remettre une somme d’un montant de 3000 CHF.

Les vidéos des lauréats sont visibles sur le site PrixEntreprendre.ch

ActualitéSuissitude

Et si des startups suisses devenaient championnes de France ?

Cela semble possible, car le Servette Rugby Club de Genève par exemple est devenu champion de France en Rugby en 2015. Bon il s’agissait de la troisième série (équivalent d’une Fédérale 5), mais il y a bien un bouclier de Brennus qui trône de l’autre coté de la frontière. L’équipe continue sa belle progression puisqu’en ce 23 avril, ils disputent une finale pour disputer le  titre de champion de France du lyonnais de 2ème série cette fois. Une victoire éventuelle (et leur victoire est probable car ils mènent 48 à 3 à 5 minutes de la fin 😉 leur permettra d’être à nouveau champion de France du lyonnais, puis de défendre leur titre un niveau national.

Les startups suisses viennent également en France pour gagner des titres, et des contrats

C’est sur le terrain plus feutré de l’Ambassade de Suisse et dans l’optique de promouvoir les innovations suisses dans le monde des TIC, que quatre entreprises affiliées au cluster Alp ICT étaient présentes à Paris, en avril 2016.

ambassade de suisse

Devant un parterre d’industriels français actifs dans le secteur des TIC, Stemys, Orbiwise, OneVisage et DroneApps ont présenté la Suisse sous ses plus beaux atours, suscitant l’intérêt des sociétés ayant fait le déplacement. L’accent a été mis tout particulièrement sur les dernières nouveautés en matière de wearables.
Le détail de cette rencontre est à découvrir sur le blog de AlpICT. ( Vous remarquerez  que loin de l’ambiance co-working, fab lab et startup, les intervenants présents sur la photo du blog affichent un style costume sombre et cravate très … ambassade 😉
Si malheureusement aucune information n’était présente sur le site de l’Ambassade (dont le dernier événement présenté date de juillet 2015  ?) , il reste à nos innovantes startups la possibilité de gagner des titres, tant lors de l’ID16, date limite d’inscription : 29 avril 2016, que lors de Viva Technology, et de faire comme le Servette Rugby Club de Genève gagner un titre de champion en France 😉

 

La Suisse navigue
ActualitéStart-up suisses

Bonnes nouvelles sur la planète startup suisses

Il n’y a pas que le financement par rounds, la présence de VC autour de la table qui permet au startups d’avancer. Il y a aussi les écosystèmes qui ouvrent la porte à des collaborations, voir même à des rachats de sociétés étrangères par des suisses.

Startuticker.ch Début avril la startup Pryv a annoncé avoir rejoint la Konica Minolta Leading Edge Partners Community. Pour la startup vaudoise spécialisée
dans la gestion de données liées à la cybersanté, cette communauté constituée de plus de 110 partenaires au niveau mondial présente de nouvelles perspectives en matière de collaboration, développement et commercialisation de sa solution « E-Health Middleware » Pryv.io. Pour la startup ce rapprochement devrait accélérer son développement ces prochains mois. Lire l’article sur StartupSticker

alpictExoscale, hébergeur cloud basé à Lausanne, a annoncé hier l’acquisition du berlinois cloudControl. Le package comprend notamment la marque et les droits de propriété intellectuelle. L’équipe de cloudControl rejoint également Exoscale. Lire l’article sur le blog de AlpIct.

 

Digit Arena - Publicité customisée par diffusion
Start-up suisses

Digit Arena la startup suisse qui améliore l'impact de la publicité lors des compétitions sportives.

La bonne publicité, cherche à transmettre une émotion, délivrer une information auprès de la  bonne cible. Mais souvent une fois créé, le message est diffusé un peu partout sans possibilité de l’adapter à l’environnement auquel il est sensé s’adresser, surtout pour les diffusions audiovisuelles. Digit Arena permet de customiser les messages publicitaires dans leRead More

vu dans la presse
Start-up suisses

Coorp Academy forme les grands et les petits

La formation continue est un marché de six milliards d’euros rien qu’en France et qui atteindrait de 100 à 150 milliards de dollars dans le monde. Or, les produits numériques ne représentent encore que 5% de ce marché. Coorp Academy qui a démarré il y a peu depuis la Suisse, fait évoluer ses modules de formation, afin de s’adresser désormais autant aux grands comptes (cible initiale) qu’aux petites entreprises. Bilan nous détaille la mue du MOOC dans sa parution de novembre 2015.

Pingen - smart solution pour la gestion du courrier d'entreprise
Start-up suisses

Pingen, une smart solution pour gérer le courrier d'entreprise !

C’est dans le superbe cadre des Tobacco Docks de Londres ou se déroulait le MassChallenge UK, que j’ai eu le plaisir de rencontrer les startups suisses inscrites à cette première session Européenne. Près de 100 startups s’affichaient sous les belles poutres de ces halls parfaitement rénovés, venues de tout le continent européen, comprenant 2 startups suisses et une forte cohorte originaire du Royaume Uni.

Mass Challenge UK - Showcase 15
Si le bateau amarré montrait quelques taches de rouille (les traces de l’histoire ;), l’intérieur des docks était refait à neuf, et tout le monde était sur le pont pour présenter, qui son idée, qui sa technologie.

Pingen propose une solution pour optimiser la gestion du courrier d’entreprise

carte des startups suisses
ou la trouver ?

Pingen (dont le nom vient du terme Ping, » temps de réponse ») startup de Zurich propose une solution intelligente qui optimise la gestion du courrier d’entreprise et permet de gérer numériquement le courrier Read More

CrowdfundingStart-up suisses

Mémoways veut développer sa solution vidéo de storytelling personnalisé avec le crowdfunding

carte des startups suisses
Ou la trouver ?

Memoways est une startup suisse qui a envie de faire de la poésie avec de la data. Déjà décrite dans ce blog en 2013, elle souhaite aujourd’hui accélérer son développement en rassemblant fonds et fans par l’intermédiaire du crowdfunding et de la plateforme Bee Invested.

Mémoways est une plateforme qui permet de créer un storytelling personnalisé en assemblant des vidéos

Memoways La personnalisation du parcours client est un enjeu fort pour de nombreuses marques. La plateforme Mémoways apporte une solution innovante pour développer la personnalisation du parcours, mais au sens littéral du terme. La solution permet de se constituer un film personnalisé en puisant dans des vidéos personnelles ou provenant d’archives locales ou nationales, tout en déambulant dans une ville, un musée, un lieu historique. Ce film qui s’est réalisé uniquement parce que, grâce à votre smartphone, Mémoways a compris ou vous étiez, ce que vous faisiez (marcher, courir,…) et a donc pu concevoir un contenu exclusivement pour vous.

Une solution intuitive développée pour le monde iOs pour le moment

La plateforme de Memoways se présente sous forme d’une application web simple et intuitive à utiliser. Les vidéos sont stockées sur le cloud et elles sont indexées. C’est avecRead More

CrowdfundingStart-up suisses

Soutenez Sintratec dans sa campagne de crowdfunding pour leur remarquable imprimante 3D

Ou la trouver ?
Ou la trouver ?

L’impression 3 D, vous connaissez sans doute déjà. Un plateau, un matériau, un software et avec un peu de temps on imprime un objet en coulant un matériau préalablement chauffé. 3DfunLab a été présenté sur ce blog, il y a peu.

Mais la startup suisse Sintratec qui nous intéresse aujourd’hui, utilise une autre technologie. Grâce à la fusion de polymère par un rayon laser, l’imprimante Sintratec permet de produire des objets complexes aux caractéristiques surprenantes avec des temps d’impression courts et un encombrement très réduit.

Impresion 3D

 

Sintratec permet d’imprimer en 3 D des objets articulés

Le modèle d’imprimante 3D proposé est une machine fermée. Son design alu élégant vous fait peut être penser à une machine à café ou à un gros micro-onde. Mais ce n’est ni de percolation et encore moins de décongélation dont il est question avec cette machine. Il s’agit d’exploiter les capacités du « SLS » a fusionner des cellules de polymères en poudre grâce à son rayon laser pour former un objet fonctionnel.
Cette technique de ®SLS (selective laser sintering), permet d’imprimer des objets articulés sans avoir recours à un liant intermédiaire ou à une éventuelle étape d’assemblage. Avant l’impression, l’objet est conçu à partir d’un logiciel de CAO (CATIA, SolidWorks, ProEngineer. Sintratec a développé le sien) pour être envoyé à l’imprimante au format numérique. Ensuite, l’impression se fait couche par couche, à partir de poudres fusionnées, grâce à la température générée par le laser.
Les produits imprimés sont particulièrement résistants et peuvent être articulés sans aucun montage. Ils sortent de l’imprimante comme un bébé sort du ventre de sa mère. Après un premier toilettage, il est prêt à vivre sa vie (mais l’objet,  lui ne pousse pas un grand cri ;).
La matière préconisée est une structure de polymère nylon particulièrement résistant. Le métal n’est pas accepté pour ce modèle, car il faudrait renforcer le rayon laser avec les risques de chaleur voir d’explosion que cela pourrait amener.

Sintratec a concu une machine pour un prix particulièrement compétitif

Sur le marché de l’impression 3D qui se démocratise, le prix est un élément important. Sintratec a conçu une machine facile à monter dans des matériaux robustes et avec la technologie open source. Cela permet de proposer une imprimante 3D à un prix inférieur à 5000$ pour la machine à monter soi-même. Il faut prendre aussi en compte la possibilité que cette machine permet d’imprimer des produits complexes dans un laps de temps rapide (autour d’une heure). Autant de points sur lesquels cette imprimante 3D est très performante.
On note également la finition des objets imprimés, leur résistance ou leur souplesse, la capacité de ces machines à produire des objets sans supports et le faible encombrement de cette machine.

Supportez sur Indiegogo, cette initiative suisse pour une imprimante 3D très performante !

L’opération a bien démarré. Joignez le projet pour la dernière ligne droite sur Indiegogo.

Actualité

Les startups suisses passent à la télé

C’est une initiative intéressante car elle est transfrontalière. La Radio Télévision Suisse et France 3 ont choisi de mettre en valeur 30 start-up romandes et autant dans la région Rhône-Alpes. Ces jeunes entreprises sont l’objet de reportages au court de l’automne sur ces médias régionaux. Le magazine Bilan a participé à la sélection de cette compétition inédite, et même le blog Swisslicon-Valley a été interrogé en 2013 par une des sociétés de co-production travaillant pour FR3 pour lui indiquer quelques startups suisses romandes innovantes. Du coté suisse on trouve notamment eSmart, Tinynode, Abionic ou encore Dahusports ou Tooxme. Les sujets vont de problématiques très sérieuses dans le domaine de l’écologie, bioplastique comestible, économie d’énergie, à des sujets plus ludiques, système de détection de balle de golf, en passant bien sûr, par la santé.

Inventer demain . les meilleures startups de l'arc alémanique
La première sélection ne comptait pas moins de 60 entrepreneurs dans cet arc Alémanique qui s’étend entre la Suisse romande et la région Rhône-Alpes.

Une diffusion des startups, cadencée pendant tout l’automne

Ces reportages vous pouvez les voir sur RTS Court du Jour, ou durant douze semaines les portraits de ces innovateurs sont Read More

ActualitéSuissitudeSwisscom Startup Challenge

A l'automne les startups suisses décollent

Swisscom Startup ChallengeIl y aura beaucoup de jeunes CEO dans les avions cet automne au départ de Zurich ou Genève. Le Swisscom Challenge Startup a livré son verdict et 5 startups suisses vont donc faire ce séjour dans la Silicon Valley du 5 au 11 octobre 2014.
Ils y retrouveront l’équipe dirigée de manière décidée par Ursula Oesterle, « Venturing und Innovation Scout, Swisscom Palo Alto ». Au programme visites rencontres, parcours personnels et bien sûr pitchs en rafale.
Les 5 startups élues sont:Read More

Boston

Venture Leaders 2014, Du CIC au Flatiron, l'expérience s'enrichit.

Le Swissnex Boston a accueilli pendant le mois de Juin 2014 les Ventures Leaders de l’année. 20 startups qui ont pu suivre ce programme professionnel et rodé depuis 14 ans, que j’ai eu la chance de partager en 2013. Cette « Nati » de la technologie avait un profil assez médical vu la compétence de la cote Est dans cette activité. Les profils des dirigeants de ces statups suisses sont présentés sur le lien.

l’innovation c’est New York !

Mais ce n’est pas parce que le programme intense est rodé qu’il n’évolue pas. Toutes les startups retrouvaient les classiques du Massachusetts (viennoiseries de SwissBakers inclusent j’espère ;). C’est à dire cours au Babson College, visites d’entreprises, sessions de coaching et ateliers avec des entrepreneurs et des investisseurs locaux, pitchs au CIC la mecque des startups du Massachusetts (sans oublier que le MiT et Harvard sont à 2 blocs) et participation au PitchFest organisé avec le Mass Challenge ou la startup gagnante fut One Drop Diagnostics. 4 startups suisses sont inscrites au Mass Challenge 2014 et continuent leurs parcours à Boston, tout comme Flatev l’avait fait l’année dernière.

L'equipe des Ventures Leaders 2014
Photo Swissnext Boston

Pour aller plus loin, pas besoin de boire de la boisson qui donne des ailes (R..B… ;). Il suffit de ce rendre à New York, cette ville à l’énergie électrisante et nouvelle étape du programme des Ventures Leaders avec de nouvelles rencontres et expériences avec des VC, entrepreneurs, startups, entreprises et médias à la clé. En tenue officielle la Swiss National Startup Team est prête à fondre sur Manhattan.

New York  envahie par la Swiss National Startup Team

Ce n’est pas de la magie, c’est de la technologie

Quand devant une salle médusée un homme s’assoit sans chaise, ce n’est pas une entourloupe à la David Copperfield, c’est une technologie imaginée du coté de Zurich par Noonee. La startup n’est pas là pour faire illusion, mais pour démontrer les atouts de son produit pour les sites industriels américains. A New York, les Venture Leaders ont  participé à la Swiss Tech Night  co-organisé avec VentureOutNY. Le public et le jury de New York ont choisi comme gagnant Versantis de l’ETH Zurich.

De nombreuses photos sont disponibles sur le compte Flickr du SwissnexBoston
Bloomberg a accueilli l’événement à son siège de New York et les Ventures leaders ont pu monter sur scène pour présenter leurs projets innovants. La video de Blomberg montre de jeunes suisses et un Jordi Monserrat souriant et heureux de pouvoir montrer leurs talents à une audience américaine et curieuse. Il faut dire aussi que les suisses pouvaient sourire. Le match contre la France allait commencer quelques heures plus tard 😉

ActualitéSwisscom Startup Challenge

On connait les finalistes du Swisscom Startup Challenge 2014

Swisscom Startup ChallengeOn connait désormais les 10 startups suisses qui sont shortlistées pour le Swisscom StartUp Challenge. Après une ultime sélection par le jury et le vote des internautes fin juillet, 5 d’entres elles partirons faire un « parcours du combattant » de l’entrepreneuriat dans la Silicon Valley avec le programme Business Acceleration.

La liste comprend  Hoosh TechnologyGeosatis ( Géosatis est présente dans ce blog), ActLight ( ActLight est citée dans le Top 100  RED Herring),  ScanTrust,  CashSentinelGoodwalleSMART Technologies (eSmart est présente dans ce blog),  VisioSafeMobile 3D Scanner (Pas de site internet, mais récompensée à Paris en 2014) et Smart Home Technology (Pas de site internet ?).

Comme le soulignent les amis du blog AlpIct, 8 sur 10 sont romandes 😉 Une évolution qui s’explique et qui est à découvrir sur leur blog.

Programme du Swisscom Startup Challenge :

swisscom-challenge-startup- programme

Start-up suisses

Sophia Genetics lève des fonds pour développer son service de séquençage d'ADN

 

Ou la trouver ?
Ou la trouver ?

Les développements de services dans le domaine de la santé ont le vent en poupe. Ils se développent dans des directions différentes, soit des applications orientées grand public pour surveiller sa santé ou tout simplement sa bonne forme, soit des applications vers les services médicaux professionnels.
Sophia Genetics startup suisse de Lausanne, crée en 2011 a développé pour les hôpitaux et les laboratoires cliniques une application sécurisée de type SaaS, le « Clinical NGS Dry Lab » certifié ISO 13485 qui couvre l’analyse bioinformatique, l’assurance qualité, la visualisation et la mise en banque de données de séquences d’ADN de patients obtenues par séquençage à haut débit. Déjà leader européen la startup suisse, a finalisé un tour de table de 13,75 millions de dollars auprès d’Invoke Capital, de Swisscom et d’Endeavour Vision. L’investissement a pour but d’accélérer l’adoption européenne des analyses cliniques des pathologies génétiques.

Mieux connaitre l’ADN des patients pour réagir plus vite

Sophia GeneticsL’ADN des patients et celui de leurs tumeurs cancéreuses peuvent être séquencés avec une rapidité et selon des coûts inégalés, ce qui signifie que la pathologie Read More

Start-up suisses

Google met les pendules à l’heure en rachetant Bitspin, startup suisse

Et hop,  dans les bonnes résolutions de Google, il y celle de continuer à acquérir des startups performantes. C’est pour la qualité de son application Timely, que les équipes de Bitspin, startup suisse, vont faire un voyage de Zurich vers Mountain View. Quand on voit ce que fait Kaywa, qui a fait le même trajet toute seule, on se dit que c’est vraie bonne opportunité.

Appli Timely, alarm clock

Google conforte ainsi son système Androïd  avec une application qui regroupe horloge, alarme, chronomètre et compte à rebours au sein d’une interface Applis Alarm clock, rachetée par Googlehautement personnalisable, articulée autour de la fonction de réveille-matin, avec une synchronisation des paramètres sur différents appareils grâce au cloud. Bien sûr l’entreprise de Mountain View a été séduite par toutes les caractéristiques techniques de cette application, notamment l’exploitation  des capteurs électromagnétiques embarqués qui  favorise des usages comme l’accéléromètre pour atténuer le volume, et le fait qu’elle soit intégrée dans Google Now. Mais rien que pour la grâce esthétique de cette application, tout simplement belle, qui respecte cette tradition typographique esthétisante de la Suisse, elle vaut le coup.  Le coût de l’achat peut être. Le coup de l’utiliser certainement. Le plus bel exemple est la transformations de ces chiffres qui mutent et s’incrémentent avec une agilité extraordinaire pour exprimer le temps qui passe. Dali avait inventé le concept des montres molles, Bitspin propose celui des chiffres souples. On a l’impression que le temps s’écoule plus doucement.
Je venais de changer 3 fois d’application pour mon alarme. Elles sont toutes partie à la poubelle numérique pour ne garder que Timely, même si quelques une des sonneries proposées (on ne peut pas télécharger les siennes) ont des sons de synthé des années 70, ou ont l’air d’être faites en tapant des petites cuillères sur des couvercles de casseroles. Avec cette intégration chez Google, la version gratuite intégrera des fonctionnalités qui étaient dans la version payante jusqu’alors.

Bitspin est une petite équipe de développeurs, sorti de l’ ETH Zurich. Créant leur startup dès la fin de leurs études ils se sont donnés comme mission de créer des applications et des produits en se concentrant sur l’aspect User experience et UX Design. On n’est pas déçu du résultat. Apparemment Google  non plus.

Start-up suisses

Poken fait dans l’évènementiel à Heavent Paris

Heavent c’est le salon des stratégies et des actions événementielles. Poken y avait son stand pour présenter sa technologie de mise en contact et de génération de leads pour les entreprises basée sur la technologie du NFC ( Near Field Communication).

Je poke, donc je suis
Mais Poken ce n’est pas uniquement ce petit bout de plastic qui peut prendre la forme d’un bonhomme ludique et qui permet d’échanger des données par simple contact. L’entreprise propose tout le process qui permet

Read More

Start-up suisses

Kaywa, swiss QRcode made in California

startup suisseCe nom japonais ne vous dit peut être pas grand chose, pourtant c’est celui d’une startup suisse qui a plus de 100 clients, est implantée aux Etats Unis (à San Francisco précisément) et gagne de l’argent. Que fait elle ? des QRCode, supports interactifs de campagnes de communication, ou d’actions promotionnelles sous forme de coupons de réduction. Kaywa, ce nom signifie « discussion » en japonais. J’ai pu la rencontrer en marge d’une visite de la Silicon Valley en compagnie des startups suisses lauréates du Swisscom Startup Challenge.

La Silicon Valley, une expérience irremplacableRead More