Startup -Award 2016 - Venture Lab
Start-up suisses

Les 100 startups suisses des Startup Award. L’essence de l’innovation helvétique.

A la mi-septembre le top 100 des startups suisses 2016 a été dévoilé. Ce classement lancé en 2011 permet d’avoir un regard pointu et concret sur les entrepreneurs
émergeant de cette petite nation. Celle qui dame le pion aux plus grandes. Selon l’indice mondial de l’innovation, la Suisse se classe en tête des nations les plus innovantes au monde en 2016 et se permet d’accaparer ce premier rang pour la sixième année consécutive.

Cette initiative privée met en valeur la diversité des projets des startups suisses

Le classement du TOP100 a été créé en 2011 par Beat Schillig et Jordi Montserrat de l’Institut pour les Jeunes Entreprises (IFJ). Ensemble, ils ont également mis sur pied en 2004 le programme Venturelab, qui a soutenu dans leur développement des milliers de startups dans toute la Suisse. Depuis 2007, ils assurent la gestion opérationnelle de l’initiative Venture Kick, qui jusqu’à aujourd’hui a soutenu 450 spin-off issues des universités et des hautes écoles suisses avec du capital d’amorçage à hauteur de 18 millions de francs. Le bureau de presse lucernois Niedermann est co-initiateur et partenaire dans la réalisation du classement. Le projet est financièrement et intellectuellement soutenu par la Fondation Gebert Rüf et la Swiss Private Equity & Corporate Finance Association (SECA). Les partenaires médias sont PME Magazine pour la Suisse romande et Handelszeitung pour la Suisse alémanique. Le palmarès détaillé du TOP100 2016 est présent sur startup.ch. L’édition spéciale «Startup.ch» commun au PME Magazine et à la Handelszeitung peut être téléchargée sur le lien (il s’agit de la version allemande).

start-up-award-10

Le classement se veut un instantané fiable des jeunes entreprises les plus innovantes et prometteuses de Suisse. Il permet notamment à de nombreux investisseurs, suisses ou internationaux, de garder à l’oeil certaines start-up.

Une sélection bâtie grâce à l’expertise de professionnels suisses

Depuis 2011, 100 experts, dont la liste est présente sur ce lien, analysent un grand nombre de startups en tant qu’investisseurs/-euses, choisissent chaque année leurs dix jeunes pousses suisses favorites. Si les chiffres font partie du débat, ce n’est pas le seul juge de paix. Ces experts se fient également à leurs instincts pour proposer les startups aux meilleurs potentiels de réussite. Seule condition, ces dernières doivent avoir moins de cinq ans. Le résultat est une liste très large, qui laisse une chance à chacune de ces jeunes pousses. Les critères d’innovation technologique mais aussi le feeling, et l’éco-système helvétique permettent de composer ce cocktail d’entreprises innovantes. Felix Moesner CEO du Swissnex à Boston voit passer chaque année les Venture Leaders dans le Massachusetts. Mais il a sans doute une vision plus lointaine du monde des startups Suisses, que les personnes qui appartiennent au Fongit, au CTI, à l’EPFL à l’ETH, qui eux les croisent au quotidien ou presque. Pour ces derniers faire un choix ne doit pas toujours être aisé car ils sont placés au coeur des places fortes de la création de startups suisses.

Un palmarés qui montre le large spectre de l’innovation en suisse.

Depuis cette année, les startups suisses du palmarès sont classées par catégories, ICT, Lifescience, Cleantech, High tech, Produit/services. Ces catégories ne sont pas exclusives et certaines startups peuvent appartenir à plusieurs à la fois (Sophia Genetics par exemple). Ainsi le palmarès affiche 100 startups mais le cumul des réponses de ces catégories atteint 397 réponses. On peut en déduire que chaque start-up est référencée dans au moins 3 catégories.

start-up-award-9

Le podium 2016 ne fait pas la part belle au monde du software. On constate une volonté d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de la vie,  favoriser un comportement éco-responsable, moins dévastateur pour nos ressources naturelles. Pas seulement automatiser grâce au dieu « Algorithme » ce qui peut l’être, avec l’espoir d’uberiser un secteur et quelquefois d’ailleurs, les postes de travail qui vont avec. La première place revient ainsi à L.E.S.S et sa lumière idéale (dont le nom et la technologie s’approche du concept consumériste Less is more). BComp  start-up de Fribourg prend la seconde place avec un nouveau matériau en fibre naturelle. La troisième place revient à Knip dont l’appli veut faciliter la vie des consommateurs dans le domaine des assurances ou là aussi, entre clauses et garanties liées, on est stupéfait de découvrir que l’on sur-consomme des protections qui doublonnent.

Les bassins de création les plus puissants se bâtissent autour des EPF.

Depuis 2011, il ya donc eu 6 années de palmarès et 600 startups saluées pour leurs performances et ou leurs potentiels. On peut commencer à détecter quelques tendances qui n’ont pas la prétention de vouloir rivaliser avec un de ces algorithmes imaginés dans les labos de l’ETH Zurich, mais s’appuient sur une version officielle d’Excel ;). Géographiquement par exemple on voit que les villes ou sont présentes les EPF sont assez logiquement des places fortes de la création d’entreprise. La région de Zurich est un beau leader car elle fournit 38.3% des startups listées depuis 2011. Lausanne et ses environs atteint 19.4%. Genève suit avec 6.22% devançant Bâle avec 4.5%. Je n’ai pu m’empêcher de regarder Yverdon, car cette petite ville thermale ou j’ai passé  de bons moments avec ma famille a désormais son Y-Parc et ses startups représentent quand même 1.6% de la liste. Au global les villes citées regroupent 70.02 % des lauréats des 100 meilleures startups suisses. On n’est pas loin des chiffres préférés de notre ami Pareto et cela montre que si la concurrence est plus rude dans ces endroits, certains cantons sont plus favorable pour émerger.
Pour compléter cet aspect géographique, un canton peut même arriver à truster le podium. C’est le cas de Zurich en 2011, tout comme Lausanne en 2015, avec L.E.S.S. SA, Abionic SA et Flyability SA. Ces communes ont placé 3 startups lancées chez elles sur les 3 plus hautes marches du podium.

Un monde des start-up assez résilient

Les startups qui peuvent concourir doivent avoir moins de 5 ans. Ce pré-requis permet à certaines d’entre elles d’être particulièrement performantes car elles sont présentes… 6 fois ;). Ainsi Bcomp AG est présente de 2011 à 2016, et cette constance est récompensée car si elle a démarré en 2011 par une discrète 67 ème place, elle se retrouve seconde en 2016. Une des plus belles progressions du tableau. Mais si j’ai bien compris, elle ne pourra pas tenter la plus haute marche du podium en 2017. Une situation partagée également par Kandou présente 6 fois. Créée en janvier 2011, sa technologie innovante dans les semi-conducteurs est peut être moins glamour et elle a eu plus de mal à séduire les experts qui l’on placée 94 ème en 2016, après lui avoir permis d’atteindre sa meilleur place, 9 ème  en 2013.

D’autres belles progressions sont à souligner. Abionic qui a remplit son quota avec 5 années de présence entre 2011 et 2015  a démarré 32 ème et a finit à une belle seconde place en 2015, faisant la fierté de la ville de Lausanne. Actlight a aussi été élue au cours de ces mêmes 5 années mais a un suivi un parcours divergeant car elle est passée de la 51 ème place en 2012 à la 62 ème en 2016. On trouve également une liste de start-up qui ont chaque année de fervents supporters, ce qui leur permet d’être présentes pendant toute la durée possible de ce mandat. La liste comprend :  QualySense AGUepaa AG, UrbanFarmers AGWinterthur Instruments AG Advanced Osteotomy Tools – AOT AG, Aeon Scientific AG (4 appartiennent au canton de Zurich) .
Glissons quand même une mention spéciale a L.E.S.S, déjà cité, qui non seulement est présente depuis 5 ans, a remporté la premier place 2 années consécutivement, ce qui est déjà tout à fait exceptionnel, mais a passé 4 années sur 5 dans les 5 premiers et a été classée au plus mal à la 18 ème place. Sans compter que cette start-up qui coche toutes les cases du succès fait partie des 2 sociétés (Avec Flyability) à être dans le palmarès dès l’année suivant sa création. Voila une start-up qui doit avoir un pitch de remerciement parfaitement rodé. Le cas de Sophia Genetics SA soulève d’autres réflexions. 2 fois 5 ème, alors que cette société est leader mondial dans son domaine du Data Driven Medecine, qu’elle va passer de 100 à 160 salariés cette année comme l’avait annoncé son CEO lorsque je l’avais rencontré à Paris lors de Viva Technology, c’est globalement une très belle réussite, qui s’affirme sur les marchés internationaux. Ce succès vous donne une telle dimension que vu de l’intérieur de la Confédération on la juge désormais plus licorne que start-up, et les experts ne lui ont étrangement jamais accordé les honneurs du podium. Elle n’en demeure pas moins un superbe exemple pour tout ceux de la liste qui sont moins avancé qu’elle, c’est à dire sur certains critères économiques sans doute les 99 autres.

6 années mais seulement 4 vainqueurs.

Bâtir chaque année un palmarès comportant 100 start-up offre 30 places privilégiées en prenant en compte les 5 premiers dans une optique de podium élargit. En se focalisant sur ces places, l’analyse montre que ces 30 places convoitées ont été occupées par seulement 17 startups. 70% des start-up se retrouvent plus d’une fois sur ce podium élargit. Le tiers restant est composé de start-up qui n’ont connu qu’une joie très éphémère d’apparaître en haut du tableau. Alors, difficile de déloger les lauréats ? manque de nouveaux projets  ? ou simplement vraie domination d’une bonne idée qui fait mouche car dotée d’un bon business model ? Il peut y avoir différentes raisons incluant des options choisies par les startups elles mêmes qui les amènent à être moins visibles ou a ne plus être sélectionnables. On constate qu’au fil des ans il est plus difficile d’être dans le palmarès l’année suivant la date de création. Ces 3 dernières années seules 4 startups apparaissent dans la liste contre 6 l’année du lancement du palmarès.
On félicitera L.E.S.S vainqueur en 2015 et 2016 et House Trip le gagnant de 2012 et 2013. Cette dernière ne trouve plus sa place dans la liste car au delà du fait que cette société à plus de 5 ans, elle a été rachetée par TripAdvisor.
Parmi les lauréats uniques on note la startup Optotune AG vainqueur en 2011 et InSphero AG en 2014. Mais si cette dernière a tutoyé les premières places en étant deuxième en 2012 et cinquième en 2013, Optotune s’est retrouvée a la 66 ème place en 2013. Cela ne l’empêcha pas de gagner un Swiss Economy Awards l’année suivante et de poursuivre depuis une belle trajectoire.

Plus d’un tiers de la liste est renouvelée chaque année.

Les bassins de création d’entreprises restent les territoires des EPF comme on l’a vu un peu plus haut. Sans surprise c’est sur ces territoires que la création d’entreprises est la plus vivace. Ainsi Zurich et ses environs fourni avec un belle régularité de montre suisse plus de 10 startups chaque année depuis 2011, avec un pic de 14 en 2013 et 13 en 2015 ( il y en a déjà 2 de 2016). Du coté de Lausanne on est un peu surpris de voir que s’il y a eu 9 startups présentes dans cette liste créées en 2011 et 2014 il y en a eu que 3 en 2015. Une sorte de trou d’air à vérifier ces prochaines années.

Coté renouvellement, la régularité est de mise. Chaque année c’est entre 35 et 42 % de nouvelles jeunes entreprises créées qui apparaissent dans le palmarès des 100 start-up awards apportant ainsi un renouvellement d’un peu plus d’un tiers chaque année, avec un point fort en 2014 et 2015 ou on a dénombré 42 nouvelles sociétés intégrant ce palmarès. Sachant que l’année 2016 n’est pas finie est que le nombre atteint déjà 35, on sera peut encore à ce niveau des 40 créations dans le palmarès 2017.
La régularité de ces derniers chiffres est importante pour assurer le renouvellement économique. Ce qui compte est plutôt que la tendance reste stable pour éviter les effets d’une bulle ou d’un affaiblissement. Ceux qui ont quittés cette liste (avant les 5 ans fatidiques) ne sont pas pour autant malheureux. Il peut y avoir différentes circonstances, des choix de stratégie, une date de création ancienne par rapport au lancement des Startup 100 (Poken par exemple, qui était déjà dans sa 5 ème année en 2011), ceux qui sont venu mais en sont sortis car rachetés ( Lemoptix, Jilion, Upicto,…) Ce palmarès n’est qu’un passage qui n’inaugure pas forcément de leur succès ou insuccès futur mais salue avant tout une démarche entrepreneuriale. La réussite peut se trouver au fond d’un bocal ouvert par un client puis par plusieurs, attirés par l’allure savoureuse d’un nouveau produit, technique ou service qui va lui simplifier la vie. Après tout vous allez encore twittez demain. Bon, combien de $ cette plateforme a t’elle gagné depuis sa création ? combien ?… pas un seul…. Le plus connu n’est pas le plus rentable, mais l’inverse peut être vrai.

start-up-award-11

Actualité

Seed Night et Venture Leaders 2016. Le 21 avril le Rolex Learning Center est à l’heure startup !

Rassemblant leurs forces l’ EPFLAlumni et  Venture Lab font désormais cause et date commune pour promouvoir les startup suisses. Le 21 avril 2016, de 14 h à l’heure du dîner, les sessions vont s’enchaîner pour démontrer grâce à de nombreux pitchs que technologie, science et entrepreneuriat font toujours aussi bon ménage. Parmi les lignes courbes du superbe Rolex Learning Center, viendra se glisser une journée particulièrement riche en rencontres et échanges, ou s’affronteront lors d’une dernière ligne droite de pitchs, les startups sélectionnées. Vous en serez le jury, car le vote sera laissé à la main du public. Vous pourrez
ainsi écouter et apprécier les projets, mais aussi les tables rondes et les avis d’experts.

Venez découvrir les VentureLeaders  2016

Par ordre chronologique, c’est par la découvertes des Ventures Leaders 2016, que va commencer cette journée, ou dès 14h sera lancé la session consacré aux 10 Ventures Leaders orienté Science qui iront à Boston puis les 10 autres orientés Technology qui iront à New York. Le Programme a évolué depuis 2014. Après l’ouverture de l’outpost de New York, c’est 2 groupes qui sont constitués et ce sont donc 20 startups qui s’envoleront en Juin, qui à Boston, qui à New York.
La session animée par VentureLab se nomme « Startup Champion » et se déroulera de 14 à 17h. La liste des startups présentes et la page d’inscription gratuite sont disponibles sur le site de VentureLab.

venture leaders 2016

Assistez à la SeedNight

La Seed Night va aussi éclairer les larges baies du Rolex Center. Mais ce n’est pas parce qu’il y a Night dans le titre qu’il faut mettre un tshirt fluo en espérant croiser David Guetta ou Pittbull. Les jeunes (et moins jeunes 😉 viennent sur scène pour faire des  pitchs et non des Djset 😉
La encore 10 startups vont montrer la diversité d’action des créateurs suisses. Le programme et l’inscription sont accessibles sur le site des EPFL Alumni.
Un choix difficile à faire s’offrira à vous, car le vainqueurs des sessions de pitchs sera décerné également par l’audience. Alors n’hésitez pas à vous inscrire !

seednight- 2016 Rolex Learning Center

Cette manifestation est organisée par les forces vives de l’innovation de la Suisse occidentale, comme  l’EPFL, Innovaud avec l’aide de Swisscom et de VentureLab et ses partenaires.

MassChallenge-Switzerland-2016
ActualitéBoston

Le Mass Challenge lance sa session de Genève – Suisse

C’est donc le plus friendly des incubateurs qui est venu s’installer à Genève, après Boston (là ou il est né) Londres, Tel Aviv et Mexico. Le Mass Challenge à ouvert sa session Suisse dans le campus Biotech proche du Palais des Nations et du Jardin Botanique.

MassChallenge-Switzerland-2016

Ce coin de la ville lémanique a l’habitude de voir pousser les jeunes pousses sous

MassChallenge-Switzerland-2016

sous des bâtiments en verre. A quelques mètres de la verrière dudit Jardin Botanique, le bâtiment va abriter sous la sienne, entre 50 et 100 startups entre juin et octobre 2016.

MassChallenge-Switzerland-2016

Le Mass Challenge donne une nouvelle dimension à l’incubation des startups suisses

Ce lancement prenait place dans le cadre de Lift Conference 2016, et remplaçait la Venture Night. Les américains avaient fait les choses en grand puisque l’immense salle se voyait totalement remplie, par le ban et l’arrière ban de l’éco-système startup qui avaient trouvé place sous la voûte moderne du centre du chemin des Mines.

MassChallenge-Switzerland-2016

MassChallenge-Switzerland-2016

On se retrouvait devant une scène ou parmi les intervenants, on remarquait le CEO du Mass Challenge en personne, John Harthone venu lancer la cérémonie, en compagnie de nombreuses startups lauréates des précédents opus. L’organisation américaine avait fait venir des Alumnis, en provenance des Etats Unis ou de Londres pour vanter tous les avantages qu’ils avaient trouvé chez l’incubateur du Massachusetts. Une sélection de 7 startups suisses a eu également l’occasion de monter sur scène. Elles avaient été choisies après des entretiens la veille qui avait permis d’effectuer cette sélection parmi les 15 candidats initiaux. Ceux ci avaient été repérés par le magazine Bilan, à l’occasion de son n°, maintenant attendu avec impatience, des 50 startups suisses dans lesquelles investir.

MassChallenge-Switzerland-2016

MassChallenge-Switzerland-2016

MassChallenge-Switzerland-2016

En ce qui concerne les startups suisses, on retrouvait donc sur scène, Advanon (qui a eu le prix du public), Intento, Orbiwise, Twenty Green, Fastree 3D, FemtoPrint et Morphotonix. La distribution des prix a vu chaque lauréat repartir avec une clarine et bien sûr les américains se sont beaucoup amusés à lancer la session Suisse avec la plus grosse cloche ( compte à rebours dans la video ci-dessous).

MassChallenge-Switzerland-2016

L’équipe était présente tout au long de la conférence Lift 16 pour expliquer leur programme. Les inscriptions sont ouvertes depuis le 10 février, et effective jusqu’au 31 mars. Un premier round sélectif aura lieu en avril, puis un second en mai. Les finalistes (le Mass Challenge en espère entre 50 et 100) seront annoncé fin mai, début juin sachant que la session durera de juin à octobre.

MassChallenge-Switzerland-2016

On rappelle que cet incubateur ne prend pas de part aux capital des startups qu’il héberge pendant son programme de performance et d’accélération de 4 mois, qu’il  permet une ouverture sur l’international grâce à son réseau de 600 experts tout autour du monde et permet de toucher de nombreuses récompenses financières pour les vainqueurs. Les bureaux ainsi que le logement sont prix en charge.
Finalement le plus dur est de s’inscrire au Mass Challenge car là vous avez tout à faire 😉

Lift 16 Geneva
ActualitéLift Conférence

Lift 16 et Mass Challenge, émulsion forte dans le domaine des startups suisses !

Lift 16 revet ses habits de lumière avec une collab plutôt sexy avec le Mass Challenge. Du 10 au 12 février la référence suisse de la scène digitale propose un tout nouveau programme ou la connaissance s’associe à l’expérience dans toutes les dimensions. Véritable bain bouillonnant Lift 16 Genevade l’innovation cette version du Lift 16 me rappelle le capteur tri-axial de ma montre connectée ( imaginée en Suisse, produite en Asie, mais je ne dirais pas la marque 😉 . En effet Lift 16 capte les tendances de manière pluri-axiale. On dénombre un riche programme de sessions ( Digital Customer Experience, Blokchain, Artificial Intelligence,… ) , des expériences interactives au sein du CICG avec de nombreux partenaires, un Lift Prototyping Lab pour réfléchir, concevoir et mener à bien un projet durant les 3 jours du salon. On y ajoutera également le Lift on Site in Geneva. Cette occasion de rencontrer des acteurs de la vie digitale présents à travers la ville de Calvin est une belle idée.  Mais curieusement la carte n’est pas interactive, aucune adresse n’est indiquée, et l’Apps n’est Read More

vu dans la presse
ActualitéLift Conférence

Du bon, du beau, du boost, en 2016 pour les startups suisses !

Le programme des événements concernant l’entrepreneuriat sous leurs formes les plus variées sera encore copieux en 2016. L’Europe et au sein  de celle ci la France, ainsi que la Suisse limitrophe, seront parties prenantes de cet écosystème qui permet l’émergence des startups. Il n’est pas question de faire une liste complète, mais en ce début janvier 2 évènements semblent « amazing » comme disent les anglo-saxons 😉Read More

Venture leaders 2015
Venture Leaders

Les Venture Leaders 15 de l'EPFL à Boston et New-York

Fin avril avait lieu la présentation des Venture Leaders qui vont partir pour leur plongée dans le monde du business US. Si la cérémonie se déroulait dans ce lieu aux courbes séduisantes mais sobre de l’EPFL, le moment était marqué par une débauche de concours simultanés. Cette présentation était suivi par la Seed Night et un concourt dénommé Start se déroulait le même jour à quelques blocs de là. Dans le métro qui m’ amenait de Lausanne-Flon, une affichette s’agitait en fonction des courants d’air et attirait l’attention sur un autre concourt nommé Stratégis et doté de 50000 frs de prix.

 

20 startups et une capitaine vont montrer leurs idées aux américains

La liste des 20 Venture Leaders comporte 15 medtech parmi les 20 lauréats et 2 femmes parmi Read More

ActualitéSuissitude

Venture Leaders le programme qui fait grandir les startups suisses

Proposez votre citation !Le programme des Venture Leaders est destiné à aider les startups à grandir et à conquérir le monde, notamment celui qui se situe entre Boston/New York et San Francisco, ou encore entre Seattle et Miami. Institué depuis plusieurs années il propose de manière annuelle un voyage de 10 jours à Boston au printemps. Le prochain est prévu en juin 2015. Comme ce programme s’adapte à la réalité et à l’évolution du marché, New York et sa Sillicon Alley font partie dorénavant du package depuis 2014, afin que les 10 startups qui gagneront leurs billets pour ce voyage initiatique rencontrent les figures de la HighTech de la cote Est. Inscrivez vous avant le 1 mars 2015 ! 

Un programme complet qui mixe apprentissage et expérimentation

Au pays du Burger, la startup suisse est un peu comme la petite tranche de cornichon qui doit trouver sa place entre sauce épicée, tranche de fromage et buns imposants. Alors pour grandir et trouver leurs voies, les Venture Leaders font des rencontres avec des acteurs du monde de l’économie High Tech américaine, avec d’un coté les cours du Babson College et d’un autre le show des pitchs pour discuter avec VC, partenaires ou investisseurs potentiels. Economiquement parlant les USA sont un pays leader, mais au delà des chiffres, l’esprit US est une réalité qu’il faut comprendre. Plus direct, très axés sur le marché, très curieux même si cela peut rester superficiel, cette compréhension estRead More

Suissitude

En Suisse, met ta donnée en sécurité !

Edward Snowden et la NSAPeu d’entre nous on eu l’occasion de boire un cognac allongé dans un bar de Hong Kong, ou une vodka frappée du coté de Moscou (l’ endroit est tenu secret 😉 avec Edward Snowden. Mais tout le monde a entendu parlé des écoutes de la NSA, de leur centre dans l’Utah et de leur énorme aspirateur à métadonnées. Est ce acceptable qu’à chaque fois que vous envoyez un message vers n’importe quel point de la planète, vous puissiez être la victime d’une main numérique qui le chaparde, le consulte et le copie ?
En Suisse plusieurs startups sont positionnées sur le marché des connexions sécurisées ou les particuliers et les entreprises peuvent échanger des données grâce à des technologies de sécurité pointues.

Associer le droit et les technologies made in Switzerland est une bonne manière d’assurer la confidentialité de ses données

Sur ce sujet de la sécurité on peut suivre les startups suivantes qui font bouger les choses dans ce domaine :

  • Protonmail (qui a participé aux Mass Challenge 2014), s’appuie sur la base juridique de la Swiss Federal Data Protection Act, ajoute les compétences techniques de ses fondateurs (dont un est issu du CERN), et son implantation du coté du MIT à Boston, pour proposer une solution mail cryptée et sécurisée.

Protonmail - email- crypté

  • Sysmosoft qui a pris son envol au Y-park d’Yverdon, à mis au point des solutions de télécommunications mobiles hautement sécurisées pour des entreprises véhiculant des données sensibles qui souhaitent étendre leur accès de façon sécurisée aux dispositifs mobiles de type smartphone et tablette.

Sysmosoft - connection mobile sécurisée

  • Grâce à AlpIct on sait que la startup Di55erent est présente sur ce marché. Avec un nom crypté graphiquement, elle exprime clairement sa proposition : mettre à disposition une solution de coffre-fort numérique pour transférer les documents confidentiels. On découvre aussi une nouvelle pousse, Zwooky. Celle-ci propose un code chiffré pour communiquer sur internet sans avoir à divulguer son identité.

Zwooky

Comme aurait pu le dire Jean-Pierre Claris de FLORIAN, né en 1755, et décédé 39 ans plus tard, s’il avait connu notre époque : « pour vivre heureux, vivons crypté » !
Lui fut l’auteur de « pour vivre heureux, vivons caché » ! à une période de notre histoire ou le messager changeait de cheval à chaque auberge, (mais le cocher était moins curieux que le boss de la NSA 😉

ActualitéSuissitude

Le Swissnex vous ouvre les portes des USA

C’est une équipe complète du Swissnex qui vient faire son tour de Suisse pour vous ouvrir les portes des USA. San Francisco c’est la Californie, la Silicon Valley, les startups, les levées de fonds, les VC, le networking dans les événements hebdomadaire, des apps qu’on ne connait pas encore en Europe et même des voitures sans conducteurs. Mais ce qui importe vraiment c’est comment investir au mieux ce marché américain.

Road show du Swissnex

C’est la raison pour laquelle l’équipe du Swissnex fait son road show à Zurich, Lugano et Lausanne entre le 28 et le 30 Octobre.   Cyril Dorsaz et Olivier Haugen couvrent la cote Ouest et la cote Est. Ils sont là pour vous apporter informations, conseils et expériences. L’idée est de découvrir les atouts des différents points d’entrées ou le Swissnex est présent, la Californie certes, mais aussi Boston et New York.

Pour envisagez votre approche des USA, inscrivez vous ici !

Actualité

Mass Challenge 2014: les 26 finalistes sont connus

Mass challenge Boston 2014 - acceleratorC’est le 29 octobre qu’aura lieu le pitch final pour la cérémonie des Awards du Mass Challenge 2014. Parmi les 26 startups appelées à se présenter à la finale de Boston, disons qu’il valait mieux cette année être américain. En effet 23 des 26 concurrents sont natifs du pays de Spiderman. Les 3 startups qui ont réussi à se glisser dans cette liste viennent du Mexique pour 2 d’entre elles et d’Israel. Comme vous le constatez, aucune des 4 startups suisses sélectionnées n’a pu passer le cut.

Parmi les 26 finalistes, on note de nombreuses idées appartenant à l’univers technologique et au domaine de la santé, mais pas uniquement. La dimension sociale est également présente avec une startup américaine Artlifting qui propose la seule marketplace pour les artistes sans domicile ou handicapé et qui n’ont que peu de liens avec le monde de l’art, ou encore Refleece qui récupère des vêtements usagés de marques partenaires pour les recycler en accessoires comme des coques de smartphone ou des housses pour ordinateur. La startup israélienne opère elle dans le domaine de l’agronomie, et les startups mexicaines dans le domaine de la santé et de l’aide aux personnes handicapées.

Boston

Venture Leaders 2014, Du CIC au Flatiron, l'expérience s'enrichit.

Le Swissnex Boston a accueilli pendant le mois de Juin 2014 les Ventures Leaders de l’année. 20 startups qui ont pu suivre ce programme professionnel et rodé depuis 14 ans, que j’ai eu la chance de partager en 2013. Cette « Nati » de la technologie avait un profil assez médical vu la compétence de la cote Est dans cette activité. Les profils des dirigeants de ces statups suisses sont présentés sur le lien.

l’innovation c’est New York !

Mais ce n’est pas parce que le programme intense est rodé qu’il n’évolue pas. Toutes les startups retrouvaient les classiques du Massachusetts (viennoiseries de SwissBakers inclusent j’espère ;). C’est à dire cours au Babson College, visites d’entreprises, sessions de coaching et ateliers avec des entrepreneurs et des investisseurs locaux, pitchs au CIC la mecque des startups du Massachusetts (sans oublier que le MiT et Harvard sont à 2 blocs) et participation au PitchFest organisé avec le Mass Challenge ou la startup gagnante fut One Drop Diagnostics. 4 startups suisses sont inscrites au Mass Challenge 2014 et continuent leurs parcours à Boston, tout comme Flatev l’avait fait l’année dernière.

L'equipe des Ventures Leaders 2014
Photo Swissnext Boston

Pour aller plus loin, pas besoin de boire de la boisson qui donne des ailes (R..B… ;). Il suffit de ce rendre à New York, cette ville à l’énergie électrisante et nouvelle étape du programme des Ventures Leaders avec de nouvelles rencontres et expériences avec des VC, entrepreneurs, startups, entreprises et médias à la clé. En tenue officielle la Swiss National Startup Team est prête à fondre sur Manhattan.

New York  envahie par la Swiss National Startup Team

Ce n’est pas de la magie, c’est de la technologie

Quand devant une salle médusée un homme s’assoit sans chaise, ce n’est pas une entourloupe à la David Copperfield, c’est une technologie imaginée du coté de Zurich par Noonee. La startup n’est pas là pour faire illusion, mais pour démontrer les atouts de son produit pour les sites industriels américains. A New York, les Venture Leaders ont  participé à la Swiss Tech Night  co-organisé avec VentureOutNY. Le public et le jury de New York ont choisi comme gagnant Versantis de l’ETH Zurich.

De nombreuses photos sont disponibles sur le compte Flickr du SwissnexBoston
Bloomberg a accueilli l’événement à son siège de New York et les Ventures leaders ont pu monter sur scène pour présenter leurs projets innovants. La video de Blomberg montre de jeunes suisses et un Jordi Monserrat souriant et heureux de pouvoir montrer leurs talents à une audience américaine et curieuse. Il faut dire aussi que les suisses pouvaient sourire. Le match contre la France allait commencer quelques heures plus tard 😉

Suissitude

4 startups suisses sélectionnées pour le Mass Challenge 2014 de Boston

Mass challenge Boston 2014 - accelerator4 startups suisses sélectionnées pour le Mass Challenge 2014 de Boston, un des plus important programme d’incubation américain, c’est 4 fois plus que l’année dernière, ou seule Flatev était sélectionnée. Les finalistes sont au nombre global de 128.
On trouve, 1Drop Diagnostics,(repérée par l’agence de veille du Ministère des Affaires Etrangères de la France), G-Therapeutics, noonee et ProtonMail.
Pour ceux qui suivent l’aventure de nos startups à l’étranger, il ne vous aura pas échappé que 3 d’entres elles font partie des Venture Leaders 2014 qui seront du voyage en juin à Boston et New York.
Le profil Medtech de ces 3 rend pertinent cette participation dans une région qui a fortement développé son expertise dans ce secteur.
J’espère qu’ils auront l’opportunité de demander des tuyaux à Carlos Ruiz (Flatev) sur les meilleurs bureaux à récupérer au coin du 8 ème étage avec la superbe vue sur la baie de Boston.
Bonne chance dans cette compétition, chez un incubateur qui développe un programme de 4 mois et ne prend pas de part au capital de la startup. Vous pouvez découvrir ici la liste des 128 finalistes du Mass Challenge, choisi parmi les 1600 candidats et la vidéo de l’année dernière (milieu de la Home page), mais qui ne peut être « embed ». On a beau être dans l’IT, on ne partage pas tout 😉

Suissitude

La France copie la Suisse pour être à l’heure des nouvelles technologies

swissnex Boston« Les deux premières « Maisons de l’international », des incubateurs pour start-up françaises, vont ouvrir le 12 février aux Etats-Unis, à Boston et San Francisco. Le Président de la République François Hollande sera présent pour l’inauguration de l’incubateur californien, qui sera « à dominante numérique avec de la biotechnologie », tandis que les proportions entre ces deux domaines seront inversées à Boston, a précisé la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq ». (suite sur le Journal du Net)
La Suisse, elle, est déjà présente depuis un moment en ces hauts lieux de l’innovation technologique par l’intermédiaire du Swissnex. Un Swissnex qui continue son implémentation après la Chine à Shanghai dirigé par Pascal Marmier (rencontré au Lift14 car il était président du Jury de l’AlpIct Venture Night), le Brésil, ou Gioia Deucher est partie il y a quelques mois débroussailler le terrain, et New York maintenant, avec sa Silicon Alley, qui est sous la direction du bureau du Swissnex Boston comme l’explique le consul, Dr. Felix Moesner,sur Venture Lab.

Vous pouvez encore vous inscrire pour les Venture Leaders 2014 (date limite le 2 mars 2014)

France

Gilles Babinet dévoile 6 conseils pour développer sa Startup

Pour plusieurs d’entre vous, ce qui va suivre est un univers de connaissance : le pitch pour présenter sa startup. Ceux que j’ai eu plaisir a accompagner à Boston, d’autres encore à San Francisco, tous les candidats aux Ventures Leaders. Ce qui suit est un scénario déjà vécu. Oui quelque soit le pays, il y a des critères communs au lancement d’une entreprise. Voila sur ce sujet, la vision de Gilles Babinet, Multi-entrepreneur du numérique, actuellement « Digital Champion », responsable des enjeux du numérique pour la France auprès de la Commission européenne, intervenant au Digital Summit organisé par Jouve (ou je travaille;), lors de la deuxième édition de Microsoft Business Ventures Accelerator Paris (anciennement Spark).

Microsoft Accelerator Venture Paris
Les projets se cristallisent et les 25 jeunes entrepreneurs réunis dans 13 projets de startup vont bientôt voler de leurs propres ailes. Durant ces quelques mois de travail, de découverte et d’apprentissage ils ont appris à pitcher leur startup, rencontré des mentors et des investisseurs potentiels et développé leurs plateformes et applis mobiles. Découvrez ses propos sur Regard sur le Numérique

Actualité

Votez pour les startup du Swisscom Challenge !

Swisscom Startup ChallengeLa liste de 10 startup nominées pour le Swisscom StartUp Challenge est connue. 5 seront choisies par un jury, mais il y aura aussi un Award décerné à celle qui aura le plus de votes du public. Alors même si vous avez encore un peu de sable collé au bout des doigts, votez !
Les 5 lauréats auront la chance de faire un voyage d’une semaine dans la Silicon Valley, pour y rencontrer les acteurs majeurs dans leurs spécialités et faire ainsi avancer leur business model.
Ce programme a été conçu par la branche de Palo Alto de Swisscom et le Venture Lab qui si connait en programme d’entraînements aux USA ( cf Boston ;).
Les 10 finalistes sont :Read More

Suissitude

Côte Ouest ou Côte Est pour implanter votre startup sur le marché US ?

swissnex  - US market entryLa réponse à cette question va vous être fournie dès septembre 2013. Pour allez découvrir ce marché de plus de 311 millions d’habitants qui fait tant rêver, le  Swissnex de San Francisco et de Boston viennent à votre rencontre.
En effet les équipes qui peuvent vous ouvrir les portes de ce gigantesque marché, viennent à vous dès le mois de septembre 2013. Pas besoin de faire un long périple, de payer l’ESTA, de laisser à l’entrée du pays les empreintes de ces 10 doigts (de main, mais les pieds c’est peut être pour bientôt 😉 et l’empreinte de votre iris (ah Prism quel beau programme technologique 😉 pour découvrir les atouts de ce marché captivant. Le Swissnex de San Francisco et de Boston  viennent ensemble à votre rencontre. Oui vous avez bien lu, les équipes des 2 head office, la côte Ouest et la côte Est réunie.
Votez pour votre ville suisse afin que leur roadshow s’y arrête !

Déjà ces spécialistes présents aux Etats Unis toute l’année pourront vous donner tous les détails de leurs programmes lors de la Startup Fair de Zurich, le 17 septembre 2013 ou ils ont un stand.
Mais ensuite ils vont faire un tour de Suisse à travers 5 villes, pour vous rencontrer. Et c’est là que vous intervenez. Il faut voter pour la ville ou vous souhaitez que ce roadshow s’arrête. Vous pourrez ainsi tout savoir de l’écosystème et ils sauront vous donner envie de faire ce pas de géant et vous indiquez les bonnes méthodes pour vous confronter  avec succès à ce monde plein d’énergie et d’opportunités.
Votez pour votre ville dès maintenant !

Boston

Que puis je faire pour vous ?

Boston- venture-leadersCette phrase n’est pas une réelle proposition que je fais à toutes les personnes qui lisent ce blog. Je ne m’en sortirais pas 😉 C’est souvent par cet énoncé que débute un entretien avec un mentor ou un expert aux USA. Un autre exemple est la forme d’un mail reçu d’un contact américain en réponse à une de mes démarches et qui commence par « Thanks for connecting ». Pour cela les USA sont un pays ou la culture de la découverte  » qui êtes vous, Que me proposez vous ? » est bien plus développée qu’en Europe.

Read More

BostonStart-up suisses

Swissbakers, le bon gout de la startup suisse

picto-start-up-2Aux USA, on fait du networking, on pitch, et on savoure la gastronomie suisse. Il a été agréable de découvrir sous les paysages verdoyants du Massachusetts, Swissbäkers, startup suisse, qui opère dans le domaine du catering à Boston et dans ses alentours.
swissbakersLes dirigeants Thomas Stohr et son épouse, se sont lancés dans l’aventure il y a plus de 6 ans, après un long parcours chez Mövenpick.

Read More

Start-up suisses

Swissleg, une start-up suisse qui fait avancer le monde

picto-start-up-2Swissleg est une start-up suisse qui faisait partie des Venture Leaders lors de ce voyage de juin 2013 à Boston avec une belle et simple idée : utiliser la technologie pour réaliser une prothèse de jambe. Une prothèse de qualité au design soigné qui est produite dans des lieux proches des zones de conflit où les besoins sont malheureusement les plus criants et ceci pour le prix d’une chaussure.

swissleg, le pitch de la start-up
Changer le monde cela peut être simplement l’idée de redonner le droit de marcher à ceux qui en sont privé.
Vous avez compris rien qu’en lisant le nom de cette start-up que le progrès technologique en question n’est pas de créer un nouveau logiciel ou de proposer un réseau social plus branché que Facebook.

Read More